AERAFEM – Association pour l'éradication des féminicides dans le monde.

Publié le 7 Mars 2014

AERAFEM – Association pour l'éradication des féminicides dans le monde.

En cette veille de 8 Mars, il me tenait à coeur de présenter via mon blog quelques démarches de copines féministes. Fraîchement éclose, cette association crée par Chistine Gamita rencontrée sur facebook autour de son groupe "Pour que le féminicide soit reconnu par le droit Français" ("Ce groupe agit pour la reconnaissance urgente en droit des féminicides, au titre de crimes contre l'humanité, de tous, pas seulement meurtres et assassinats - La conscience du "féminicide" point en 1801, stoppée en plein vol alors que ses violences plus que sexuelles viennent sous plusieurs plumes du XIXème. Des fillettes aux femmes, le déni de justice et de protection perdure gravement. Les regards commence à peine à se déciller. Ce n'est pas d'alarmisme gratuit, ce n'est féminisme ni victimaire, ni réformiste.
- L'omerta sur ce terme perdure et les actes criminels demeurent tolérés, relativisés, minimisés, dispersés, atomisés, bornés, limités... restreint au "sexuel", au sexué, à l'orientation sexuelle, à la sexualité. Cela s'avère préjudiciable à toutes les parties. Au nom de la neutralité humaniste ? Par quelle peur, quelle retenue ? On fait joujou avec le tabou mais, de fait, il pèse sur les mots sans s'opposer aux actes féminicides eux mêmes. ...") vise à pérenniser le labeur de longues années de recherches publiées sur son journal cyberethno, à savoir son blog , dont vous trouverez le lien en fin d'article -une véritable mine d'informations-

Adhérez à cette association, AERAfem (éradication des féminicides dans le monde, basée à Paris) pour la participation symbolique d'un timbre ... Formulaires à disposition ci : https://www.facebook.com/groups/FEMINICIDES/568013899950528/

Pour ce qui est de la définition du concept de féminicide, voici ce que Christine nous en dit :

" A - FEMINICIDES -феминициди и етнология, концепти-

Spécificité & impunité, le pentasyllabique des féminicides qui dit tout en quintessence !

  • Définissons -

Toute destruction partielle ou totale, physique ou psychologique de fille ou de femme, en tant que telle ou comme telle, propre à la dégrader, y compris les agressions sexuelles ; en tout cas, visiblement perpétrée pour motif d'être de sexe féminin --Cette définition enrichie reste proche de celle d'une juriste italienne- Etre de sexe féminin n'est pas restreint au domaine du désir et il ne suffit pas de se vouloir victime pour le devenir ou l'être.


Cette dégradation s'incarne manifestement sociale, économique, institutionnelle, coutumière, traditionnelle (religieuse et caetera) d'évidence systémique et jusqu'à systématique, lorsque les féminicides meurtriers s'avèrent de masse, ou "gynocide". Ma définition pourrait fort bien servir à un article pénal bien senti car les méfaits ne sont pas moins graves, tragiques et nombreux que les pratiques génocidaires de crimes contre l'humanité déjà interdites sans ambages. Ce terme est tassé sous silence depuis fin des années 90, alors qu'adopté clairement en Droit international- (le champ lexical médical de contagion cyclique ne parait pas adapté mais le journalisme affectionne les titres à slogan).

Depuis 2008, un tournant lexical semble imposé par une organisation étatsunienne et son collège d'expert américains tente de caler, sans consultation de linguistes ou de l'ensemble des féministes, le terme fémicide en place deféminicide. http://susaufeminicides.blogspot.fr/2008/11/tournant-lexical.html

  • Antonyme - S'il y avait lieu, son contraire serait "masculicide". Cependant, nous devons noter que malgré les apparences aucun n'est relevé. En effet, les "androcides" connus de longue date et peu décryptés jusqu'ici ne se révèlent pas en position antagoniste mais de similitude partielle. A ce titre, ils sont évoqués dans l'article suivant étant en seconde partie du présent texte. http://susaufeminicides.blogspot.fr/p/androcides.html

Conséquemment à définition ci-dessus en gras, l'on peut préciser les dommages entraînés par "préjudice ou des souffrances physiques, sexuelles ou psychologiques, y compris la menace de tels actes, la contrainte ou la privation arbitraire de liberté, que ce soit dans la vie publique ou dans la vie privée" Nations Unies, adoptée également par OMS, cf. Résolution 1993. http://www.un.org/french/documents/view_doc.asp?symbol=A/RES/48/104
http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs239/fr/index.html

