Mater les mecs?

Publié le 12 Mars 2017

On m'a fait remarquer que je ne regardais plus les hommes. En fait, si, je les vois, mais plus comme d'éventuels amants, futurs partenaires de joutes amoureuses, mais plutôt comme de potentiels ennemis, non à abattre mais dont il faut se méfier. Oui, selon mon expérience, je trouve les hommes lâches, fourbes et potentiellement dangereux, essentiellement car ils sont très égocentrés, habitués qu'il sont à être infantilisés et servis. Il n'empêche que je puisse être touchée par ce qu'il dégagent, ou la nature de leurs réflexions et leur engagement humanistes mais là encore, je ne les considérerais pas comme de potentiels amants, simplement comme des êtres dignes d’intérêt, éveillant ma curiosité. Je ressentirais un élan de tendresse, de l'empathie, de la sympathie, parfois même des affects plus profonds, mais je ne les considérerais toujours pas comme des amants potentiels : je les vois, mais pas dans mon lit. Par contre, il me suffira de la magie d'un instant, aussi infime soit-il, un frémissement dans la voix, un regard éperdu, vibrer d'un frôlement ou d'une attention timide mais sincère pour basculer totalement. Ce qui est redoutable, c'est que ces moments là puissent être reniés, voir, pire, feints ! Oui, je redoute, à ce jeu là, ces putains de tordus d'hommes menteurs, et séducteurs, acquérant leurs techniques de manipulation en bande organisée, visant à piller la psyché féminine, car une amante qui se livre tout à fait, garante des rites de souveraineté, plus savoureuse, plus tendre, plus généreuse : une véritable porte vers le ciel, initiant à des plaisirs éthérés exquis.

 

Un homme vraiment amoureux de moi -et non de lui-, non, je crois que je ne sais pas ce que c'est. Je laisse trop de liberté, et n'en ai jamais assez, ce qui se retourne toujours contre moi. Mettre un cadre, poser des limites, ses conditions : on négocie une relation comme on le fait avec un contrat, imposant des règles censées nous protéger de la trahison, de la tromperie, de l'abus. Et on me demande encore pourquoi je n'ai jamais voulu me marier ou pourquoi je ne veux pas revivre avec quelqu'un? Cela ne ressemblerait-il pas à une stratégie guerrière plus qu'à de l'amour? Ishtar?

 

Alors le prochain, je mettrai mes règles : on travaille à se faire moins de mal (le plus de bien?) possible, on se ment le moins possible. On communique -avec le corps, les yeux, la langue, les lèvres, les corps à corps, l'esprit, la conscience, les inconsciences, les symboles, la parole-, autant que peut se faire. On prend le temps, et please, Goddess, rien de tiède ou de gris, je veux être tourmentée par la passion, le désir et le manque. Un fol amour ou rien ^^

 

C'est vrai, je ne mate pas les mecs comme des bouts de viande ;-)

 

#AdopteUnChatNoir

 

 

Avec sororité,

Rédigé par Cicne&Ròsa

Publié dans #Féminisme, #Société, #Sexualité

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Remi 13/03/2017 09:22

Très, très bel article, d'une très belle et très riche personne. Merci.

Cicne&Rosa 13/03/2017 20:31

Merci!