Articles avec #religion tag

Publié le 19 Février 2017

Si je me prête à ce jeu aujourd'hui, c'est qu'il est souvent question d'obscurantisme quand il s'agit de religion, et que le catharisme n'y coupe pas : qui se sera intéressé au sujet de près aura pu constater qu'il attire bon nombre d'illuminé-e-s plus ou moins sectaires, plus ou moins dangereux, et que dans tous les cas il est un ciment très prisé pour les conflits d'ego, ce qui est diamétralement opposé à l'esprit, s'il en est, cathare. Ce qui suit n'est que ma définition personnelle, que je ne cherche bien entendu pas imposer à qui que ce soit, mais qui peut, peut être, éclairer d'autres chercheuses-eurs en marche vers ce pacifisme décomplexé. Ce billet permettra en outre aux militant-e-s féministes qui me connaissent plus ou moins de lever certains doutes quant à un éventuel prosélytisme et aux abonné-e-s de mon blog de savoir avec plus de précision de quelle façon je me situe personnellement face aux différents courants que représentent le catharisme actuellement.

 

Tout d'abord, même si je milite pour l'accès à l'ordination des femmes quelles que soient les religions, -ce qui était déjà le cas en catharisme au Moyen Age-, je n'envisage pas le catharisme comme une religion à proprement parler, faite de dogmes et de rites mais plutôt comme une spiritualité de la transcendance de l'être aspirant à une paix profonde et à une connaissance de lui-même et du monde tout aussi approfondie. Je rejoins rarement Freud mais pour le coup je dois avouer qu'il me semble avoir raison quand il exprime que le besoin du religieux, du père, est immaturité flagrante : récemment, j'expliquais que les religions, dans leur ensemble, infantilisent. Agnostique plutôt qu'athée, c'est à dire me questionnant plutôt qu'affirmant mon intime conviction, j'appréhende d'un très bon oeil que les dits cathares aient abordé le problème de la divinité en parlant de bon ou mauvais principes, et aient considéré l'ordination en elle même comme le fait de s'ouvrir à l'entendement du bien. Pour le reste, j'ai fait mienne l'approche d'Abraham Maslow, père de la psychologie humaniste, estimant que chaque être humain est susceptible de connaître des états paroxystiques ou autres extases, le fameux sentiment océanique du Nobel de Littérature pacifiste et humaniste Romain Rolland, proche de la féministe Malwida Von Meysenbug et fervent opposant à la première guerre mondiale : on a trop tendance, aujourd'hui, à refuser aux individus d'être animés par des valeurs spirituelles ou humanistes (d'autant plus s'il s'agit de féminisme) fortes, de partir à la découverte de leur psyché ou de défendre avec convictions leurs idées et droits, d'expérimenter des états de conscience modifiés sous prétexte que la psychiatrie les assimilerait à des délires. C'est l'éternel problème : qu'est-ce qui est réellement démentiel, qu'est-ce qui ne l'est pas? Qu'est-il interdit d'aborder sous prétexte que nous n'en savons pas assez scientifiquement sur le sujet? Finalement, est-ce que je ne connais pas existe ou n'existe pas? Est-ce que ce que je ne connais pas est forcément condamnable, nuisible? Juste parce que moi je ne sais pas ou que cela ne me ressemble pas? Pour illustrer ces propos, je prends toujours l'exemple des extra-terrestres. Si demain Pierrette, Paula ou Jacqueline viennent me voir pour me dire qu'elles ont vu des extra-terrestres, je vais les croire. Je n'ai pas dit que je croirais aux extra-terrestres, mais je croirais qu'elles, en tous cas, elles croient en avoir vu. Pourquoi remettrais-je en question ce qu'elles me disent sous prétexte que moi, je n'en ai jamais vu? Et d'ailleurs, est-ce que parce que je ne les ai jamais vus, ils n'existent pas?

