Articles avec #occitanie tag

Publié le 23 Avril 2017

Si la dite gauche qui nous gouverne était réellement de gauche, elle aurait appelé à ce que Mélenchon ou Hamon s'effacent au profit l'un de l'autre me semble-t'il, à s'unir, c'est ce que je me suis d'abord dit. À  moins que ce ne fut perdu d'avance et que cette option n'avantage trop Fillon ; peut-être n'ont-ils pas voulu prendre le risque d'un second tour LP-Fillon, sachant que Macron est sous l'aile de Hollande et d'autre vieux loups du PS? Est-ce que Macron est un pur produit "marketing" de lutte contre le FN? Il y a des chances en y réfléchissant bien. Je voterai donc Macron et vais éplucher son programme, même si je ne suis pas sûre que son imprégnation catholique (il aurait étudié chez les Jésuites, dont est aussi issu le Pape François) puisse correspondre à mes attentes et aspirations de femme [ayant envie d'être] libre, et que je ne suis pas non plus intimement convaincue qu'ils ne soient pas en Croisade contre l'hérésie, ce qui serait une bien triste nouvelle pour moi qui suis en reconquista ... de ma propre vie, et de rien d'autre. C'est qu'ils sont très soudés, ces gens là! Cependant, (suivez mon regard), si j'en pense quelques uns certes [très] égoïstes, centrés sur leurs propres intérêts, je doute qu'ils soient réellement animés de malveillance, contrairement à d'autres dont on sait pertinemment qu'ils sont haineux et méprisants pour différentes franges de la population. Je voterai de sorte à ce que l'alliance Poutine-Le Pen-Trump, raciste, misogyne et homophobe, humiliant les pauvres (entre autres) ne voit pas le jour, car ils manipulent leurs masses respectives (leur porte d'entrée est le racisme) qui prodigueront la violence de façon tout à fait décomplexée, et je préfère donc, fada que je suis, croire aux fées de ce gouvernement qui par stratégie fait (je rêve?) tampon dans cette putain de guerre idéologique plutôt que de sombrer en désespérance parce que les humanistes n'ont finalement parlé ... qu'aux humanistes, et qu'ils étaient trop peu nombreux. Mais y aurait-il encore des humanistes laborieux et complexés qui s'ignorent?

 

Je sais qu'en ce moment même où je me sens fébrile (félibre? fée libre?) les mémoires "graaliennes" d'Otto Rhan le nazi, si proche d'Hitler et pourtant si cher à certains catharisants hantent mon petit pays d'Oc aux créneaux dentelés et aux vieilles pierres dorées ; je sais aussi que les propagandes des droites extrêmes concernant notamment les réformes touchant à l'éducation et à l'égalité se sont enfoncées dans les esprits comme de la glace à l'Italienne, mais j'en appelle à la Cortesia que défendaient -aussi- nos faydits pendant la Croisade contre les Albigeois, larguesa, valor, onor, convivéncia et paratge, valeurs qui ont fondé la réputation du bien vivre ensemble en Occitanie -car oui, non seulement cathares et catholiques vivaient en paix, mais il en était de même entre les chrétiens, les musulmans et les juifs, ou les riches et les pauvres-, et qui ne peut d'aucune façon se fondre dans l'intégrisme religieux lové tout contre l'inquisition, elle même main dans la main avec les droites extrêmes... Je le rappelle, encore une fois, ici : La Manif Pour Tous, qui a lancé Le Printemps Français, est menée par les intégristes religieux de CIVITAS et consors, groupuscules qui ont coalisé avec les droites extrêmes et que la très controversée Boutin appelle désormais publiquement à voter Le Pen. Ce mouvement a de multiples tentacules et fut formé sous Ratzinger, le Pape Benoît XVI, issu des jeunesses hitleriennes et de la Congrégation pour la doctrine de la foi, c'est à dire l'inquisition. Soulignons que le choix de l'alias "Benoît" n'est pas anodin : c'est aussi celui qu'avait choisi l'inquisiteur Jaques Fournier, à l'origine des persécutions contre nos amis les dits cathares du Languedoc, quand il devint Pape, en 1334. Ne nous y trompons pas, ces manif contre l'égalité des droits sont des persécutions, pensez-y.  Les oisillons de LMPT n'hésiteront pas, après avoir plébiscité Fillon, cet autre représentant des droites extrêmes, à suivre Boutin chez Le Pen, au nom des racines dites chrétiennes de la France. Rien de tel pour lutter contre "l'islamisation du pays" qu'is dénoncent... Donc si je comprends le pourquoi du ni-ni, je ne suis pas sûre que, stratégiquement parlant, ce soit une aubaine ..

 

N'oublions pas que le FN est le pire ennemi des droits des femmes, de la liberté -de pensée, d'expression, de mouvement, d'être-, de la paix, de la diversité, et de la culture. Rien que ça. Eux ne feront pas dans la dentelle, et s'ils doivent écraser le peuple, en le divisant (ce qui est déjà le cas actuellement avec la manipulation de l'information, fake news aidant, et pourtant ils ne sont pas au pouvoir - sospir) ils n'y réfléchiront pas à deux fois, sous prétexte de sécurité nationale, voir internationale. La théorie de la grande invasion ne préparerait-elle pas le terrain à la guerre, tout simplement? Qu'est-ce que sacrifier un (des) peuple(s), pour certaine.s, dites-moi? Je pense donc qu'il faut continuer à diaboliser ce parti, dont les fondateurs, pour n'en citer que quelques uns, n'étaient pas des tendres ni des sains d'esprit : Léon Gaultier, de la Waffen SS, Pierre Bousquet, de la division SS Charlemagne, Emmanuel Allot, collaborateur des nazis et milicien, François Duprat, nationaliste et néofasciste ayant diffusé le négationnisme de la Shoah ... L'idée c'est justement de prendre conscience du lavage de cerveau prodigué par ces extrêmes droites justement pour devenir sympathiques aux yeux du plus grand nombre. Ce sont des techniques de manipulation sectaires visant à faire relayer la propagande nazie à leurs ouailles, et à les maintenir asservies en jouant avec les peurs collectives. Sous emprise, ils défendront becs et ongles leurs gourout.e.s, au nom de dieu et de la patrie. Désolant, effroyable, j'enrage : qui dit ces gens là dans les urnes, dit bien que leurs idéologies fascisantes sont dans les esprits. Résistons !

