Publié le 25 Février 2015

Prédation psychique, quand la domination masculine devient autre chose que du sexisme.

Qu'elle se lève et le dise, celle qui n'a jamais connu un abus, qu'il soit d'ordre psychique ou physique. Mes diverses interventions sur les groupes dédiés au féminisme et/ou à la violence psychologique me laissent dans les vapes ce soir. Et pas celles de l'encens que j'aurais pu allumer pour me détendre sauf qu'il me donne parfois des hauts le coeur et des malaises, tout comme le son de l'orgue, d'ailleurs. Certainement une mémoire transgénérationnelle léguée par l'une de mes ancêtres morte sur le bûcher, qu'elle soit cathare, sorcière, ou faiseuse d'anges... Comme un gout de reviviscence, d'impuissance, d'injustice. Alors ces prédateurs psychiques, souvent manipulateurs, comment faire pour s'en défaire, s'en prémunir alors que leur jeu parfait respire la sincérité, l'authenticité des émotions? Comment faire pour simplement se faire comprendre face à un entourage qui détient parfois, quand il s'agit des services sociaux, des forces de l'ordre ou de la justice, les clefs de votre avenir, de votre destinée, de votre vie? Et les proches qui ne se doutent généralement de rien et sont, eux aussi, manipulés? Car que les choses soient claires, il ne s'agit pas ici de simples menteurs ... Un constat : leurs proies sont souvent sensibles, empathiques, généreuses et pas nécessairement dépendantes affectives comme l'on pourrait le penser. Mais oui, une dépendance se crée. Qu'elle s'exprime par un besoin viscéral de se sentir aimée, estimée, respectée par l'agresseur, ou même de vouloir percer son, ses mensonges et manigances -car certaines, comme ce fut le cas pour moi, sont littéralement obsédées par une vérité qui forcément leur échappe, voulant déjouer les pièges tendus par leur agresseur- la proie, pas forcément naïve mais souvent candide, voit souvent sa volonté propre réduite à néant. Le prédateur est patient, il guette. En attendant de pouvoir asseoir son emprise, il charme, observe, analyse, épie, décortique la candeur objet de ses fantasmes inassouvis. Est-ce cette capacité de ressentir, cette profondeur, cette noblesse des sentiments -ou du raisonnement- qui le ramènent à ses propres failles affectives et/ou intellectuelles, voir spirituelles? Le manque en lui lui fait-il autant de violence qu'il la détourne vers l'objet de son acharnement? Oui, le prédateur est patient. Et il attendra d'être sûr de la nature des sentiments que sa proie nourrit à son égard -donc sera capable de se faire aimer d'elle véritablement- avant de commencer son jeu destructeur. Puis, il prendra conscience de sa puissante malfaisance, se nourrissant de la souffrance de l'autre, et il cherchera à faire plus mal encore, après s'être assuré de la confiance que lui porte sa partenaire. Et c'est les yeux fermés souvent, que le candide fait confiance. Sans vérifier. Et il donne, sans attendre de contrepartie, sans se protéger. Un peu en contrepoint à la violence qu'il sait effective, en bon observateur lui aussi, partout dans le monde. Mourir… dormir, dormir ! peut-être rêver ! le prédateur ne vous laissera pas partir sans lutter ... Plutôt vous achever, vous briser, que de vous voir heureuse sans lui, voir, pire avec un autre que lui .... Alors il ne reculera devant rien, ou plutôt jouera de tous les subterfuges pour ne reculer que devant ce que la loi ne lui pardonnerait pas. Garder la tête haute, ne pas ternir son image. Un narcissisme souvent flagrant finalement quand objectivement on prend le temps de l'écouter, de l'observer.

Bon vent à toi, amour toxique. Le mauvais jour chez toi. Y a-t-il plus de noblesse d’âme à subir
la fronde et les flèches de la fortune outrageante, ou bien à s’armer contre une mer de douleurs
et à l’arrêter par une révolte ? Mourir… do
rmir ...

Et moi qui pensais délirer quand, lors de l'une des premières soirées que nous passions ensemble, mon intuition m'a soufflé : "attention, attention, DANGER", en mon fort intérieur. Il avait l'air si gentil.

-Oui mais, après cela, comment voir ce qui est invisible à nos yeux Petit Prince?

-"Tu es folle", répondit le Petit Prince ;-)

Sous le dôme épais, où le jasmin, à la rose s'assemble....

Sororellement,

Voir les commentaires

Rédigé par Cicne&Ròsa

Publié dans #Société, #Féminisme, #Féminicides, #Manipulation

Repost 0

Publié le 23 Février 2015

"La légende d'Eros et Psyché" Angélica Kauffmann
"La légende d'Eros et Psyché" Angélica Kauffmann

50 nuances de gris sous mes doigts,
Sa tignasse ébouriffée sur la soie,
Qui glissait le long de la cambrure de mes reins,
Ou crissant sous ses doigts libertins ...
Jamais au fond de ses yeux l'inquiétante lueur,
L'instinct de domination du prédateur,
Juste un désir ardent éclipsant la raison,
Initiant les jeux de deux corps au diapason ;
Le souffle court, les lèvres caressantes,
Monts et merveilles, caresses troublantes,
Autre, toujours estimée comme le précieux sel,
De l'alchimiste fou découvrant l'or immatériel ;
Je reconnais bien là son caractère fort,
Son tempérament fougueux et le décor,
De nos éclats de voix quand la tension monte,
Sans la moindre violence, jamais, en acompte ;
L'un qui ne cherche pas à soumettre ou humilier,
Sait que l'autre plus encore à donner :
Des instants amantins aux extases éclatantes,
Et la journée durant, ces souvenirs nus, hantent,
De l'audace d'un âmant joueur et attentionné,
Aux rythmes endiablés d'une chevauchée,
Laissant les corps passablement épuisés,
Sans frustration ni honte et un gout de plaisir partagé.

Sororellement,

Voir les commentaires

Repost 0