Logos [Droit de réponse d'Angérona et Tacita]

Publié le 21 Décembre 2014

Logos [Droit de réponse d'Angérona et Tacita]

Au commencement était le verbe, et ciel que je fus bavarde !
Mais sororale, je perdis la langue violemment par mégarde,
Sous les foudres de Jupiter aux appétits mondains célèbres,
Décidant de mon triste sort qui aurait été funèbre,
Si je n'avais conquis le coeur du sain et précieux Mercure,
Qui plutôt que me mener aux enfers, tenta l'aventure,
Pénétrant les eaux alchimiques dont je suis la souveraine,
Pourfendant ainsi les porteurs de médisances et haines.

Protectrice des bâtisseurs et gardienne des plans édifiés,
Je suis garante du secret et du silence de l'initiée,
Qui découvre sombrement l'hiver et voit naître le solstice ;
Je guéris les maux, panse et referme les cicatrices,
Préside à la lumière qui revient et cultive le mystère,
Des cycles de la vie, du rythme qui s'accélère,
Et si l'on me représente un doigt sur la bouche, fermée,
C'est pour mieux représenter les enjeux des destinées.

Toutes deux liées à la naissance de la perfide Rome,
Écrivant l'histoire rapportée d'un puissant Royaume,
Pourtant d'Origine Étrusque dont on ne presque sait rien,
Civilisation de fins artistes qui nous surprendra demain,
Alors que la guerre partout battra son plein et se fera entendre,
Nous reparlerons de ces femmes insoumises et de leurs cendres,
Des quelles le majestueux phénix renaîtra et nettoiera ses plumes,
Libérant ainsi nos soeurs, brisant la loi du silence sans amertume.

Que serait donc la femme si sa parole était réellement vaine,
Occidentales, veuillez apprécier cette grâce, cette aubaine,
De pouvoir délier votre langue et dire les méfaits,
Qu'inlassablement quotidiennement vous subissez ;
Il n'y aura nulle autre façon de faire mieux tourner le monde,
Car tout comme votre sein gauche, nu, la terre est ronde,
Prenez les armes et le pouvoir, évoquez Tyché, Fortuna,
Tournez la roue, plantez le clou de la déesse Nortia.

Que ne s'arrêtent les symbolistes de creuser ce silence,
Qui est notre sceau, notre étendard et toute la violence,
Que certaines ont encore à endurer dans ce monde dit civilisé,
Où les larmes ne cessent de couler sur les remords oubliés,
Car seules, vivantes et debout, elles ont à défendre leurs droits,
Ne pouvant pas toujours compter sur la justice et sur la loi ;
Elles sont une à une les déesses animées par l'étincelle,
D'un précieux savoir céleste et ancestral, notre sel.

Sororellement,

Rédigé par Cicne&Ròsa

Publié dans #Figures féminines, #Féminisme, #Féminin Sacré

Repost 0
Commenter cet article