Quand le porno défait les liens sacrés du désir

Publié le 21 Janvier 2017

L'impact du porno sur la sexualité des hommes a pour conséquence directe la souffrance psychique que cela génère chez les femmes qui brident forcément leur désir ne se sentant elles-mêmes pas désirées pour ce qu'elles sont mais plutôt objétisées, comparées, remplaçables, jetables, non désirables, infériorisées. Je sens poindre encore l'ultime attaque de névrose que je prends de plein fouet à chaque fois que j'aborde le lien très serré entre le désir qu'éprouvent certaines femmes et la capacité qu'ont leurs amants à les érotiser (au sens noble : l'érotisme n'est pas un vice, ni perversion, ni pornographie) c'est à dire à connaître d'autres éthers en fantasmant une joute érotique avec elles. Non, je ne parle pas que de cul, de pénétration, de cuni ou de fellation, mais de tout cet avant plein de promesses, à la fois tendres ou coquines, sensuelles ou torrides, cet avant où l'on ne s'effleure qu'avec les yeux -miroirs des âmes- où nos inconscients se mêlent pour des joutes exquises ... cet avant où l'on s'accorde quel que soit le degré d'intimité désiré (purement sexuel, affectif, intellectuel, spirituel) cet avant où l'on se met au diapason, où l'on se mord, où l'on se pique, où l'on s'entraîne dans les profondeurs abyssales. Alors certes, il y a un avant, le tout premier, et ceux qui suivent : cet avant, c'est le royaume du désir. Une connivence entre deux amant-e-s qui s'interpellent au plus profond sans forcément s'être touché-e-s, c'est une vibration qu'il me plait d'imaginer telle un bouclier protecteur, celui derrière le quel les amant-e-s se trouvent et se retrouvent, communient plus qu'ils ne communiquent, se mêlent et se nouent. Oui, je sais, ça plombe un peu l'ambiance, c'est hormonal paraît-il, le cerveau qui nous jouerait des tours, sans détour. Les troubadours ne le savaient pas quand ils créèrent l'amor de lonh, celui où l'on ne se touche que par la pensée ... au moins pendant un temps. Oui je sais, c'est rome antique, je l'assume parfaitement, au moins autant que j'assume aimer brûler d'un désir plus violent, avide, possessif et les joies du rough sex. Enfin dans mes fantasmes, car je suis à jeun depuis plus de 6 ans (j'ai mal à mon gras et les pro-féministes ne courent pas les rues mais j'ai faim de tout, miam ... j'ai un séducteur nombriliste ou deux qui m'ont mise en appétit ces sadiques ... je les pendrais bien par le nez à un hameçon géant pour les jeter aux requins 凸(`⌒´メ)凸) et je suis encore dubitative quand je repense à mon ex pourtant violent en dehors du sexe, qui ne faisait que l'amour et qu'en douceur, se sentant "sale" dans certains de mes commandos armés et trouvant ma lingerie sexy comme porte ja' en dentelle et autres corsets trop sulfureux à son gout. Maudit complexe madone et catin institué par les pères de l'église, j'aurai ta peau.

 

