Claudia Procula, la Languedocienne.

Publié le 7 Septembre 2013

Claudia Procula, la Languedocienne.

J'ai creusé, un peu, le christianisme. Mes lectures, notamment autour du Cycle du Graal, faisant référence à un symbolisme que je ne connaissais point, il le fallait. Mais j'ai vite déchanté, ne supportant pas l'idée de Jésus sur la croix sans que les Évangiles ne mentionnent que quelqu’un ait oeuvré pour l'en faire descendre. Que faisaient-ils, ses "disciples"? Se lamentaient-ils? Prenaient-il des notes? Quant à celles et ceux qui adorent cet instrument de torture sous prétexte que Jésus serait mort pour le Salut de l'Humanité, ben je me dis, soit ils sont sadiques, soient ils sont masochistes. Dans tous les cas il y a un truc...malsain!

Selon la légende, entretenue par Christian Doumergue, un auteur du coin, Claudia Procula était Languedocienne, de Narbonne. Or, elle aurait été la seule à essayer d'intercéder en faveur de Jésus : "Qu'il n'y ait rien entre toi et ce Juste ; car aujourd'hui j'ai beaucoup souffert en songe à cause de lui." (Évangile de Matthieu 27/19) fit-elle dire à son Pilate de mari afin de le convaincre de ne pas condamner Jésus, alors qu'il siégeait au tribunal.

Alors je me demande : mais que faisaient les autres?

"Un jeune homme à cheveux longs grimpait le Golgotha
La foule sans tête
Etait à la fête
Pilate a raison de ne pas tirer dans le tas
C´est plus juste en somme
D´abattre un seul homme.
Ce jeune homme a dit la vérité
Il doit être exécuté." La vérité- Guy Béart

Sororellement,

Illustration "Le rêve de la femme de Pilate" par Alphonse François (qui ressemble beaucoup à du Gustave Doré, arrière-arrière grand oncle de Julien Doré l'artiste Languedocien).

Rédigé par Cicne&Ròsa

Publié dans #Féminin Sacré, #Symbolisme, #Religion, #Mythes Fondateurs

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article