Spiritus Rector

Publié le 5 Octobre 2016

Spiritus Rector

En fait, la difficulté d'être spirituelle dans cette Société vient du fait que ce sont des êtres superficiels souvent hyper matérialistes et capitalistes qui définissent la norme. Ils se ressemblent tous, regardent les mêmes émissions débilisantes, bouffent de la merde empoisonnée à tous les repas, écoutent la même daube commerciale à la radio. De plus, la spiritualité est en général l'apanage de l'homme qui se targue d'être son gardien, édifiant des dogmes asservissants aux quels se soumettent avec une piété immature des personnes qui croient non pour avoir expérimenté mais pour avoir été gavées comme des oies d'élevage depuis l'enfance. Ainsi sont toutes les religions, sectaires. On trouve encore chez les intellectuels laïcs des moqueurs de bigots et bouffeurs de curés ; hélas, ils mettent religion, spiritualité et occultisme dans le même sac et tu ne peux avoir de préoccupation autre qu’enracinée dans la matière sans passer pour un-e illuminé-e. Pour ma part, je me sens au dedans autant blanche que black, beur ou asiat' ; mes voiles sont gonflées d'influences gypsy et dianiques, ma toute première identité culturelle est occitano-cathare ; mes préoccupations sont les droits humains, la liberté, la paix et la sororité ; le but de ma vie, ma quête initiatique, ma mystique, ma chevalerie, mon trobar, c'est l'Amor ; je ne crois pas : je ressens, je vibre et j'évoque ; je ne sais pas, je suis agnostique ; libertine d'esprit et anarchiste spirituelle je suis fière d'être ; la poésie et la kundalini yoga donnent des alibis à ma folie quand je me dis que finalement je vais faire mien le concept de neurosagesse développé par Idriss Aberkane.

A mes côtés on peut se perdre ou se trouver, imploser, exploser, mais rarement souffrir car je n'aime pas faire un mal pour un bien, ma spiritualité me l'interdit :-)

Avec sororité,

Rédigé par Cicne&Ròsa

Publié dans #Société, #Spiritualité

Repost 0
Commenter cet article