La problématique du porno, c'est qu'aujourd'hui avec internet tout le monde y a accès en un rien de temps sans la moindre surveillance et que donc [c'est le plus terrible] des gosses à peine sortis de l'enfance y trouvent matière à parfaire voir carrément à instruire leur éducation sexuelle. Le sentiments, la romance, le respect, le consentement, les préliminaires, le désir même sont vandalisés, les femmes rabaissées, humiliées, violentées et les pratiques de plus en plus hard sont devenues le commun au grand dam des actrices de films X qui acceptent, selon Ovidie, des condition de travail absolument insoutenables. Le problème, c'est qu'à un moment donné, cette perversion instillée au goûte à goûte s'est étendue insidieusement au point que nous sommes dans une permissivité laxiste et relativiste tolérant ce que jamais nous ne devrions, au moins afin de préserver l'innocence. Je pense à un Polanski par exemple, poursuivi par les EU pour des faits "graves mais anciens" selon A. Azoulay Ministre de la Culture, ayant drogué et violé une mineure de 13 ans, qui aujourd'hui est nommé président des Césars : n'y avait-il personne de plus ... exemplaire? Un choix éthique et juste n'est-ce pas ce qu'attend le public, finalement? Autre exemple, cette affaire de réseau pédophile sur Youtube, vous me demanderez le rapport, mais c'est des causes aux effets ... Les trois P, Prostitution, Pornographie et Pédophilie, les trois piliers du patriarcat. Ici l'un de ces piliers, que le féminisme vise bien entendu sciemment : la pédocriminalité. Oui car on évitera de dire [pédo] philie : philia φιλία est le mot grec qui exprime le sentiment qu'est l'amitié, et de fait la réciprocité dans ce lien. On considère qu'un élève par classe est victime d'inceste ... Quand les gosses font leur éducation sexuelle sur uporn, que le sentiment est devenu le boulet des "faibles", que le respect et le consentement ne sont plus transmis dans l'éducation, que la violence et la domination sont des codes sociétaux forts, cela donne un bien vilain horizon, surtout pour les filles et les femmes, à priori, mais pour les garçons et le hommes aussi, qui deviennent pervers en devenant addicts à cette violence, car cela en est, de la violence. Et quand on lit les témoignages de paye ton bahut/ta fac/ton couple/ta robe/ta blouse, c'est à pleurer. Pour prendre conscience de ce qu'est réellement la misogynie au quotidien, il n'y a pas mieux !

 

Bref, pas de quoi vouloir faire des gosses/construire ou sauver un couple avec ce genre de personnalité formatée par ce qui relève d'une éducation genrée, c'est un conditionnement sociétal, un barbarisme dont je me demande bien le but? Quand j'écoute certains conseils sexo assez communs comme "imaginez faire l'amour avec qqn d'autre pour mettre du piment"  ou "les femmes désirent leur homme quand il les trompe, car ce qui attise le désir, c'est le manque" je dois avouer que je me sens particulièrement mal à l'aise : l'autre n'est pas une poupée gonflable (et dire qu'il en est commercialisé qui ressemblent à des enfants, spécialement pour les pédocriminels) et l'exclusivité plutôt que le manque peut, aussi, attiser le désir, des femmes. Là encore, objection patriarcale de subir des relations toxiques où l'on se fait humilier et rabaisser sous prétexte que les hommes seraient "comme ça". En fait, les sexologues étant souvent des hommes, (il est mal vu qu'une femme s'intéresse, affiche ou vive librement sa sexualité), il n'est bien entendu jamais question d'abandonner certains privilèges! C'est donc demander aux femmes d'endosser un rôle maternel et sacrificiel en acceptant et endurant des souffrances intolérables sous prétexte qu'elles servent la toute puissance du sacro-saint phallus. En fait, c'est pervers. Et je doute que les hommes, amoureux, supporteraient à ce sujet 1/3 de ce que l'on subit à être mises en permanence en concurrence, pornifiées, humiliées. Bien entendu, il faut aller au delà du cas individuel, et voir les causes, ainsi que les effets. A qui profite réellement la stimulation de ce désir masculin vagabond si savamment orchestrée et cette pornification des femmes dont on s'évertue à éteindre le désir, diabolisé depuis la nuit des temps? Ah mais oui, à la préséance de la domination masculine!

 

Donc en cette journée extraordinaire de marche mondiale des femmes contre l'investiture du Trump je vous dis, avec sororité, qu'on ne se laissera pas abattre, la porte est et restera toujours ouverte, chez moi.

