Guerre des sexes ou combat contre l'hégémonie masculine?

Publié le 11 Février 2017

Je viens de lire un excellent billet de Céline Héquet, ici sur les prétendus préjugés et discriminations que certains hommes subiraient notamment à cause des féministes dans notre société. Il est évident qu'ils souffrent, aussi, du conditionnement lié à l'éducation genrée et du poids des stéréotypes. C'est indéniable. Mais a-t'on déjà vu une classe dominante se plaindre de ce que lui fait subir la classe qu'elle opprime? #NotAllMen. Nan nan, je ne pratique pas la méthode d'amplification de l'équipe féminine de Mystère Obama à la Maison Blanche!

 

Quand inlassablement, finalement, tu décides de faire confiance, quand même. Parce qu'au delà des clivages et des stéréotypes de genre, tu sais pertinemment ce qui les conditionne et la puissance de l'égrégore (pensée/inconscient collectif d'un groupe) de la meute masculiniste ... Les femmes combattent pour leurs droits, leur dignité alors que ces mâles guerroient, eux, pour leurs privilèges et garder le pouvoir. Nous ne cherchons pas des alliés pour les dominer, les séduire, les perdre en leur faisant du chantage ou en les harcelant, nous ne visons pas leurs places, ne voulons pas leur mal ... je sais ces peurs très profondément ancrées dans la psyché masculine, je sais aussi trop bien la violence qu'elles éveillent, j'ai regardé de nombreuses fois, impuissante, des hommes que j'aimais -amis, amants- basculer dans ce côté obscur et se repaître de ma souffrance parce qu'ils finissaient par m'évaluer comme dangereuse, bien satisfaits de m'avoir mise hors d'état de nuire .. mais dangereuse pourquoi? Pour leur virilité? Leur statut de dominant? Nous cherchons des alliés pour combattre la misogynie, et les inégalités que nous subissons tous les jours, pour dénoncer les injustices devant les quelles plus personne ne se lève tant elles sont banalisées. Oui, toi, homme, je persiste à te faire confiance et à avoir envie de t'aimer, malgré mon coup de mou après l'élection de Trump et tous les remous que je sais qu'elle provoquera, lui qui hait tant les femmes ... Alors oui, il faut savoir faire confiance, pas tout le temps, pas sans condition, mais je l'assume, questions d'éducation.

 

 

Les pères de la psy, de la politique, de la communication, de la justice, des finances, de l'industrie, de la médecine, de la philosophie, des sciences etc etc sont, bien entendu, des hommes. Tout a été pensé et créé, par eux et pour eux, c'est le principe même du patriarcat que les féministes s'évertuent de détricoter, théorisant selon l'expérience et le savoir féminins, non en tant que tels ontologiquement mais se transmettant transgénérationnellement selon les normes sociétales et éducationnelles. Or, sous prétexte que ces théories ne se reflèteraient pas parfaitement dans les leurs ou pointeraient autre chose comme par exemple le fait que ce soit la structure de la psyché des femmes pauvres et maltraitées et non la violence et la justice patriarcales qui soient à remettre en question concernant la personnalité sensitive soit disant pathologique, elles auraient moins de valeur? Comment alors ne pas pathologiser la violence ou la perversion qui édifient quand même la structure du patriarcat? Pourquoi toujours envisager Camille Claudel comme une malade mentale, une femme fragile, et non comme une artiste talentueuse, certainement hypersensible et traumatisée par ce que lui a fait subir le "grand" Rodin, narcissique et égoïste, s'appropriant leurs oeuvres à deux mains, et humiliant ses sentiments en la manipulant au point de la mettre sous emprise? Qu'en dirait un-e victimologue comme Muriel Salmona aujourd'hui? Des exemples psy car ils me semblent tellement plus faciles à saisir afin d'illustrer mon propos. Et que j'ambitionne de décrocher un Doctorat, en psycho. Oui. Je vais révolutionner la psycho. J'en ai assez de ces théories et concepts, de ces préjugés parfaitement misogynes .....

 

Avec sororité, 

 

Illustration : L'amour vainqueur de Bouguereau (toujours autour du mythe d'Eros et Psyché, Psyché que l'on reconnait, cachée, à ses ailes de papillon)

 

Rédigé par Cicne&Ròsa

Publié dans #Société, #Féminisme

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article