L'union fait la force, n'est-ce pas?

Publié le 6 Mars 2014

L'union fait la force, n'est-ce pas?

La liberté d'expression, si chère à mon esprit car fédératrice du peuple en révolte pour ses droits et sa dignité, bref pour le respect de sa vie, est aussi fragile qu'un contrat retranscrit sur une poignée de feuilles léchées par les flammes. Même en féminisme l'on a tôt fait d'être targuée d'islamophobie ou d'homophobie si l'on se prononce contre le port du voile ou si on l'on émet quelque résistance à adhérer au mouvement Queer pionnier des études genrées. Et si vous demandez pourquoi de nombreux combats féministes se font sous le drapeau gay, personne ne vous répond. Vous vous faites clairement agresser verbalement si vous prenez la défense des Femen ; or, au nom de quoi saliraient-elle l'image du féminisme avec leurs campagnes certes provocatrices mais non violentes? Si vous faites remarquer qu'une idée est sexiste et humiliante pour les femmes, vous n'aimez pas les hommes et êtes agressives envers eux (donc misandre). Si vous dénoncez la pornographie se faisant passer pour érotisme vous exagérez, êtes puritaine, rabat-joie... Même des sujets graves comme le suicide forcé dans le cadre de violences conjugales ne trouvent pas d'écho auprès d'associations féministes, et très peu d'entre nous s'appuient sur le concept de féminicides pourtant révélateur quand il s'agit de dénoncer l’oppression et la domination que subissent les femmes dans notre Société patriarcale. Sans compter le mépris clairement affiché face aux féministes spirituelles don je suis ..... Où est donc la solidarité féminine qui devrait être le moteur de tous nos combats? Pourquoi donner ainsi du grain à moudre aux acteurs de la coalition politico-religieuse visant à faire régresser les droits ainsi que les libertés des femmes? Certes, être féministes c'est avant tout être en parfait accord avec soi-même et avoir conscience des injustices et inégalités que subissent les femmes au quotidien. Les jeunes filles, me soufflait une amie hier ou avant hier, ne semblent pas enclines à adhérer à un mouvement contestataire controversé surtout par la pensée masculine prégnante. Auraient-elles été éduquées afin d'arrondir les angles, de materner la gent masculine, de lui plaire? A moins qu'elles ne considèrent comme acquits leurs droits ainsi que l'écran de fumée, cadeau empoisonné de la libération dite sexuelle : être libre n'est pas trouver jouissance sexuelle ... Sans la liberté de pensée d'être et d'agir, les femmes ne sont rien de plus qu'infantilisées par le système, comme au "bon vieux temps". L'union fait la force, n'est-ce pas?

Sororellement,

Rédigé par Cicne&Ròsa

Publié dans #Féminisme, #Société, #Féminicides, #Femen

Repost 0
Commenter cet article