Trencar (trancher) Vel (voile)?

Publié le 2 Mai 2015

Trencar (trancher) Vel (voile)?

Trancher le voile, c'est ce que nous lisons. Hermétisme?

Le trancheur, c'est ce qu'en dit Mistral. Faits d'armes?

"Casse Noisette" aurait été un surnom dont était affublé Aton, invivable. Ah tiens?

Trencavel. Mon adoré Raymond-Roger, vicomte de Carcassonne, Béziers, Albi. Héros s'il en est et l'une des premières victimes de la Croisade contre les Albigeois, chevalier qui a défendu son peuple face à l’oppresseur, jusqu'à en mourir, de la main fourbe de Simon de Montfort, dans l'un de ses cachots. Fils d'Adélaïs, comtesse de Toulouse aux yeux lilas, qui m'a inspiré ce blog. Pourquoi lui, alors que s'annonce, cette nuit, le 10 000ème visiteur unique de mon blog?

Car voyez-vous, depuis peu, je re-porte l'anneau à mon annulaire gauche, marquant ainsi mon engagement pour la défense de mes valeurs, féministes et occitanes, pourtant perdues dans le combat contre mon ex toxique, par amour pour mes deux filles. Oui, telle une faydit, j'ai tout perdu : emploi, enfants, toit, dignité ... et toute trace d'affection à mon égard ; jusqu'à la raison. Et l'affaire ne fut pas des plus justes qui soit. Enfin bref, sans m'amputer un sein, n'ai-je pas tout -ou presque- reconquis, à commencer par la confiance de celles et ceux qui détenaient mon à venir entre les mains? Ne dit-on pas, simplement, que le chemin des cathares est Justice&Vérité? Car ce qui me tient droite, en catharisme, n'est pas le dogme religieux, mais bien un désir d'appartenance culturelle -et non cultuelle, j'insiste-, au nom des valeurs qui ont fait de l'Occitanie médiévale une civilisation brillante : esprit de résistance, paratge e convivencia. Cet idéal me porte. Il est décalé, et alors? Folie? Sectarisme? Dégénérescence? Je vous emmerde. Moi, au moins, j'ai su sortir du désert. Cicne pour chevaleresse au cygne et Ròsa pour troubadouresse à la rose, n'en déplaise à celles et ceux qui y verraient ... quoi au fait?

Ce soir un fou dégénéré sectaire, appelons-le Edward, s'indignait de la défense que nous assurions, avec une poignée de femmes engagées en féminisme, -et d'hommes aussi-, donc il s'indignait que nous ne laissions pas de porte de sortie à des pédo-criminels d'Etat avérés. Leurs propres paroles et écrits faisant office d'aveux, je ne vois pas en quoi je n'aurais pas pu, dû, su trancher, au nom de la République -qu'il dit l'autre-?

Trencar la vergueta comme disent -je l'ai décidé- les radfem occitanes, reste parfois la meilleure chose à faire. Mais est-ce suffisant?

Chef de pub, quel beau métier ... Ah, si demain l'on me confiait certaines campagnes en cette veille de Beltaine ;-)

Sororellement,

Rédigé par Cicne&Ròsa

Publié dans #Occitanie, #Catharisme, #Féminisme, #Trobairitz&Trobadors

Repost 0
Commenter cet article