Polygamie, "mariages" forcés et excisions, ou la négation de la féminité.

Publié le 12 Septembre 2013

Polygamie, "mariages" forcés et excisions, ou la négation de la féminité.

Si je suis personnellement contre le mariage, en revanche, je pense que l'union entre deux individus (de sexes opposés ou non) devrait être scellée par un lien d'Amor véritable, réciproque et exclusif. Un engagement sans faille nourri par la confiance mutuelle. Voilà le pourquoi des guillemets au mot mariage dans le titre.

Comment être indifférent(e)s au sort de ces fillettes violées légalement selon l'Islam -entre autres- sous prétexte qu'Aïcha, épouse préférée du Prophète Mahomet -polygame- avait 9 ans pour son "mariage"? Là encore, on va me targuer d'islamophobie. Or, je ne pense pas que cet Islam là soit à proprement parler une religion où "dieu" est grand. Les hommes qui s'adonnent à ces pratiques ne sont pas des croyants et je suis intimement convaincue que les vrais musulman(e)s les condamnent, même silencieusement, par honte ou par crainte des représailles. Cette coutume est fréquente en Moyen Orient, mais on la rencontre encore un peu partout dans le monde, notamment en Asie et en Afrique. La pauvreté en serait la principale cause. La misère a bon dos. Les conséquences sont l'esclavagisme sexuel et domestique des fillettes et femmes, sans parler des problèmes de santé générés par des grossesses précoces.

Les mutilations sexuelles, quant à elles, bien qu'illégales dans la plupart des pays du monde, concerneraient, selon les derniers chiffres de l'UNICEF publiés cet été, près de 140 millions de femmes et de filles sur terre. Certains auteurs les mentionnent depuis l'antiquité. Traditionnellement, les organes génitaux non mutilés sont associés à la prostitution, et cette pratique s'exerce aussi dans les matriarcats, comme c'est le cas dans certaines tribus du Burkina Faso. L'excision protégerait les femmes de leurs appétits sexuels débridés. Un autre des arguments est que les hommes étant polygames, ils ne peuvent pas satisfaire toutes leurs épouses, et qu'il est donc pratique de les avoir sans désir sexuel plutôt qu'infidèles. D'abord intervient la clitoridectomie, puis les grandes lèvres sont cousues ensembles, laissant un minuscule trou. Les jambes sont elles aussi attachées ensembles, durant quelques jours, afin de permettre la cicatrisation. Les infections sont fréquentes, l'urine et le sang ne pouvant être évacués correctement. La nuit de noce est d'un romantisme à vous couper le souffle : le mari commence par ouvrir le sexe avec les doigts ou un couteau. Les rapports sexuels sont douloureux et sans plaisir, cela va sans dire. Dans de nombreux pays, la réinfibulation (couture des grandes ou petites lèvres) est exigée après chaque grossesse afin que les femmes restent "étroites comme des vierges". N'oublions pas que des centaines de petites Françaises d'origine étrangère rentrent au pays chaque été. Aborder ces sujets dès l'école serait une façon de faire de la prévention efficace, de sensibiliser les enfants non issus de l'immigration, et d'engager des débats et témoignages. Al-lat (اللات déesse de la féminité pré-islamique) est grande.

En toute bonne foi, l’élu islamiste Tunisien Habib Ellouze nous a dernièrement parlé de l'excision : c'est une "opération esthétique", "sans conséquence pour le plaisir de la femme", "bénéfique contre les odeurs corporelles" ce qui a fait bondir le Dr Henning, chirurgien gynécologue bénévole pour l'ONG Clitoraid, qui reconstruit les femmes, physiquement et psychologiquement, victimes de cette barbarie selon les méthodes du Dr. Pierre Foldes.

Le droit des femmes et des filles me tient à coeur. En revanche, le paradoxe, c'est que, malgré l'islamophobie ambiante -tout à fait condamnable-, certains se réjouiraient de pouvoir s'adonner à la polygamie et aux "mariages" forcés et précoces. Mais ils sont bien trop hypocrites pour le reconnaître. Vice ou égrégore? Le cerveau étant un émetteur-récepteur, nous pouvons en effet nous questionner.

Z'avez pas vu Lillith? (Oui, avec deux ailes, c'est comme cela que ça s'écrit)

Sororellement,

Illustration : "L'origine du Monde" du Gustave Courbet.

Rédigé par Cicne&Ròsa

Publié dans #Féminisme, #Féminicides, #Religion, #Manipulation, #Viol

Repost 0
Commenter cet article