Prostitution&pornographie, les inséparables piliers du patriarcat.

Publié le 19 Septembre 2013

Prostitution&pornographie, les inséparables piliers du patriarcat.

C'est drôle comme les oiseaux de mauvaise augure peuvent s'agiter à ce sujet. Là, il est question du cadre que nous propose Maud Olivier afin de pénaliser les client(e)s des prostitué(e)s. Revoilà encore ces putains de féministes qui attentent gravement à nos droits et à notre liberté. Il en va de notre virilité masculine de nous imposer comme victimes que nous sommes de leur conspiration mondiale pour la suprématie féminine. Elles sont misandres ces lesbiennes frigides et castratrices, et sont prêtes à tout pour nous détruire. Elles cherchent à convertir nos femmes, nos filles et nos soeurs au nom d'un prétendu principe d'égalité.

Avant toute chose, il est essentiel de rappeler ici que les féministes oeuvrent et combattent pour le respect des droits et de la dignité des êtres humains. C'est aussi simple que cela. Je renvoie celles et ceux qui ne peuvent pas l'entendre vers leur conscience et leur miroir. C'est leur problème, un problème de taille, et non le notre.

Garante des rites de souveraineté, la prostitution "sacrée" refait surface et est bien vendue : la femme initiée, longtemps refoulée de la porte de certains groupuscules, passe du statut de démone tentatrice à celui d'initiatrice. Donc elle détiendrait un pouvoir qu'elle se doit de transmettre aux seuls hommes. Déesse ou prêtresse, mieux vaut alors qu'elle s'éclipse. La libération sexuelle, issue des fantasmes masculins, sert, encore une fois, les stratégies guerrières et les moeurs barbares de certains de ces Messieurs, conquérants plutôt que bâtisseurs. Ce sont, souvent, les mêmes qui usent de techniques de séduction, et abusent donc de biens insouciantes jeunes-filles ou femmes en les manipulant à l'affect. Eh oui, c'est un peu notre point faible. Mais cela se travaille. Ils ne méritent pas plus le pouvoir que nous autres, surtout vu le peu de cas qu'ils font des conséquences de leurs actes. Mais bien souvent, ils se protègent entre eux et cachent leurs cadavres. Et elles, encore et toujours, honteuses, se taisent et se cachent. Certains cadres et cadres sup', par exemple, sont rompus à ce type d'exercice, et, bien souvent, leurs femmes les attendent à la maison.

Pour d'autre, la prostitution, vieille comme le monde, c'est payer un rapport sexuel avec une femme qui, pour des raisons comme d'autres, en a fait son métier. Rien de mal d'ailleurs, diraient-ils, cela se fait, partout, et depuis toujours. Si elles le font c'est que, quelque part, elles sont consentantes. Certains sont mariés, d'autres puceaux, d'autres encore manquent de confiance ou sont violents. Ils souhaitent se vider les couilles, dominer, faire mal, peut-être même faire jouir, être écoutés, partager de la tendresse, avoir mal. Mais quel est donc le problème des hommes avec leur libido? Quel est le problème qu'ont les hommes avec les femmes s'ils payent pour faire, souvent sans coeur, ce qui est si naturel et sain quand on aime et qu'on se sait aimé en retour? L'Amour peut revêtir différentes formes certes, mais il est surtout, en soi, compréhension. Ah tiens donc! Mais enfin, ces femmes ne sont pas des psys! Si vous vous maîtrisez mal, allez donc voir celles et ceux qui dialoguent avec l'âme (psychologie, du grec psukhê, âme, et logos, parole) et qui vous aideront à analyser vos besoins, démarche qui vous permettra de panser, par exemple, vos blessures narcissiques. Pour le reste, à savoir les pulsions sexuelles et bas instincts, désolée de vous le dire, mais vous ne pouvez vous considérer comme des hommes, c'est un comportement très animal en réalité ...

Ces femmes se battent pour leur gagne-pain me direz-vous. Certes, mais elles valent mieux que d'être objétisées par le système androcentré, donc corrompu. Et, souvent, elles ne le savent pas. Par exemple, leur connaissance des hommes serait bien utile à la société puisqu'ils leurs montrent, souvent, leur face cachée. Eh oui, moi j'aime les femmes pour autre chose que ce qu'elles ont à m'offrir de jouissif, du moins physiquement. J'adorerais passer une nuit à discuter avec les putes. On referait certainement le monde, un verre et une clope à la main.

La pornographie, elle, a pour but de convaincre les femmes et notamment les jeunes filles qu'elles font mal l'amour. Qu'il faut qu'elles se comportent comme des bêtes afin de donner du plaisir à leurs partenaires. Or, je reste convaincue qu'il y a beaucoup plus de mauvais amants, qui n'ont que cure du plaisir féminin -ou qui en ont peur-, que de mauvaises amantes. Misogynie ancestrale. Alors, mesdames, mesdemoiselles, prenez donc vos aises. Le désir et le plaisir qu'il procure ne sont pas tabous. Certes, chacune y mettra la dose de sentiments qu'elle souhaite, mais soyons sincères, plus il y en a, mieux c'est. Toutefois, la réciprocité, le respect et la confiance font les bons âmant(e)s. Et ceci, certains hommes ont tendance à vouloir nous le faire oublier cherchant à nous convaincre que facilité est mère de tous les plaisirs charnels. D'ailleurs, ils essayent aussi de nous faire croire que la fidélité est passée de mode. Ou que l'échangisme et les orgies en sont une autre. Non pas que ce soient des modèles de sexualité malsains à proprement parler, mais j'estime qu'il faut une bonne dose de connaissance de soi, des autres et avoir de l'expérience avant de faire de tels choix. Choix que l'on ne fait qu'en connaissance de cause et non pour faire plaisir à son ou sa partenaire. Certains vous parleront d'un monde en perdition. Ils n'ont rien compris. La déshumanisation due au capitalisme d'une part et la diabolisation de la sensualité d'autre part sont responsables du mal d'amour qui souffle sur le monde. Dans cette dualité s'articule le "très saint" complexe madone (la Vierge) et catin (Myriam de Magdala) que les hommes nous font porter. Voyez donc où les dogmes canoniques et ancestraux nous mènent! Mais ceci est vérifié partout dans le monde, quelles que soient les confessions et les nationalités. Le patriarcat est une imposture monstrueuse. Il est à noter, aussi, qu'Adam fut faible et infidèle dès le commencement, et que c'est malgré tout à Lillith que ces imposteurs ont fait porter le chapeau. Ainsi va le Monde dans lequel nous évoluons. La femme est culpabilisée et diabolisée pour des fautes qu'elle n'a pas commises elle-même! Mais ce n'est pas de la faute d’Ève non plus : s'ils sont de trop mauvaise foi pour reconnaître qu'ils sont les seuls responsables de leurs pensées et de leurs actes, c'est leur problème. Bonjour l'Oedipe!

Donc on va demander à ces Messieurs qui rêvent de harems et de jeunes vierges faciles de se calmer, et d'aller se faire soigner. Et aux actrices et acteurs médiatiques de revaloriser la noblesse des sentiments profonds. NO PASARAN.

Sororellement,

Rédigé par Cicne&Ròsa

Publié dans #Féminisme, #Sexualité, #Féminicides, #Manipulation

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article