Vengeance céleste [Droit de réponse de Boadicée]

Publié le 1 Septembre 2014

Vengeance céleste [Droit de réponse de Boadicée]

Vengeance céleste [Droit de réponse de Boadicée]

Ah, perfide Rome, tu soumets et colonises,
Tandis que notre force vive s'amenuise,
L'arme au poing tu convoites, voles, pilles,
Et tes hommes font violence à nos filles,
Tant et si bien que la révolte, sourde, gronde,
Avec les druides nous entrelaçons les ondes,
Et mettons en place la saine résistance,
Remplaçant la soumission et la loi du silence.

Mais mon époux, affaibli, rendra vite l'âme,
Reine et guerrière je suis néanmoins femme,
Et ma rage éclate alors que sont violées mes deux filles,
Par ces maudits soldats Romains, de bonne famille,
Considérant mon peuple Icéni, de fiers Celtes,
Comme de vils barbares arrogants à soumettre ;
Fouettée jusqu'aux sangs j'ai juré au ciel que je nous vengerai,
Et que je prendrai les rennes pour une Bretagne libérée.

Mais regardez-vous, vous avez peur d'une simple femme,
Certes furibonde, au fond des yeux l'ardente flamme,
Chevauchant telle une déesse la lance à la main,
Déterminée à écraser l'ennemi, à épouser le destin,
Des Anciennes l'ayant inspirée, Brigit, Rihannon ou Dana,
Celles qui défendent et protègent le peuple depuis l'au-delà,
Regardez ma longue chevelure fauve voler au quatre vents,
Vous avez provoqué mes pleurs, entendez mes hurlements!

Allons, allons Bretons, éprouver la bravoure du gouverneur,
Ils nous ont tant humiliés qu'ils ont révélé notre fureur,
Brûlons, rasons leurs temples et leurs habitations,
Ils nous ont dépossédés de nos terres, et de notre raison,
Le mal combattra le mal, nous sommes de valeureux guerriers,
Si les dieux sont avec nous rapidement nous en serons libérés,
L'oppresseur reculera et son joug fondra comme neige au soleil,
Montrons-leur les mille éclats de nos âmes rebelles.

Nous avons perdu, c'est ce que l'histoire raconte ;
Mais qui se souvient encore de cette Reine sans honte,
Qui souleva son peuple sur ses propres terres,
Pour défendre la dignité des siens ainsi que leurs mères?
Ne pas céder et plutôt se résigner à la mort,

Je choisirai le poison plutôt que de voir leur essor.

Vraiment fragiles et douces, êtres faibles à protéger,
Alors que nous traversons le temps sans un regret...

Sororellement,

Repost 0
Commenter cet article

As 01/03/2015 18:23

Ah, oui. Je comprends ces mots-là..