CERVEAU : hippocampe et striatum, un équilibre à trouver, allié de notre bien-être.

Publié le 18 Décembre 2014

CERVEAU : hippocampe et striatum, un équilibre à trouver, allié de notre bien-être.

Je partage avec vous une trouvaille fantastique faite cette nuit m'ayant mise dans le même état d’excitation que quand il s'agit des Étrusques, c'est vous dire ! Je surfais alors sur le web cherchant des infos sur les ondes cérébrales .... Bon, d'après mes recherches, si j'ai bien compris ; nous avons d'un côté l'hippocampe, et de l'autre le striatum. Ils jouent tout deux un rôle essentiel dans la navigation spatiale, mais là ou le premier nous permettra de trouver, par exemple, des solutions pour aller d'un point a à un point b en concentrant toutes nos facultés intellectuelles afin, par exemple, une fois le trajet mémorisé, de trouver un raccourci en analysant l'espace et le trajet, le second quand à lui nous fera nous contenter du sentiment confortable qu'est l'habitude afin d'arriver au point b, dans une certaine forme d'automatisme. Tous les deux sont stimulés quand il s'agit du plaisir lié à la récompense, mais seul l'hippocampe intervient quand il s'agit d'une action de longue halène, ou la patience est requise. Pour vous donner un exemple, les jeux d'énigmes stimulent l'hippocampe tandis que les jeux d'action directe stimulent le striatum. Mais ce n'est pas tout! Ils jouent aussi un rôle essentiel dans l'apprentissage et la mémoire, le striatum étant grandement impliqué dans les mouvements volontaires et automatiques. Le plaisir que procurent certaines addictions ou compulsions néfastes comme la nourriture, le sexe, l'alcool ou la drogue pourraient être liées à un mauvais équilibre entre notre hippocampe qui nous satisfera après une perte de poids suite un mois d'effort de régime alimentaire, et notre striatum, qui nous satisfera après avoir empiffré un sachet de chips ou de chamallows. Vous l'aurez compris, quand il s'agit de plaisirs immédiats, c'est notre striatum qui s'agite.

Est-ce à dire que puisque notre société tend à récompenser la réussite et les plaisirs immédiats plus que l'effort, l'entrainement et le travail assidu notre striatum devrait être proportionnellement plus gros qu'il y a 100 ans? Je suis loin d'être une scientifique, je ne sais rien, je ne suis, dans l'absolu, qu'une simple chercheuse des vérités non universelles mais qui sont miennes. Je vous invite, si le sujet vous inspire, à prendre connaissance des travaux de Véronique Bohbot, neuro-scientifique Chercheuse à l'Institut Douglas, Professeure agrégée, Département de psychiatrie, Université McGill.

C'était ma minute intello. Bon à savoir pour les bombecs que l'on donne parfois un peu trop vite à nos enfants ou à tous ces cadeaux dont on les couvre sans raison! Il faut leur apprendre le gout de l'effort, et pas que physique, psychique (oui, pas que l'intellect non plus), aussi. Tout ceci me donne envie de méditer sur Marie Boine afin de demander à mon hippocampe et mon striatum de s'accorder ...

Sur ce, sempiternelle complainte, j'ai des mauvaises habitudes -et du poids- à perdre, je m'en vais flirter avec mon hippocampe ;-)

Sororellement.

Rédigé par Cicne&Ròsa

Publié dans #Société

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article