 

Leur porte d'entrée est le racisme, quoi qu'on en dise, qu'on l'assume ou non. Et hélas, elle séduit, ce que je peux comprendre car les islamistes intégristes (l'islamisme est politique) sont en guerre idéologique contre nous et ont réellement la volonté d'islamiser l'Occident, ce qu'il faut arrêter de nier, en prenant les Français pour des mineurs à préserver d'une vérité qui risquerait de les insécuriser ou de provoquer des émeutes. La faute à la gauche de ne parfois pas prendre clairement position par relativisme culturel : c'est surtout un problème de communication en fait, car je ne doute aucunement du le fait que notre gouvernement actuel ne cherche pas à répandre l'islamisme ; difficile en effet de se positionner car d'un côté nous sommes réellement menacé.e.s d'attentats, et d'un autre côté il ne faut pas faire le nid de cet autre terrorisme que représentent les droites extrêmes, main dans la main avec les intégristes catholiques... Mais combien sont-ils vraiment, ces islamistes intégristes? Quel pourcentage des musulmans représentent-ils vraiment? 0,3%? Cette porte d'entrée n'est qu'un appât attirant les proies dans un piège, qui se refermera sur eux à très court terme. Alors indignons-nous, même si Macron n'est pas notre candidat.e.s rêvé.e, et mobilisons-nous d'ores et déjà pour 2022 : nous femmes, féministes, n'attendons-nous pas mieux comme candidate? Ne pouvons-nous pas envisager une coalition féministe, nous aussi, dans le but de nous emparer des campagnes politiques à venir car #2022 pourrait être l'année de la première PrésidentE de la République Française? 

 

Parenthèse : les cathares s'appelaient entre eux bonnes femmes et bonshommes, ce surnom serait attribué à un moine rhénan, Eckbert de Schonauqui s'en serait servi dans un sermon à leur sujet, les assimilant à des sorciers : "ketter", c'est à dire, adorateurs de chats, car les chats étaient des animaux attribués au ... diable ;-)

 

Allez, avec espoir, et sororité.

 

#Bâtissons

 

Voir les commentaires

Rédigé par Cicne&Ròsa

Publié dans #Société, #Féminisme, #Catharisme, #Occitanie, #Laïcité

Repost 0

Publié le 11 Mars 2017

Sulfur.

 

Tu sens le soufre.

 

On me l'a dit quelques fois. Cela m'a toujours blessée, car je ne comprenais pas pourquoi.

 

Si je me questionne sur l'appartenance catholique, même inconsciente, de certains occitanistes -car je ne peux simplement pas comprendre qu'après toutes ces persécutions, tous ces massacres (des cathares aux franc-maçons, en passant par les templiers et les sorcières),  certains se revendiquent encore de cette religion en terme de spiritualité, à moins que seul le gout du pouvoir ne les anime-, c'est que les choses sont claires : les manifestations de ces dernières années contre les droits des homosexuels, la régression des droits ainsi que des libertés des femmes, visant à repositionner la famille dite traditionnelle comme exemple moteur et fondamental de la Société sont, aussi, des persécutions. Mais si je me questionne pareillement sur les sympathisants cathares fleurtant avec les droites extrêmes, je ne peux non plus me réduire à penser que le déclin de notre belle civilisation soit le fait de Na Loba, la sulfureuse louve dont personne ne sait lire le mercure, archétype de femme plutôt que celui de mère, à l'instar de Marie-Madeleine face à la Vierge ou Lilith plutôt qu'Eve, femmes libres assimilées à des démones prostituées par les pères de l'église comme le fut Acca Larentia, lupa, à l'origine de Rome, et certainement issue d'un culte anciennement Étrusque. Tellement facile, encore une fois, d'exciser symboliquement la force et la fougue féminines, de museler le(s) désir(s) des femmes, et de les voiler afin de les soumettre, en niant leur être plutôt que d'éduquer ces mâles au consentement et au respect. La louve, symbole fort chez les Celtes, les Romains et les Nordiques (entre autres), symbolisant les instincts, la force et la puissance, le retour à la nature sauvage, la meute ... La louve, mère adoptive de Mowgli, aussi.

Dans l'absolu, distinguant l'être humain de ses pensées et de ses actes, l'un étant ontologiquement bon (concept d'égalité concernant ce qui nous anime) et le reste dépendant de l'expérience, donc du vécu, du conditionnement familial et sociétal, des tramas et autres fractures psychiques, du rapport à la violence et à la souffrance, au bonheur, de la résilience au malheur, de la capacité à aimer et être aimé, de la chimie du cerveau etc etc. Bref, de son rapport individuel au monde.- Néanmoins, au delà des conceptions philosophiques sur la nature des esprits ou le sexe des anges, ne pouvant relever que de l’agnosticisme me semble-t'il, il faut admettre que si seul l'Amour peut être céleste et divin, on ne peut nier que la réflexion initiale censée mener à un cheminement spirituel ne peut aller de paire avec la violence exprimée par certaines croyances menant à un endoctrinement servant la malignité, le pouvoir... Je ne pense pas que nous puissions comparer les droites extrêmes intimant les pauvres à rester asservis, esclaves du Système dont les salaires ne permettent qu'à payer leurs factures, ou encore alimentant et protégeant l'hégémonie phallocrate visant à faire des femmes des esclaves sexuelles et domestiques ou encore excluant et persécutant des êtres humain.e.s plus bronzé.e.s, selon leurs convictions spirituelles ou leurs choix amoureux et les luttes pour la justice, l'égalité et la vérité de ces mêmes persécuté.e.s, humilié.e.s, violenté.e.s, esclaves modernes, victimes du patriarcat.

