Perversion 2.0 - Perversion XY

Publié le 8 Janvier 2017

Facebook a fermé "Babylone 2.0".

+ de 50 000 mecs, jeunes et moins jeunes, partageaient des photos [souvent volées, et sans autorisation, cela va de soi] de leurs conquêtes nues, ou en tenue sexy, dans un groupe secret, et se marraient ensemble à commenter leur physique, et leurs exploits sexuels. 50 000. 50 nuances de mépris, de violence, de souffrance, de tentatives de suicide, d'intimidation, de chantage, de sadisme, de perversion, de menaces, de honte, de culpabilité. 50 nuances de misogynie. 50 nuances de mort, physique ou psychique. Facebook avait autorisé la publication de ces images alors que les photos des FEMEN, la toile "L'origine du monde" de Courbet ou la Marianne de Delacroix sont floutées quand elles ne sont pas carrément supprimées pour avoir été signalées en masse. Donc en fait, Facebook a fermé Babylone 2.0 juste parce cela a fait des vagues, et que la presse, alarmée par les féministes, a relayé cette information de la plus haute importance.... La peine encourue est de 2 ans de prison et 60 000€ d'amende depuis peu, selon l'article 226-1 du Code Pénal. Les moralistes vous diront que les filles sont responsables de s'être laissées prendre en photo. Alors, souvent d'abord, les filles et femmes ne savent pas qu'on les a prises en photo, ensuite, l'érotisme au sens noble n'est pas perversion : ce jeu peut et devrait être un piment pour deux d'amant-e-s amoureux-ses et respectueux-ses l'un-e de l'autre... le fantasme serait donc prohibé au sein du couple et affiché partout dans la pub? Oui mais voilà, c'est sans compter sur la perversion de ces Messieurs, estimant que le corps des femmes leur appartient. En général, ils préfèrent plutôt détruire une femme qui les a fait planer grave plutôt que d'imaginer qu'elle en fera planer un autre. Alors ils ne lésinent pas sur les moyens, pour lui faire mal. Une pétition est en cours ici notamment pour une journée de sensibilisation des jeunes générations.

C'est bien ça le plus difficile à vivre quand on a toujours aimé, respecté et eu confiance aux hommes ... quand on a toujours cru en l'amour ... de se dire qu'en fait ... ce n'est peut-être pas [vraiment] réciproque, et préférer se faire des plans sur la comète sans eux, plutôt que de tenter l'aventure à nouveau -pour la énième fois- car entre toutes ces les techniques de manipulations perverses vendues à prix d'or, le porno qui a fait de la femme un objet consommable, interchangeable et jetable, les masculinistes qui se battent contre les droits des femmes, sans compter les briseurs de femmes libres en bandes organisées et les intégristes religieux qui voilent les ambitions des femmes cherchant à se réaliser en dehors de la maternité ... on n'ose plus croire en l'amour hétérosexuel, ni en faire un moteur, ou un principe éducationnel ... Un homme vraiment bien, ça ne court pas les rues ... faut arrêter de laisser nos gamines se shooter à cet opium qu'est l'amour et que lui inculquent les romances Disney. Et je plussoie l'équipe de Two Girls 1 Mag qui explique si bien, -ironiquement, en remerciant les hommes- que la peur qui nous anime toutes et que nous nous transmettons de soeur en soeur et de mère en fille, d'être moquées ou fantasmées, publiquement humiliées, et qui engendre d'avoir à choisir finalement entre célibat ou paranoïa, pèse lourd sur notre capacité à pouvoir accorder notre confiance.

 

 

Mais si mon dégoût s'arrêtait ici ... j'en suis bouleversée.... les soldats Français ayant violé des femmes et des enfants en Centrafrique ne seront pas poursuivis, l'affaire est étouffée. Comment les hommes peuvent-ils être aussi pourris, la justice aussi vermoulue et les politicards aussi corrompus? Si ils et elles avaient étés des femmes et des enfants blancs, est-ce que cela aurait changé quelque chose? Le viol est un crime de guerre, le viol est acte de cruauté dans les conflits armés, quelle que soit la guerre, quelle que soit la couleur de peau ou la nationalité des hommes : la perversion XY... Non, le viol n'est pas du sexe, pour sexer il faut être deux à consentir, à désirer. Le viol c'est de la domination, des pulsions prédatrices et mortifères, une agression, de la violence, un crime. Le viol, c'est considérer d'autres êtres humains comme des objets à sa disposition, c'est déchoir en humanité, c'est n'être plus qu'une sous-merde parmi les hommes. Ne pas condamner c'est être complices, cautionner. On sait à quoi s'en tenir. J'en avais touché deux trois mots ici il y a quelques années.

Ma dernière amertume cette semaine concernera Christophe Béjach ancien conseiller de Montebourg à Bercy, condamné (qu') à du sursis pour avoir envisagé des clichés pornographiques avec trois petites filles et planifié un rapport sexuel avec la plus grande, de 12 ans. Il a été retrouvé dans son ordi des images de pénétration d'enfants. Du sursis. Il était dépressif le pauvre. Sinon, il y a aussi la gamine de 12 ans violée par 10 garçons, dont 1 majeur, ou le réseau pédophile de Youtube. On pensera à ces révoltantes affaires de raids anti-féministes qui défrayent la chronique actuellement, et encore, vous vous doutez bien que cette haine distillée publiquement n'est que la partie visible de l'iceberg. Pas besoin de creuser beaucoup, les joyeusetés tombent du ciel.

Ces exactions patriarcales, cette perversion XY que vous êtes encore bien trop nombreux et nombreuses à ne pas vouloir voir corrompent l'être humain-e, avilissent l'humanité et détruisent la planète. Je n'en suis pas exempte mais je travaille à mon amélioration ; c'est ce que les cathares appelaient le melhorament, quoi qu'en disent les religieux du Livre conditionnés par les dogmes qu'ils associent à une toute prétendue loi divine. Alors dites vous bien qu'il n'y a pas de trop petite pierre quand on construit une meurtrière dans un rempart, et qu'ignorer une injustice, c'est prendre le parti du tortionnaire. Je terminerai avec la savoureuse et caustique écrivaine Jaqueline Kelen, qui a été productrice à France Culture pendant 20 ans, dont j'adore la plume suave et bien trempée dans son ouvrage "Un chemin d'ambroisie" : " Je comprends que le manichéisme, puis le catharisme aient voulu résoudre cette sombre énigme en évoquant le Démiurge mauvais, créateur de ce monde. "

 

Avec sororité.

 

 

J'avoue

Rédigé par Cicne&Ròsa

Publié dans #Société, #Féminicides, #Féminisme, #Manipulation, #Femen

Repost 0
Commenter cet article