La maternité, ce bagne. Quoi mon genre?

Publié le 29 Avril 2017

Oui. 

 

La maternité, ce bagne.

 

Il y a 10 ans, j'étais simple commerciale, dans la pub, et je gagnais ev 2000€ nets, j'avais un véhicule de société, une carte essence illimitée, un tel avec forfait 3h + mutuelle aux frais de l'entreprise, des tickets restos. J'étais célibataire. Les Jeudis soirs, c'était bringue et pastas/dessins animés à 5h du mat' (je bossais pour un hebdo, les Vendredis, on corrigeait les pubs donc on ne voyait pas de clients). La belle vie, vraiment, quand j'y repense. A 25 ans, j'étais libre, mais pétrie de doutes et de complexes. Si j'avais su ... j'aurais fait carrière.

 

Aujourd'hui, je suis précaire. Seule avec mes deux filles de 6 ans et demi et 8 ans. Après les violences conjugales, physiques et psychologiques que j'ai subi. Après être passée pour folle et maltraitante. Après la psychiatrie, la séparation de la chair de ma chair. Après m'être retrouvée, à cause du père de mes filles, sdf. Après le foyer. Après avoir accepté d'être exploitée en tant que cheffe de publicité pour sortir du foyer, et récupérer mes filles. Après avoir pris 50 kilos, être devenue diabétique, hyper tendue, je suis précaire. Mais j'ai de la chance. Aujourd'hui, j'ai un logement social avec un jardin, dans ma ville le bus est gratuit (ma voiture m'a lâché) et j'ai un arrêt juste à côté, j'ai le droit à l'Auberge du coeur (deux grands cabas par jour pour 1,20 € pour 3), j'ai le droit à des billets de train gratuits sur ma région, des tarifs en fonction de mes ressources pour les activités périsco dont la municipalité est pourvue (centre équestre, conservatoire de musique, école d'arts plastiques, école des sports, théâtre), le musée propose des ateliers enfants gratuits, les animations de noel, dont les manèges, le sont aussi. Une ville de gauche quoi, vraiment. D'ailleurs, on n'est pas très loin de Bordeaux, j'ai eu des RV,pour des postes de cheffe de pub : Cdiscount, les Pages Jaunes, entre autres. Je n'y suis pas allée. Les trajets, on est à 40 mn. Puis j'ai pas envie du stress, je suis seule, pas envie de faire retomber la pression sur mes filles après le taf, les courses, le ménage, les devoirs, les repas. Oui mais il y a 10 ans, j'avais une vie sociale, riche. Et une vie professionnelle ... intense. Et je pouvais tout payer, moi-même. Il y a 10 ans, j'avais une vie. De femme. Aujourd'hui, je connais que les joies -et les sacrifices-, de mère. Je ne veux pas "refaire" ma vie. Je ne pourrais rien payer, rien partager. Un resto? je peux pas. Un week-end? Je peux pas. Un pot? Ca dépend à quelle heure, j'ai mes filles, demain il y a école, je n'ai pas les moyens de les faire garder. Faire un cadeau? Pas plus. Bon là au moins, j'ai plein d'idées pour les attentions d̶é̶b̶i̶l̶e̶s amoureuses. A ce propos d'ailleurs, les hommes semblent mieux comprendre que les femmes, cette fierté-là. Me faire entretenir? OMGoddesses, quelle horreur. C'est ça que veut le FN. Des femmes au logis. Qui s'occupent de la marmaille. Un papa, une maman. C'était le slogan de la manif pour tous. De La Rochère et Boutin invitent d'ailleurs leurs ouailles à rejoindre Le Pen. Je dois représenter l'archétype de Lilith à leurs yeux, moi qui ai eu tant d'amants, et même une amante. Moi qui ne veux pas me marier, qui me suis faite débaptiser. Moi qui souhaite me faire ligaturer les trompes, pour baiser en paix. Moi qui suis culturellement cathare et d'inspiration dianique. Libertine d'esprit (et non, ce n'est pas sexuel). Je dois rentrer dans le droit chemin, et me laisser mourir. Les hommes dans leur rôle, les femmes aussi. Les femmes n'existent pas. Leurs désirs non plus.

 

Non, leurs câlins, leurs bons résultats à l'école, leur bon comportement en société, leur esprit avisé, ça ne me nourrit pas assez, je n'en suis pas fière au point que cela me suffise. Leur père baise, voyage, fait de SES bateaux, travaille, est libre de tout mouvement, lui. Mais il est instable et dangereux, pour elles. Je les adore, hein, que ce soit dit. Mais avec elles aussi, souvent, je peux pas, payer.

 

Bienvenu.e.s en patriarcat.

 

Avec sororité,

 

 

Rédigé par Cicne&Ròsa

Publié dans #Féminisme, #Société, #Religion, #Féminicides

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article