D'ailleurs, tout comme le fait ci-dessous la philosophe Simone Weil, j'ai personnellement attribué la cause de cette défaite Occitane au Comte de Toulouse ici.

"Ce coup les fit plier ; il avait été infligé à cet effet. Il ne leur fut pas permis de s'en relever ; les atrocités se succédèrent. Il se produisit des effets de panique très favorables aux agresseurs. La terreur est une arme a un seul tranchant. Elle a toujours bien plus de prise sur ceux qui songent a conserver leur liberté et leur bonheur que ceux qui songent à détruire et à écraser ; l'imagination des premiers est bien plus vulnérable, et c'est pourquoi, la guerre étant, avant tout, affaire d'imagination, il y a presque toujours quelque chose de désespéré dans les luttes que livrent les hommes libres contre des agresseurs. Les gens d'oc subirent défaite après défaite : tout le pays fut soumis. S'il faut croire le poète, Toulouse, ayant prété serment à Simon de Montfort, sur le conseil du comte de Toulouse lui-même, après la défaite de Muret, ne songea pas à violer sa parole ; et sans doute les vainqueurs auraient pu s'appuyer sur l'esprit de fidélité qui dans ce pays accompagnait toujours l'obéissance. Mais ils traitèrent les populations conquises en ennemies, et ces hommes, accoutumés à obéir par devoir et noblement, furent contraints d'obéir par crainte et dans l'humiliation. "  Simone Weil, "L'inspiration Occitane".

"Mais que personne ne pense que je m'abaisse pour les riches, s'ils deviennent pires qu'ils ne sont ; car une joie pure naît en moi et me guide ; cela me tient doucement joyeux et me délasse dans la parfaite amitié de celle qui me plaît le plus ; et si vous voulez savoir son nom, demandez-le dans la contrée de Carcassonne." Peire Vidal

Alors, encore un mythe misogynisé?

 

Avec sororité.

Illustration : "Na Loba" toile en cours, noir et bronze, acrylique

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 19 Février 2017

Si je me prête à ce jeu aujourd'hui, c'est qu'il est souvent question d'obscurantisme quand il s'agit de religion, et que le catharisme n'y coupe pas : qui se sera intéressé au sujet de près aura pu constater qu'il attire bon nombre d'illuminé-e-s plus ou moins sectaires, plus ou moins dangereux, et que dans tous les cas il est un ciment très prisé pour les conflits d'ego, ce qui est diamétralement opposé à l'esprit, s'il en est, cathare. Ce qui suit n'est que ma définition personnelle, que je ne cherche bien entendu pas imposer à qui que ce soit, mais qui peut, peut être, éclairer d'autres chercheuses-eurs en marche vers ce pacifisme décomplexé. Ce billet permettra en outre aux militant-e-s féministes qui me connaissent plus ou moins de lever certains doutes quant à un éventuel prosélytisme et aux abonné-e-s de mon blog de savoir avec plus de précision de quelle façon je me situe personnellement face aux différents courants que représentent le catharisme actuellement.

 

Tout d'abord, même si je milite pour l'accès à l'ordination des femmes quelles que soient les religions, -ce qui était déjà le cas en catharisme au Moyen Age-, je n'envisage pas le catharisme comme une religion à proprement parler, faite de dogmes et de rites mais plutôt comme une spiritualité de la transcendance de l'être aspirant à une paix profonde et à une connaissance de lui-même et du monde tout aussi approfondie. Je rejoins rarement Freud mais pour le coup je dois avouer qu'il me semble avoir raison quand il exprime que le besoin du religieux, du père, est immaturité flagrante : récemment, j'expliquais que les religions, dans leur ensemble, infantilisent. Agnostique plutôt qu'athée, c'est à dire me questionnant plutôt qu'affirmant mon intime conviction, j'appréhende d'un très bon oeil que les dits cathares aient abordé le problème de la divinité en parlant de bon ou mauvais principes, et aient considéré l'ordination en elle même comme le fait de s'ouvrir à l'entendement du bien. Pour le reste, j'ai fait mienne l'approche d'Abraham Maslow, père de la psychologie humaniste, estimant que chaque être humain est susceptible de connaître des états paroxystiques ou autres extases, le fameux sentiment océanique du Nobel de Littérature pacifiste et humaniste Romain Rolland, proche de la féministe Malwida Von Meysenbug et fervent opposant à la première guerre mondiale : on a trop tendance, aujourd'hui, à refuser aux individus d'être animés par des valeurs spirituelles ou humanistes (d'autant plus s'il s'agit de féminisme) fortes, de partir à la découverte de leur psyché ou de défendre avec convictions leurs idées et droits, d'expérimenter des états de conscience modifiés sous prétexte que la psychiatrie les assimilerait à des délires. C'est l'éternel problème : qu'est-ce qui est réellement démentiel, qu'est-ce qui ne l'est pas? Qu'est-il interdit d'aborder sous prétexte que nous n'en savons pas assez scientifiquement sur le sujet? Finalement, est-ce que je ne connais pas existe ou n'existe pas? Est-ce que ce que je ne connais pas est forcément condamnable, nuisible? Juste parce que moi je ne sais pas ou que cela ne me ressemble pas? Pour illustrer ces propos, je prends toujours l'exemple des extra-terrestres. Si demain Pierrette, Paula ou Jacqueline viennent me voir pour me dire qu'elles ont vu des extra-terrestres, je vais les croire. Je n'ai pas dit que je croirais aux extra-terrestres, mais je croirais qu'elles, en tous cas, elles croient en avoir vu. Pourquoi remettrais-je en question ce qu'elles me disent sous prétexte que moi, je n'en ai jamais vu? Et d'ailleurs, est-ce que parce que je ne les ai jamais vus, ils n'existent pas?