 

Le catharisme, ce n'est pas des gars qui croient qu'au paradis il y a 72 vierges qui les attendent, ou d'autres qui estiment qu'une femme respectable se doit de s'identifier à une sainte ayant enfanté sans se «souiller». D'ailleurs, ce sont bien ces croyances en particulier qui génèrent un viol toutes les 7 minutes, en France, sans compter les viols pédocriminels ni les viols conjugaux : n'est-il pas souvent reproché aux femmes d'avoir trop bu, d'être habillées trop court plutôt que de reprocher aux hommes de ne pas savoir maîtriser leurs pulsions, et ainsi d'être des criminels? Pourtant, le profil de l'archidiacre Frollo est assez commun, et c'est bien aux femmes, impures et tentatrices, que l'on demande de se voiler : est-ce à dire que [tous] les hommes sont incapables de se maîtriser? Quelle insulte! Le catharisme estimait que les esprits qui habitent les corps sont les mêmes chez les femmes et les hommes, et considérait donc chacun-e comme égal-e. Le catharisme, estimait que la violence et la souffrance sont fils et petit fils du diable, donc du mauvais principe -pour cette raison, ils rejettaient la croix et la crucifixion au sens large-, et que ce sont pourtant elles qui mènent ce monde où «dieu» n'a aucune part, hors mis dans le coeur des hommes. Oui, chez les cathares, le message de Jésus etait pris au pied de la lettre : dieu est Amour. D'où l'idéal de bienveillance absolue que nous leur connaissons. Les cathares estimaient néanmoins, que chacun-e pouvait avoir accès aux Ecritures dites saintes et les enseignaient à toutes et tous afin que chacun-e soit libre de se défaire de l'endoctrinement de l'époque, c'est à dire celui de l'église catholique laquelle estimait, elle, que seules les élites pouvaient être instruites ; mais tout cela n'avait-il pas vocation à maintenir les esprits dans l'asservissement et l'ignorance afin de mieux les manipuler? Le terreau était propice au vivre ensemble, spirituellement et humainement, au Paratge, à la mystique des amant-e-s qu'était (entre autres) le Trobar, qui fut une réelle valeur ajoutée de cette civilisation Occitane, celle où l'amour de dieu, quel qu'il soit, des femmes, des hommes et de l'humanité était réellement un but individuel et collectif : Convivéncia, Larguesa, Sens, Valor, Onor, une très belle trame d'écheveau qui fut endommagée -jamais détruite- par ce génocide culturel,  car elles rendaient peut-être trop conscient-e-s, trop libres .... En tous les cas, j'ai toujours défendu, en la matière, la valeur de Marie-Madeleine, l'apôtresse, l'initiée, l'amante, et la sagesse de son Evangile apocryphe. Cela ne changera pas. Et je propose, depuis des années, ici officiellement et très sérieusement, de lui associer la cardabelle tout comme le sont d'autres chardons pour les douleurs du Christ ou de la Vierge, en symbolisme. Pourquoi les siennes, en tant que femme et non mère, seraient-elles invisibilisées? Son Evangile (du Grec ancien εὐαγγέλιον «bonne nouvelle»), exprime pourtant très bien le rejet de Pierre qui l'humilie publiquement, Pierre ayant renié Jésus sur la croix, trois fois, et pourtant père du catholicisme... 

 

Question : que savons nous de la chimie du cerveau lors d'une assomption, d'une ascension et autres extases ... orgasmiques ? N'avez-vous donc jamais été ravis, vous aussi, par les anges? Les neurosciences proposeraient-elles, à l'avenir, des explications à certains états hors du commun sans passer par la pathologisation de la moindre hypersensibilité, intuition, soif accrue de liberté ou idéalisme?

 

 

Alors, il est vrai que je suis Carcassonnaise, et que chez nous, cette histoire est toujours vivante, vibrante, secrète, excitante ; certains n'y verront certes qu'une utopie mais n'a-t'on pas besoin de souffler dans les voiles de nos idéaux pour faire avancer nos embarcations? Devons-nous nous laisser abattre et accepter la violence si prégnante ici bas où nous sommes en pleine guerre idéologique et au bord de la guerre mondiale, assommé-e-s par toutes formes de radicalisations et autres terrorismes? Devons nous faire semblant de ne pas voir ce qui ne va pas? Ne peut-on pas envisager une nette amélioration, l'espérer, oeuvrer pour? Bâtissons, bâtissons.

