Archétype de Lillith et sublimation.

Publié le 15 Décembre 2013

Archétype de Lillith et sublimation.

Souffrance, colère et désir, du profane au Sacré, partie I.

Brisés, les serments, sur le mont Gold-goth-A, elle sait compter ;
Libérée, l'énergie sacrée, d'une sphère à l'autre, elle s'est aveuglée ;
L'Âmant, maudit, apaise les eaux et les colères célestines mesurées ;
Orages, aux espoirs, ô jeunesse triomphant de l'amertume exaspérée ;
Gardienne des Temps et des âmes, elle livre, invariablement ses trois secrets ;
Irisée sous un Arc en C, si violent qu'il le fut, Seth, en elle s'est émasculé ;
Scintillant à l'aube et brillant à l'aurore, aux iris elle livrera les trois Ors de la destiné ;
Ange déçu, comme toutes celles, en elle, qui périrent d'avoir trop aimé ;
Elle les fait libres, ils la condamnent, mais ils s'enchaînent lorsqu'elle émet ;
Elle vit le Graal, le sang des Justes, sacrifié(e)s sur l'autel des esprits mauvais ;
Elle est divine, elle est ailée, un cygne rouge aux duvets soyeux, anamorphosée ;
Daïmon audacieuse des génies sincères et des bâtisseuses prophétisées ;
Vouivre parmi les vouivres, les éléments la fécondent aux firmaments entrelacés.

Sororellement,

Illustration : crâne par Liunart da Vinci

Repost 0
Commenter cet article