 

Le catharisme, ce n'est pas des gars qui croient qu'au paradis il y a 72 vierges qui les attendent, ou d'autres qui estiment qu'une femme respectable se doit de s'identifier à une sainte ayant enfanté sans se «souiller». D'ailleurs, ce sont bien ces croyances en particulier qui génèrent un viol toutes les 7 minutes, en France, sans compter les viols pédocriminels ni les viols conjugaux : n'est-il pas souvent reproché aux femmes d'avoir trop bu, d'être habillées trop court plutôt que de reprocher aux hommes de ne pas savoir maîtriser leurs pulsions, et ainsi d'être des criminels? Pourtant, le profil de l'archidiacre Frollo est assez commun, et c'est bien aux femmes, impures et tentatrices, que l'on demande de se voiler : est-ce à dire que [tous] les hommes sont incapables de se maîtriser? Quelle insulte! Le catharisme estimait que les esprits qui habitent les corps sont les mêmes chez les femmes et les hommes, et considérait donc chacun-e comme égal-e. Le catharisme, estimait que la violence et la souffrance sont fils et petit fils du diable, donc du mauvais principe -pour cette raison, ils rejettaient la croix et la crucifixion au sens large-, et que ce sont pourtant elles qui mènent ce monde où «dieu» n'a aucune part, hors mis dans le coeur des hommes. Oui, chez les cathares, le message de Jésus etait pris au pied de la lettre : dieu est Amour. D'où l'idéal de bienveillance absolue que nous leur connaissons. Les cathares estimaient néanmoins, que chacun-e pouvait avoir accès aux Ecritures dites saintes et les enseignaient à toutes et tous afin que chacun-e soit libre de se défaire de l'endoctrinement de l'époque, c'est à dire celui de l'église catholique laquelle estimait, elle, que seules les élites pouvaient être instruites ; mais tout cela n'avait-il pas vocation à maintenir les esprits dans l'asservissement et l'ignorance afin de mieux les manipuler? Le terreau était propice au vivre ensemble, spirituellement et humainement, au Paratge, à la mystique des amant-e-s qu'était (entre autres) le Trobar, qui fut une réelle valeur ajoutée de cette civilisation Occitane, celle où l'amour de dieu, quel qu'il soit, des femmes, des hommes et de l'humanité était réellement un but individuel et collectif : Convivéncia, Larguesa, Sens, Valor, Onor, une très belle trame d'écheveau qui fut endommagée -jamais détruite- par ce génocide culturel,  car elles rendaient peut-être trop conscient-e-s, trop libres .... En tous les cas, j'ai toujours défendu, en la matière, la valeur de Marie-Madeleine, l'apôtresse, l'initiée, l'amante, et la sagesse de son Evangile apocryphe. Cela ne changera pas. Et je propose, depuis des années, ici officiellement et très sérieusement, de lui associer la cardabelle tout comme le sont d'autres chardons pour les douleurs du Christ ou de la Vierge, en symbolisme. Pourquoi les siennes, en tant que femme et non mère, seraient-elles invisibilisées? Son Evangile (du Grec ancien εὐαγγέλιον «bonne nouvelle»), exprime pourtant très bien le rejet de Pierre qui l'humilie publiquement, Pierre ayant renié Jésus sur la croix, trois fois, et pourtant père du catholicisme... 

 

Question : que savons nous de la chimie du cerveau lors d'une assomption, d'une ascension et autres extases ... orgasmiques ? N'avez-vous donc jamais été ravis, vous aussi, par les anges? Les neurosciences proposeraient-elles, à l'avenir, des explications à certains états hors du commun sans passer par la pathologisation de la moindre hypersensibilité, intuition, soif accrue de liberté ou idéalisme?

 

 

Alors, il est vrai que je suis Carcassonnaise, et que chez nous, cette histoire est toujours vivante, vibrante, secrète, excitante ; certains n'y verront certes qu'une utopie mais n'a-t'on pas besoin de souffler dans les voiles de nos idéaux pour faire avancer nos embarcations? Devons-nous nous laisser abattre et accepter la violence si prégnante ici bas où nous sommes en pleine guerre idéologique et au bord de la guerre mondiale, assommé-e-s par toutes formes de radicalisations et autres terrorismes? Devons nous faire semblant de ne pas voir ce qui ne va pas? Ne peut-on pas envisager une nette amélioration, l'espérer, oeuvrer pour? Bâtissons, bâtissons.

 

 

Adelphiquement

 

Voir les commentaires

Rédigé par Cicne&Ròsa

Publié dans #Féminisme, #Société, #Catharisme, #Religion, #Spiritualité, #Occitanie, #Laïcité

Repost 0

Publié le 5 Décembre 2016

Salut Tugdual. Cela n'a pas dû être facile à porter, comme prénom. Mais je me demande si avant de devenir un Saint de l'Eglise Catholique, au VIème siècle, venu évangéliser la Celtie Bretonne, il ne représentait déjà pas un symbole fort chez les dits Païens Celtes qu'il fallait soumettre et convertir? Il est vrai que cela fait plus de monde à la messe.

 

Ce matin, je tombe face à face avec toi sur le mur d'une @mie Juive, Hélène, féministe de surcroît, et je crois halluciner. Je me dis, en mon fort intérieur (je suis Carcassonnaise) : "alors je n'ai pas halluciné, les Croisés sont réellement de nouveau parmi nous". Afin d'en avoir le coeur net, je remonte ton profil Twitter et là bim bam boom :

 

 

Le porte parole de la Manif Pour Tous entrave la liberté des femmes à disposer de leur corps? Il veut revenir sur ce droit laborieusement acquis par notre aînée et icône Simone VEIL grande défenderesse du genre féminin devant l'Eternel?  Mais c'est grave bordel! Surtout quand on sait que son frère est le directeur spirituel de CIVITAS. C'est le porte parole de la Manif Pour Tous! Et il milite contre l'avortement!  Alors, qu'il cherche à en débattre, à dire ce qu'il en pense, en son nom, évidemment qu'il en a le droit, personne ne niera ce droit là, de dire ce qu'il pense de l'avortement. Oui, on a le droit d'aimer "dieu", de voir un être humain dans l'embryon et d'éprouver de l'empathie pour cet enfant à naître. Par contre, on n'a pas le droit d'entraver à ce droit qu'est l'avortement en manipulant les consciences [notamment en les culpabilisant] souvent fragilisées quand la question se pose. Et puis soyons sérieux un peu ... le jour où les hommes porteront un bébé dans leur ventre, accoucheront, et partageront 50/50 les affaires domestiques et l'éducation des enfants -et encore quand ils ne se barrent pas sans payer la pension alimentaire-... là on reparlera de leurs exigences en matière d'avortement. Mais en leur nom pas en celui d'un dieu despote et vengeresque.