 

Edit du 22/01 à 21h17

 

Ouh là là, fallait s'y attendre, si certains estiment ce billet carrément initiatique d'autres réclament le porno comme un droit (comme ce fut le cas avec la prostitution) nous disant  "insurgez-vous plutôt sur la maltraitance Animale que sur des vidéos de cul qui rendent service" ou d'autres encore estimant que *pudibonderie* les représentations sont tabous car le sexe serait un aspect rejeté de la vie. Ils ne savent plus quoi inventer pour pouvoir continuer à se masturber sans culpabiliser, ces amateurs de voyeurisme. Alors bien entendu, on va commencer avec l'hypocrisie nauséabonde, genre, nous demander de nous insurger contre la maltraitance animale plutôt que contre les maltraitances faites aux femmes sous prétexte que certains ont besoin du porno pour avoir une érection ... pauv' gars! Ensuite, il n'est pas question de rejeter les représentation de l'éros, mais de faire en sorte qu'il reste intimement lié à la psyché afin que s'épanouisse la volupté ... mais pour les deux amants, pas que pour un seul! Les femmes ne sont pas au service des hommes, et dans le porno, elles sont trop souvent violentées, humiliées, rabaissées. Les hommes n'ont pas plus de libido que les femmes, et s'ils travaillaient plutôt à faire croître le désir et la tension érotique de leur amante, ils connaîtraient des merveilles qu'aucun porno ne pourrait remplacer : pourquoi les femmes rendraient-elles services, comme esclaves sexuelles, aux hommes? Là on parle de porno, pas d'érotisme et il n'est que très très très rarement question de l'érotisation du corps des hommes à destination des fantasmes des femmes. Du reste, je n'ai pas d'érection (clitoridienne) en me rinçant l'oeil sur un homme dont je ne sais rien de son "intérieur" (sa psyché)... un abruti, un mec creux, fasciste, intégriste, islamiste, nazi ne me donne pas envie, qu'en sait-on sur papier glacé? Excusez-moi de ne pas donner dans la superficialité : les hommes seraient-ils tous aussi peu profonds? Mais il est vrai que je suis sapiosexuelle, je vous en demande un peu trop. Les femmes ne sont pas des objets prédestinés à vous faire dresser la verge messieurs, ni juste là pour votre bon plaisir. Ce qui est réellement tabou, c'est la violence et l'humiliation que subissent les femmes sous prétexte que "ça rend service" à des frustrés sans le moindre égard pour l'objet de leur désir, tant qu' ils jouissent. C'est pervers. Et puis, franchement, il y a des Clubs où l'on peu s'exhiber, regarder, échanger, caresser, lécher, pénétrer, se faire pénétrer, attacher, soumettre (...) l'entrée est payante, réservée aux adultes consentant-e-s et où l'on peut s'adonner à tous types de fantasmes (je ne parle pas de cruauté ni de perversion) en étant, dans le feu de l'action, conscients de la condition et du consentement des participant-e-s et de la façon dont les femmes (et les hommes) sont réellement traité-e-s. What else?

 

Edit du 30 Janvier à 21h

Ce matin, alors que j'avais publié ce billet dans le groupe "Pour une éthique contemporaine", sur facebook, l'un des administrateurs, au près du quel je défendais que la pornographie n'aidait pas à la jouissance féminine car trop violente, m'affirmait au contraire que le porno aidait à l'épanouissement de la sexualité des femmes, et soulignait mon puritanisme (lol). Il s'agit de Gérard Vignaud, psychologue et psychanalyste, président de l'Institut d'éthique contemporaine, dont les deux dernières conférences avait pour thème la femme libre. Depuis, j'ai été éjectée du groupe sans préavis, et mon billet aurait été supprimé, lui aussi, selon un membre de l'Institut avec le quel j'ai discuté en messagerie privée. Si quelqu'un connait ce Monsieur, saluez le de ma part et proposez-lui plutôt de revenir aux basiques et de se former en éthique humaniste, car la misogynie et l'irrespect flagrant dont il a fait preuve, sans compter le déni de la violence en question, -ce qui est le propre des pervers- sont hélas le pâle reflet de ce que les femmes ont a subir quand il s'agit de leur sexualité. J'adore quand un vieux bitard veut m'expliquer ce qui doit ou non m'exciter. 

"On entre en éthique quand, à l’affirmation par soi de sa liberté, on ajoute ... la liberté de l’autre ..." Paul Ricoeur (piqué sur leur site, à mourir de rire)

Good night

 

Illustration Emily Balivet, Les trois Parques, ou Moires

Rédigé par Cicne&Ròsa

Publié dans #Société, #Féminisme, #Sexualité

Repost 0
Commenter cet article