Adélaïs, Comtesse de Toulouse aux yeux de violette.

Publié le 9 Septembre 2013

Adélaïs, Comtesse de Toulouse aux yeux de violette.

Je m'en vais vous présenter, quand même, Adélaïs.

Sa mère, Constance, Princesse de France, belle-soeur d'Aliénor d'Aquitaine*, fut mariée en seconde noce à Raymond V, Comte de Toulouse catholique, en 1154. Il n'avait que 20 ans, elle la trentaine. Après la naissance de 4 ou 5 enfants, dont Adélaïs, leur relation se dégrade, d'après ce que nous enseigne une série de lettres conservées dans les archives Royales. C'est la rupture.

" Le jour même où mon serviteur m'a quittée, je suis partie du Palais et me suis rendue dans une villa, à la maison d'un certain chevalier. Je n'avais même plus de quoi manger ni de quoi donner à mon personnel. Le comte n'a aucun soin de moi "

"Si tous les messagers qui doivent se rendre à la Cour vous disent que tout va bien pour moi, ne les croyez pas. Si j'osais vous l'écrire, je vous dirais pire encore ". (Lettre de Constance au Roi de France, son frère.)

En Mai 1165, Constance assistera, au coté de Raymond Trencavel ( Vicomte de Nîmes, Béziers, Carcassonne et Albi), père de son futur beau-fils, au Colloque de Lombers, organisé par l’Évêque catholique d'Albi, dont le but était de condamner les hérétiques dits Cathares. C'est à partir de ce moment que ces derniers furent appelés les Albigeois.

On sait, selon "L'histoire générale du Languedoc" des Bénédictins Dom Claude Devic et Dom Joseph Vaissète, que Constance était en Palestine en 1173.

Son frère lui accordera des biens immobiliers, et elle fera, notamment, des dons aux Templiers. Elle sera plus tard connue comme étant la Comtesse de Saint-Gilles (Gard).

Adélaïs, née vers 1158, aurait été élevée auprès de sa mère Constance, à Burlats, charmant village près d'Albi, sur les terres de sa future belle-famille. Elle sera mariée en 1171 pour des raisons politiques à un ennemi de son père, le Vicomte de Nîmes, Béziers, Carcassonne et Albi, presque aussi puissant que lui par son alliance avec le Comte de Barcelone et Roi d'Aragon. Roger II Trencavel, son époux, est favorable aux Albigeois. Les fastes de la vie Carcassonnaise ne lui plaisant guère, elle ira trouver la plénitude à Burlats. Elle sera louée pour sa beauté et son esprit brillant par les Trobadors de sa cour, dont plus précisément Arnaud de Mareuil, qui ne chantera qu'elle.

En 1178, la délégation des Rois de France et d'Angleterre, qu'elle recevra à Castres, lui fait état de l'urgence de convaincre son mari de réprimer l'hérésie. D'ailleurs, son propre père, Raymond V, écrivit en 1177 à l'abbé de Citeaux afin de demander de l'aide pour combattre l'hérésie et ainsi faire abjurer leur foi aux Cathares.

Raymond-Roger Trencavel, son fils, né en 1185 sera probablement élevé par Adélaïs, à Burlats, jusqu'à la mort de son père, en 1194. Il sera alors confié à Bertrand de Saissac, le bras droit de Roger II, cathare, et grandira dans la foi des hérétiques. C'est un héros de la Croisade contre les Albigeois ; il en faut.

Je regrette de ne pas avoir une représentation d'elle à insérer à ce billet ...

*Aliénor avait des droits sur le Comté de Toulouse par sa grand-mère, Philippa de Toulouse, qu'elle aurait essayé de faire valoir en 1141.

Sororellement,

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

cg 09/09/2013 17:20

je n'ai pas trouvé l'auteur de la peinture de couv' -le connais-tu ?http://www.images-booknode.com/book_cover/16/mod10/la-malediction-des-trencavel---volume-1,-adelais,-comtesse-de-toulouse-16413-120-200.jpg

Cicne&Ròsa 09/09/2013 17:41

Mon père m'avait offert ce livre il y a une dizaine d'années, je ne sais pas où il est. Je ne sais pas qui en est l'auteur, non.

Poux 09/09/2013 14:35

Excellent, continu, super Texte et une musique de ouff, superbe; Amistats

Eric Cathare-Phoenix 09/09/2013 16:50

Excellent, Amistats