 

 

Nous l'avons vu ces dernières années un peu partout, les droits et libertés des femmes régressent,  car pour certains, la meilleure stratégie pour lutter contre "l'islamisation de la France" (de l'Europe, de l'Occident, car c'est vrai, il y a une réelle volonté des islamistes d'imposer l'islam, et la charia : nous sommes en guerre "Sainte") c'est de se raccrocher aux racines dites chrétiennes de la France, en souhaitant catholiciser le pays : tout le monde y va de sa crèche ou de sa tête de sanglier. Les uns comme les autres créent des psychoses collectives mais ils ont un but semi-inconscient commun : soumettre les femmes. Comment a-t'on pu en arriver là? Parfois je me réveille et j'ai l'impression d'halluciner. J'ai honte de la France. 

 

J'affirme qu'ils nous cherchent à nous baillonner tant ils souhaitent notre retour au servage : ils veulent des esclaves domestiques et sexuelles, des bonnes mères sacrificielles à l'image de Marie la vierge, pas des femmes affranchies à l'instar de Marie de Magdala ou de Marie la prophétesse.

 

C'est donc bien une coalition politico-religieuse patriarcale dont il s'agit. Le patriarcat, c'est un monde édifié par les hommes pour les hommes, par les pères pour les fils. Comme quoi l'extension du délit d'entrave à l'IVG au numérique tombe à point nommé. Alors, vive la vasectomie de confort ou au pire la contraception hormonale masculine mais ces pauvres chouchous trouvent qu'il y a trop d'effets secondaires ; pourtant, ils sont moindres que ceux que nous subissons, nous, femmes!

 

Avec sororité, 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Cicne&Ròsa

Publié dans #Féminisme, #Société, #Manipulation, #Religion, #Occitanie, #Laïcité

Repost 0

Publié le 19 Octobre 2016

Au bout de 700 ans, finalement, c'est fait. L'Évêché d'Ariège a demandé pardon pour le bûcher de Montségur et des centaines de sympathisants sont allé rendre hommage aux cathares, Dimanche 16 Octobre alors que les zozos de LMPT étaient dans la rue pour casser du PD et des FEMEN. Tu vois Ludovine, je voulais te toucher deux mots sur mon genre, pas princesse ni rose du tout, mais plutôt violet et chevaleresque.

 

Je pense que la psyché de l'être humain, pour atteindre un état de plénitude "réel" et constant, doit avoir des axes d'évolution parfaitement ajustés. Ainsi, maturités affective, intellectuelle, sexuelle et spirituelle me semblent indissociables et indispensables au bon développement psychique de la femme et de l'homme, en dehors de l'aspect physique, ou parallèlement, c'est entendu. On pourrait penser à des normes graduées, comme par exemple viser un esprit critique affiné, l'honnêteté et l'éthique pour l'intellect, la sincérité, l'assertivité et la bienveillance pour l'affect, l'intégrité, la réciprocité et la fusion pour l'éros, l'étude, la tolérance et le libertinage pour les choses de l'esprit. Le leurre est de penser qu'en malmenant, ignorant l'un de ces 4 aspects, l'être humain pourra se libérer de sa condition d'esclave esclavagiste, progresser, être le meilleur de lui même, dans le vrai, l'authentique, le "soi" de Jung.  L'empathie, les neurones miroirs, permettent de comprendre la souffrance et la compassion, de la ressentir. L'expérience permet elle d'éprouver, d'endurer notre dualité, et de nous améliorer, d'apprendre à devenir juste et bienveillant non en refoulant notre partie obscure, au contraire, en l'éclairant de notre conscience, en l'aimant "quand même". Je prends l'exemple du désir sexuel, la libido ou l'éros donc, au quel je donne 5 niveaux d'expression, de développement : instincts (sexe), besoins (ventre), affects (coeur), intellect (tête), et plus si aff'. La sublimation de cette énergie vitale et sacrée est bien mystérieuse.... Me comprends-tu Ludovine ou vous n'apprenez pas ça au caté? Qu'en disent les prêtres pédo-criminels chez vous? Désolée, c'est que chez nous, les femmes ont un esprit et s'en servent. Tu vois Ludovine,  mon expérience de vie ne vaut pas mieux que la tienne, et inversement. Je souligne juste ici que l'on ne peut guère écouter activement, aiguiller, conseiller, panser les maux de l'âme sans connaître le type de combat/remous dont il s'agit, surtout chez les hommes : l'archidiacre Frollo se croit bien en mission pour dieu. Cette haine/peur, mépris des femmes ainsi que ce "désir de pureté"  sont pathologiques : ce sont des pulsions libidineuses de prédation refoulées que les femmes ainsi que les enfants hélas subissent depuis la nuit des temps... Pourtant, ce sont bien souvent ces mêmes hommes malades qui conseillent et ordonnent, qui guident les peuples ....

Hélas, notre Société Occidentale tend à sacraliser l'intellect seul et voue un culte à l'argent et au corps. La notion de pouvoir devient alors indispensable pour écraser les rivaux dans cette compétition qu'est la vie, tout les coups sont permis, manipulation et humiliations publiques se démocratisent. Ce monde avilissant, bourré de principes pourtant, de dogmes, et méprisant les valeurs élevées rend malade : la conscience de toute cette violence et de toute cette souffrance ne peuvent que mener, après l'abattement et la révolte, à une quête de sens. 