Le terme de "féminicide" vient aussi à être autopsié sous la plume de "Marcela Lagarde [(docteure en anthropologie) qui] affirme que le « féminicide » est un concept novateur qui va au-delà du concept de D. Russell [(docteure en sociologie)] de "fémicide" car il inclut l’impunité.". Femicide issu de feminicide non publié mais conçu par Orlock en 1974. Femicide nous laisse donc sur notre faim pour deux raisons, il a probablement fait son temps. A voir... http://www.mueveteporlaigualdad.org/noticias/2012_0510.aspAu Mexique, à l'origine de la Loi de 2007, María Marcela Lagarde y de los Ríos (Ciudad de México, 1948) -"Etnóloga y doctora en Antropología. Profesora de los postgrados de Sociología y de Antropología de la Universidad Nacional Autónoma de México, así como del Diplomado en Estudios Feministas. Presidenta de la Red Por la Vida y la Libertad de las Mujeres. Presidenta de la Comisión Especial de Feminicidio de la Cámara de Diputados de México de la LIX Legislatura. Diputada promotora de la Ley General de Acceso de las Mujeres a Una Vida Libre de Violencia."- "Desde el movimiento de mujeres, es un término que está buscando un lugar en el discurso criminalístico; a su vez, pretende visualizar una situación de violencia sistemática y silenciada durante muchos siglos por la indiferencia y tolerancia social." Flora Tristán, La violencia Contra la mujer: Feminicidio en Perú, 2005 p. 14 http://es.wikipedia.org/wiki/Violencia_contra_la_mujer#cite_ref-41


Lorsqu'il est question d'une qualification en Droit, il s'agit d'obtenir des statistiques et non pas des enquêtes.http://awid.org/fre/Library/Feminicides-la-cle-reside-dans-la-volonte-politique-de-mener-des-enquetes-efficaces-qui-permettront-de-mettre-fin-a-l-impunite#_ftn3
et http://femicidealerts.blogspot.fr/

S'agissant de ces pratiques coercitives convenues et tolérées dans toutes les sociétés humaines, d'invariant de degré et nombre divers. L'on peut penser qu'il s'agit de répercussions d'un ensemble coutumier articulées par des croyances de système patriarcal. Le même qui aurait permis l'émergence de la valence défavorable aux sexe féminin, également d'invariant. Un autre exemple d'invariant est la valence différentielle des sexes considéré par Françoise Héritier http://www.darktube.org/watch/la-valence-diff%C3%A9rentielle-des-sexes-par-fran%C3%A7oise-h%C3%A9ritier-1-4

Pas de bénéfice du doute - Quel intérêt de toujours surenchérir la peine - Quel que soit le poids de la condamnation et l'application de la loi du talion patriarcal, peine de mort ou castration pour punir, il n'est pas douteux que tant que les féminicides ne seront pas formulés sans ambages et dans toutes leurs variations, ils ne deviendront pas tabous car ils resteront neutralisés en homicides* et banales violences communes, comme vu ici réduits aux "meurtres de femmes parcequ'elles sont femmes" comme si nous étions resté en 1801 au jour de naissance terminologique. Pourtant plus de deux cents ans ont passé, et tant de personnes encore s'escriment à cacher que les féminicides ne sont pas que mortels. http://femmessolidaires93.files.wordpress.com/2013/04/communiquc3a9-de-presse.pdf

A noter que le 8 août 2013 par décret-loi, l'Italie (cinquième nation européenne à ratifier la Convention d'Istanbul) aura été la première à reconnaître en Europe le crime de "femminicidio des violences extrêmes envers les femmes" -onzième au monde- Peut-on imaginer que se profile l'interdiction par Code pénal des féminicides, crimes contre l'humanité de paix et de guerre. Les féminicides sont de tous les âges et permettent au système de se perpétuer, axe, moteur, pilier... En société de droit, ne nous reste qu'un seul moyen de camper un interdit social. Le droit pénal. Il faut y parler d'une approche structurelle car se contenter d'aggraver les peines reste renforcement de sparadrap sur jambe de bois. Les garer en champ guerrier par sous catégorisation de génocide ne rime pas à grand chose, quant aux meurtres de femmes en homicides, ils y dorment déjà bien enfouis au milieu de tous les assassinats crapuleux. Ce ne serait donc que piètres et ultimes impasses, goulet d'étranglement, dans lesquels il serait difficile de faire marche arrière."

Je vous laisse aller en lire l'article entier sur son blog ....

Sororellement,

Rédigé par Cicne&Ròsa

Publié dans #Féminisme, #Féminicides, #Société

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article