Le neuromarketing ou la fin des haricots

Publié le 21 Novembre 2016

Il y a un peu plus de trois ans, j'appelais à la vigilance dans mon premier article "Putains de techniques" mettant en garde contre toutes les techniques de vente, de management, d'achat, de séduction qui sont en fait des techniques de manipulation, ni plus ni moins. Il s'agissait à l'époque de dénoncer un coatch en séduction avec des méthodes vraiment douteuses mais tolérées par la Société patriarcale, allant même jusqu'à l'incitation au viol. Preuve en est le nombre de site dédiés aux conseils en séduction qui pullulent aujourd'hui sur le net, conseils prodigués par des messieurs en mal de reconnaissance évidemment, visant à faire céder autant que peut se faire des filles et des femmes après bien entendu les avoir mises en confiance. 

 

Alors vous me direz, c'est quoi le problème? Ben justement, le problème, le vrai, c'est que vous ne le voyiez pas, le problème. Toutes ces techniques corrompent les relations humaines, pervertissent les rencontres : on remplace la profondeur du sentiment par de l'emprise. Tout est calculé, prémédité, comme dans une partie d'échecs. La découverte des besoins de l'autre, qui est en soi absolument naturelle et spontanée normalement devient l'objet du piège que l'on referme sur sa proie. Si l'on utilise des techniques de manipulation, l'on devient évidemment un manipulateur dans la mesure où il est question d'agir de manière détournée voir perverse afin d'amener autrui à servir ses propres intérêts. C'est de la prédation psychique.

 

Voilà donc comment se font parfois draguer nos adolescentes aujourd'hui. C'est creux et superficiel certes, mais les filles sont tellement conditionnée à être passives, sages et soumises -oui oui, aujourd'hui encore-, infériorisées, intériorisées et dominées qu'elles se laissent piéger : c'est qu'ils ont tout du prince charmant dont on nous gave depuis l'enfance. Mais je me demande, au fait, il n'y aurait pas comme une recrudescence de violences psychologiques ces dernières années? Toutes ces histoires de pervers narcissiques qui abondent sur les forums et autres magazines ... ce ne serait pas lié? Mais attendez, parce que le pire est à venir. C'est vrai, aujourd'hui, tout le monde y va de sa petite psychologie de comptoir, comme avec par exemple la Programmation Neuro Linguistique ou la psychanalyse, la communication non verbale, à bon ou à mauvais escient. Parfois pas pour apprendre à mieux se connaître, à panser ses plaies et à (s') aimer mieux non, dans le but d'avoir le dessus, de dominer une situation ou une personne, d'avoir raison, le dernier mot etc. Donc on n'est plus dans l'écoute, l'échange, le partage. Individualisme, êtres-humains considérés comme des objets, du jetable, course à la rentabilité, à la compétitivité : c'est le capitalisme, la société de consommation, déshumanisante, destructrice et persécutrice.

 

Mais je disais que ce n'est pas le pire .... Le neuromarketing est une discipline qui vise à recourir aux neurosciences dans le milieu de la communication et des médias en étudiant les mécanismes cérébraux des êtres humains afin de rendre libres ... de consommer à coup sur. Michel DESMURGET, chargé de recherches au CNRS explique notamment comment les grandes marques utilisent le cerveau des enfants en les abrutissant par des émissions débiles afin de créer de la disponibilité dans leurs cerveaux pour la publicité. Ainsi ils apprennent à devenir des consommateurs avides soumis aux stimulis de la pub dès leur plus jeune âge. Et ça, c'est absolument effrayant. Ce qu'il faut comprendre ici, c'est que ça, c'est vraiment la fin des haricots si nous ne réagissons pas. Car demain, ces techniques seront usitées et reconnues dans le management, les commerciaux seront formés avec, et évidemment, cela s'étendra à toutes les strates de la société : le gosse de 20 balais qui voudra sodo un baiser d'une jeune fille qui se refusera à lui fera appel à ses connaissance en neuromarketing qu'il aura reçu la veille par mail, abonné à la lettre d'information d'un champion de la séduction au quel les filles ne refusent rien. Et le patron aura ses esclaves, et en rendra quelques uns dignes de la transmission de son savoir que l'esclave s'empressera d'essayer dans son cercle privé : un nouveau pouvoir, c'est chouette!

 

Un exemple concret d'émission vraiment tendancieuse, quand on se penche sur son ossature, est "Mariés au premier regard", qui vise à former des couples selon des critères prétendument scientifiques.  Un exemple concret de masculinisme, allez, soyons folles, de misogynie flagrante validée et véhiculée par les médias de masse à grande audience. C'est ce que je répète, le staff dirigeant, les têtes pensantes de ces médias sont des hommes, en, général. Ici, l'expert en relations amoureuses, Stéphane Edouard, sociologue, expliquera sur son blog personnel "comment dresser sa femme", ou encore tiendra des propos douteux sur le viol. Ces propos sont d'une violence inouïe envers les femmes, allez faire un tour sur son site, c'est flagrant (je vous laisse surfer). Pour certains, développer la "masculinité" c'est garder le pouvoir à tout prix, quitte à devenir violents. Ce genre d'homme, très influent dans des réseaux plus ou moins sous marins, enseigne aux autres hommes comment manipuler sans y paraître et sans se faire coincer. Le psychologue de l'équipe, spécialisé en politique et sexologie est, quant à lui, issu d'une université catholique, ça va de soi. Ces gens là étudient jusqu'au moindre geste, la moindre posture, mimique faciale, intonation de la voix, choix de la direction du regard, lenteur des mouvements ... A tel point qu'on pourrait finir par voir le mal partout! C'est un cancer sociétal des temps modernes...

 

Déjà, quand j'étais chef de pub, si j'avoue avoir utilisé sans conviction, pour tester, le SONCAS, je trouvais que l'AIDA c'était ...mal. Alors imaginez quand je vois arriver les mêmes têtes dirigeantes, dont je sais que les seules motivations sont le pouvoir et l'argent...

 

Avec sororité,

 

Rédigé par Cicne&Ròsa

Publié dans #Féminisme, #Société, #Manipulation

Repost 0
Commenter cet article