Mourir sans avoir vécu avec intensité son Aventure intérieure profonde et sublime, quel gâchis!

 

Amistats et avec sororité,

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 20 Juin 2015

La Roue du Temps ...

Dans 10 ans peut-être,
Quand les remous de mon âme se seront apaisés,
Je reviendrais en Terres Cathare,
Dans mes Corbières maritimes adorées ...
Les pins parasol embaumant, l'été,
Et les cigales enchantées ;
Sans la peur des daïmons du passé,
Du regard inquisiteur de ceux qui pour moi auront existé ;
La vague Méditerranéenne douce et étincelante,
Plutôt que ce vieil Océan tempétueux,
Et es accents chéris aux airs roulés ...
Mais mes filles auront alors bien grandi,
Et je ne voudrais pas leur couper les ailes,
Dans leur adolescence et leurs premiers frémissements d'amour,
Alors j'attendrais encor',
Un peu, que le temps fasse sont Oeuvre,
Et qu'elles vivent sans avoir besoin de moi ...
Dans 18 ans peut-être,
Serais-je Majeure et reviendrais-je, ô Pays, en Paix ...

Amistats et Sororellement,

Voir les commentaires

Rédigé par Cicne&Ròsa

Publié dans #Catharisme, #Occitanie, #Musique et Poésie, #Trobairitz&Trobadors

Repost 0

Publié le 2 Mai 2015

Trencar (trancher) Vel (voile)?

Trancher le voile, c'est ce que nous lisons. Hermétisme?

Le trancheur, c'est ce qu'en dit Mistral. Faits d'armes?

"Casse Noisette" aurait été un surnom dont était affublé Aton, invivable. Ah tiens?

Trencavel. Mon adoré Raymond-Roger, vicomte de Carcassonne, Béziers, Albi. Héros s'il en est et l'une des premières victimes de la Croisade contre les Albigeois, chevalier qui a défendu son peuple face à l’oppresseur, jusqu'à en mourir, de la main fourbe de Simon de Montfort, dans l'un de ses cachots. Fils d'Adélaïs, comtesse de Toulouse aux yeux lilas, qui m'a inspiré ce blog. Pourquoi lui, alors que s'annonce, cette nuit, le 10 000ème visiteur unique de mon blog?

Car voyez-vous, depuis peu, je re-porte l'anneau à mon annulaire gauche, marquant ainsi mon engagement pour la défense de mes valeurs, féministes et occitanes, pourtant perdues dans le combat contre mon ex toxique, par amour pour mes deux filles. Oui, telle une faydit, j'ai tout perdu : emploi, enfants, toit, dignité ... et toute trace d'affection à mon égard ; jusqu'à la raison. Et l'affaire ne fut pas des plus justes qui soit. Enfin bref, sans m'amputer un sein, n'ai-je pas tout -ou presque- reconquis, à commencer par la confiance de celles et ceux qui détenaient mon à venir entre les mains? Ne dit-on pas, simplement, que le chemin des cathares est Justice&Vérité? Car ce qui me tient droite, en catharisme, n'est pas le dogme religieux, mais bien un désir d'appartenance culturelle -et non cultuelle, j'insiste-, au nom des valeurs qui ont fait de l'Occitanie médiévale une civilisation brillante : esprit de résistance, paratge e convivencia. Cet idéal me porte. Il est décalé, et alors? Folie? Sectarisme? Dégénérescence? Je vous emmerde. Moi, au moins, j'ai su sortir du désert. Cicne pour chevaleresse au cygne et Ròsa pour troubadouresse à la rose, n'en déplaise à celles et ceux qui y verraient ... quoi au fait?

Ce soir un fou dégénéré sectaire, appelons-le Edward, s'indignait de la défense que nous assurions, avec une poignée de femmes engagées en féminisme, -et d'hommes aussi-, donc il s'indignait que nous ne laissions pas de porte de sortie à des pédo-criminels d'Etat avérés. Leurs propres paroles et écrits faisant office d'aveux, je ne vois pas en quoi je n'aurais pas pu, dû, su trancher, au nom de la République -qu'il dit l'autre-?

Trencar la vergueta comme disent -je l'ai décidé- les radfem occitanes, reste parfois la meilleure chose à faire. Mais est-ce suffisant?

Chef de pub, quel beau métier ... Ah, si demain l'on me confiait certaines campagnes en cette veille de Beltaine ;-)

Sororellement,

Voir les commentaires

Rédigé par Cicne&Ròsa

Publié dans #Occitanie, #Catharisme, #Féminisme, #Trobairitz&Trobadors

Repost 0

Publié le 15 Mars 2015

Bûcher de Montségur, Jacques Fauché
Bûcher de Montségur, Jacques Fauché

Demain, c'est le 16 Mars, date anniversaire du bûcher de Montségur, une façon de commémorer cette date, moi qui ne suis un peu loin pour partager, désormais, les réjouissances ......

"De faire un sirventès - sur cette mélodie qui me

convient.
Je ne veux plus tarder - ni longtemps hésiter ;
Et je sais cependant, sans en douter - qu'il attirera sur
moi la malveillance,
Car je fais ce sirventès
Sur les fourbes, les malappris
De Rome, qui est - à la tête de la décadence,
Où tout bien déchoit

Je ne m'étonne plus, -
Rome, si le monde se trompe,
Car vous avez mis le siècle - en tourment et en guerre,
Et prouesse et merci - meurent par vous et sont ensevelis,
Rome trompeuse,
Guide, cime et racine
De tous maux. - si bien que le noble roi d'Angleterre
Fut par vous trahi.

Rome tricheuse, - la cupidité vous égare :
A vos brebis - vous tondez trop la laine.
Que le Saint-Esprit - qui revêtit un corps humain
Entende mes prières
Et brise tes crocs.
Rome, point de trêve avec moi, - car tu es fausse et
perfide
Envers nous et envers les Grecs.

Rome, aux faibles d'esprit - vous rongez la chair et les
os,
Et vous guidez les aveugles - avec vous vers la fosse ;
Vous outrepassez les commandements - de Dieu, si
grande
Est votre cupidité.
Car vous faites, contre denier.
Remise des péchés. - Rome, vous vous chargez
D'un lourd fardeau de mal.

Rome, sachez bien - que votre lâche marchandage
Et votre folie - ont fait perdre Damiette.
Vous régnez à la male heure, - Rome. Que Dieu vous
abatte
Et vous fasse déchoir !
Car vous régnez trop hypocritement
Pour l'argent, - Rome, de race vile, menteuse

À ses engagements.


Rome, je sais en vérité ; - sans aucun doute, que sous
couleur
De faux pardon -, vous avez livré
Au martyre - les barons de France,
Loin, du paradis,
Et que vous avez assassiné,
Rome, le bon roi Louis - en l'attirant loin de Paris
Par vos prédications trompeuses.

Rome, aux Sarrasins - vous faites peu de dommage,
Mais les Grecs et les Latins - vous les envoyez au
carnage.
Dans le l'eu de l'enfer, Rome, - vous avez élu demeure,
Dans la perdition.
Que jamais Dieu ne me fasse
Participer, Rome, au pardon - ni au pèlerinage
Que vous fîtes en Avignon.

Rome, sans motif- vous avez tué maintes gens.
Et il ne me plaît guère - de vous voir suivre une voie
tortueuse.
Car au salut, - Rome, c'est vous qui fermez la porte.
Aussi suit-il un mauvais guide,

Été comme hiver,
Celui qui marche sur vos traces - car le diable l'emporte
Dans le feu d'enfer.

Rome, il est facile - de voir le mal qu'on doit dire de

vous.
Car, par dérision - vous faites des chrétiens des martyrs;
Mais en quel livre - trouvez-vous que l'on doive,
Rome, tuer les chrétiens ?
Que Dieu qui est le pain véritable et quotidien
M'accorde - de voir advenir des Romains
Ce que je désire.



Rome, il est bien vrai - que vous fûtes trop empressée
Aux pèlerinages hypocrites - que vous avez proclamés
contre Toulouse ;
Vous avez trop rogné de mains - à la façon d'une
enragée,
Rome semeuse de discorde.
Mais si le valeureux comte
Vit encore deux ans - la France portera
Le châtiment de vos perfidies.

Rome, si grande - est votre forfaiture
Que vous plongez dans l'oubli - Dieu et ses saints ;
Et vous régnez si mal - Rome fausse et perfide.
Qu'en vous se cache,
Se réduit et se détruit
La joie de ce monde. — Et vous faites grande démesure
A l'égard du comte Raimon.

Rome, Dieu lui vienne en aide - et lui donne le pouvoir
et la force,
Au comte qui tond - les Français et les écorche.
Et en « fait planche et pont » - quand il est aux prises
avec eux ;
Et j'en ai grande joie.
Rome, que Dieu se souvienne
De vos grands torts - et s'il lui plaît, qu'il arrache le comte

À vous et à la mort.

Rome, je reprends bien confiance, - car avant peu
Vous finirez mal -, si l'empereur loyal
Règle habilement son destin - et fait ce qu'il doit faire.
Rome, je vous le dis en vérité,
Votre puissance, nous la verrons
Déchoir -. Rome, que le vrai Sauveur me permette
De voir bientôt cela !

Rome, pour de l'argent - vous faites mainte vilenie,
Mainte chose déplaisante - et mainte félonie.
Vous voulez tellement - régir le monde que vous ne
redoutez rien,
Ni Dieu ni ses défenses ;
Au contraire, je le vois,
Vous faites plus de mal - que je ne saurais dire,
Au moins dix fois plus.

Rome, vous serrez tellement - votre griffe
Que ce dont vous pouvez - vous emparer, vous échappe
difficilement.
Si vous ne perdez bientôt - la puissance, le monde est
tombé
Dans un mauvais piège,
Il est mort, vaincu.
Et le mérite est détruit : - Rome, voilà les miracles
Que fait votre pape.

Rome, que Celui qui est la lumière - du monde et la
vraie vie
Et le vrai salut, - vous donne une mauvaise destinée,
Car vous commettez tant de méfaits, au su de tous, -
que le monde crie.
Rome déloyale,
Racine de tous maux.
Dans les feux de l'enfer - vous ne manquerez point de
brûler,
Si vous ne changez pas vos pensées.

Rome, en la personne de vos cardinaux, - on a de quoi
vous reprendre.
Pour les mortels - péchés dont ils font parler.
Car ils ne pensent qu'aux moyens- de revendre
Dieu et ses amis.
Et la réprimande pour eux reste vaine.
Rome, il est fort écœurant - d'écouter et d'entendre
Vos sermons.

Rome, je suis irrité - de voir grandir votre pouvoir.
Et de voir grande peine - nous accabler tous à cause de

vous.
Car vous êtes l'abri et la source - de la tromperie, de la

honte
Et du déshonneur.
Vos pasteurs
Sont hypocrites et fourbes, - Rome, et qui les fréquente
Fait bien grande folie.

Rome, il agit mal - le pape, quand il dispute
Avec l'Empereur - le droit à la couronne.
Quand il lui crée des difficultés - et pardonne à ses
ennemis,
Car un tel pardon.
Qui n'est pas amené par de justes raisons,
Rome, n'est point convenable; - qui, au contraire,
cherche à en justifier l'auteur,
Demeure honteux.

Rome, que le Dieu de gloire - qui souffrit douleur
cruelle pour nous
Sur la croix, - vous donne une mauvaise fortune.
Car vous voulez toujours - porter la bourse pleine,
Rome aux viles coutumes,
Dont tout le cœur
Est tourné vers l'argent : - Aussi la convoitise
Vous conduit aux flammes éternelles.

Rome, de la rancœur - que vous portez en la gorge.
Naît le suc dont meurt - le monde, et dont il s'étouffe
Avec (trompeuse) douceur au cœur ; - voilà pourquoi le
sage tremble
Quand il reconnaît et voit
Le venin mortel

(Et sa provenance là-bas -: Rome, il vous coule du
cœur !)
Dont les poitrines sont pleines.

Rome, on a bien toujours - entendu dire
Que ce qui vous tient la tête diminuée (de sens) - c'est
que vous la faites souvent raser ;
Je pense donc et je crois - que vous auriez besoin,
Rome, qu'on vous ôtât la cervelle,
Car vous portez un vilain chapeau,
Vous et Cîteaux - qui fîtes faire à
Béziers
Très affreuse boucherie.

Rome, avec un appât trompeur - vous tendez votre filet
Et vous mangez maint morceau mal acquis - quel que
soit celui qui s'en passe.
Car vous portez en vous - avec une mine innocente
d'agneau,
Des loups rapaces.
Des serpents « couronnés »
Nés d'une vipère - et c'est pourquoi le diable prend
soin de vous.
Comme de ses intimes."

Sororellement,

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 9 Novembre 2014

CES FEMMES QUI ONT FAIT L'HISTOIRE...Aliénor d'Aquitaine

La plus piquante des reines de France est Occitane. Petite fille de Guillaume IX, Duc d'Aquitaine et de Gascogne, premier troubadour connu, et Languedocienne par sa grand-mère Philipp(e)a comtesse de Toulouse, Aliénor aurait donc voulu prétendre à ce Comté ; mais non, dans toute sa grandeur, mon intrigante préférée fut tour à tour reine de France puis d'Angleterre, personnage hautement sulfureux dans l'inconscient collectif, car souvent pointée du doigt par les hommes, notamment les prélats qui l’entouraient ... et dieu sait que le sort des femmes au moyen âge n'est pas à envier, même celles de son rang, considérées comme de simples monnaies d'échange dans des stratégies politiques et financières qui menaient au mariage, voyant les femmes (vous avez lu femmes, mais rappelons ici qu'Aliénor fut donnée en première noce à Louis VII à l'âge de 15 ans) libres de ... se soumettre de l'autorité du père à celle de l'époux. Louée par sa cour de troubadours et trouvères qu'elle protégeait, nous ne savons rien cependant sur son physique, pas même la couleur de ses yeux ou de ses cheveux, si ce n'est qu'elle était très belle, auréolée de ses multiples talents qui devaient lui octroyer un charme insaisissable, rebelle et artiste dans l'âme, son intelligence fine lui allouant de surcroît un magnétisme inégalable. Femme politique à la poigne de fer, son gout prononcé pour le pouvoir et les mondanités évoluera au fil des ans, la laissant tantôt frustrée ne pouvant pas gérer le duché d'Aquitaine qu'elle apportait en dot, tantôt épanouie dans le rôle -fort tardif- de régente de son fils "au coeur de lion", protecteur, lui aussi, des troubadours et faiseur de rimes.

Si son épopée vous inspire, laissez-vous embarquer sur les flots par l'Ensemble Tre Fontane, "Musiques à la cour d'Aliénor d'Aquitaine", et découvrez des compositions de troubadours et trouvères l'ayant connue.

Je terminerai avec un extrait de "Sang Royal", une prose déjà publiée sur ce blog :

"Pour m'être rebellée je perdis 16 ans de ma vie en prison,
Peine levée par mon bien aimé fils Richard au Coeur de Lion,
Scandaleuse et séductrice sont des traits qui souvent reviennent,
Quand il est question de l'insoumise et indomptable Reine,
Mes affaires de coeur semblant alors primer sur mon courage,
Déterrez donc mes qualités afin de me rendre hommage,
Faites de moi une femme libre, aussi précieuse qu'un diamant,
Ayant transmis fougue et rébellion au peuple Occitan."

Sororellement,

Voir les commentaires

Rédigé par Cicne&Ròsa

Publié dans #Figures féminines, #Féminisme, #Occitanie

Repost 0

Publié le 16 Août 2014

Sophie Wallerstein, philanthrope de Gascogne.

Il y a à Arès, paisible station balnéaire du Bassin nord, une magnifique propriété jouxtant la clinique, ancien aérium pour les enfants malades défavorisés, fondé par Sophie Wallerstein, philanthrope, en front d'Océan et sous les pins, - amoureuse qu'elle en était- en 1894. Sa vie fut oeuvre de bienfaisance, et j'avais eu la chance de visiter la propriété ayant un jour fortuitement rencontré le jardinier. Son frère, Louis Emile Javal, membre de l'Académie de Médecine, Directeur du laboratoire d'ophtalmologie à la Sorbonne, député de l'Yonne, dont la volonté était de soigner le strabisme de sa jeune soeur dira modestement «Je n'ai jamais été qu'un troubadour ». Dommage que les fonds manquent pour rénover et ouvrir les lieux dans une continuité honorant la mémoire de la Dame. Allez savoir pourquoi, ce lieu ainsi que cette famille me touchent au plus haut point, moi qui ne suis pas du coin et qui n'y ai vécu que deux ans .... Je lui ai donné le sobriquet de "The Wall" car, Juive, elle a légué ses biens à la croix rouge pendant la guerre par crainte pour sa propre vie et pour mettre la Fondation à l'abri ; le site à permis de cacher, aussi, des enfants juifs (et même Juliette Greco) pendant la guerre. Je trouve que cette chanson des Pink Floyd chantée par des enfants lui va à mer vieille.

Ah si j'étais riche!

Sororellement,

Sophie Wallerstein, philanthrope de Gascogne.

Voir les commentaires

Rédigé par Cicne&Ròsa

Publié dans #Figures féminines, #Occitanie

Repost 0