 

 

Adelphiquement

 

Voir les commentaires

Rédigé par Cicne&Ròsa

Publié dans #Féminisme, #Société, #Catharisme, #Religion, #Spiritualité, #Occitanie, #Laïcité

Repost 0

Publié le 14 Janvier 2017

Ce livre est une véritable révélation pour moi, tant il concentre tous les sujets de réflexions qui m'animent depuis l'adolescence. Non pas que j'y apprenne beaucoup, mais quand la Société te met dans la marge tant tes sujets de recherche et ta pensée sont singuliers, il est vraiment salvateur, cet écho. Bien-sûr, Jacqueline Kelen n'est parfois pas tendre, notamment avec certains de mes défauts ou mauvaises habitudes, mais que je suis foncièrement encline à corriger : le simple fait de savoir que nous sommes au moins deux à avoir ces réflexions sur l'amour et le divin -en soi, et celui que la vie nous intime à partager- est absolument libérateur. Je vais enfin pouvoir reposer en paix, sans me demander sans cesse ce qui ne tourne pas rond chez moi pour être a ce point habitée par cet esprit ardent, que je devine aujourd'hui contagieux.

 

Jamais je n'aurais pu imaginer que mon rapport à l'amour, à la vie, à la spiritualité, au féminin, au sacré, pouvait être aussi familier à une autre femme ... que j'ai découverte au hasard d'une vidéo où il était question à la fois des cathares, du trobar, de la fin'amor, des fedelis d'amor, d'éros et psyché, du complexe madone et catin, de la misogynie des Ecritures dites saintes, de poésie et d'[extase].

 

Exquise, cette femme et exquise et parle un langage qui fait scintiller toute la poussière d'étoiles en mon âme. Quelques extraits (mais pas trop) du début du livre "Un chemin d'ambroisie" de J.KELEN, que j'ai dévoré. Elle a été productrice à France Culture 20 ans et est l'autrice d'une 30aine d'ouvrages. Elle est d'une spiritualité qui sonne avec authenticité. Je recommande vivement cet ouvrage, qui rend assurément ses lettres de noblesse au plus mystérieux des sentiments...

 

"Je comprends que le manichéisme, puis le catharisme aient voulu résoudre cette sombre énigme en évoquant le Démiurge mauvais, créateur de ce monde."

"Lorsque deux fins amants ont célébré le rituel d'amour, ont communié et louangé dans cette secrète liturgie, désormais la prétentieuse sexologie, les bizarreries érotiques et les élucubrations freudiennes leur paraissent totalement dérisoires." 

"Mais pour les catholiques bien endoctrinés, l'appel de l'éros et, pire, le consentement à l'éros ont fait naître en eux un nouveau péché, la culpabilité. C'est même une caractéristique majeure du psychisme des catholiques."

"Le château de l'amour se construit par le toit. Et ses plans sont d'abord tracés dans le ciel."

"Peu de préceptes religieux résistent lorsqu'on évacue de la psyché humaine la peur, la honte et la culpabilité. Plus précisément, ce qui résiste n'a rien à voir avec la morale ou l'endoctrinement : c'est le message spirituel vivant." 

"Le côté du coeur joue volontiers des tours à la femme Celle-ci préférera souvent le malheur, l'exil et le châtiment, mais avec l'homme qu'elle aime, plutôt que la liberté, la joie et la beauté vécues solitairement."

"On n'épouse pas une femme libre. Mais celui qui aimerait véritablement une femme libre aurait pour seul désir de devenir libre lui aussi."

"Le lien est tissé menu entre une vie spirituelle authentique et la vie amoureuse que l'on y mène, y compris dans les relations sexuelles : ce qui est en Haut (les réalités célestes) résonne dans ce qui est en Bas (les éventements terrestres, la condition humaine et charnelle) ; et ce qui vit en bas réjouit ou afflige l'en Haut. L'érotique désigne précisément le lien indissoluble, forcément amoureux, entre l'en Bas et l'en Haut."

"A ressasser la douceur de la virginale mère, il devient pour un homme impossible ou effrayant de s'abandonner à l'amour de la femme."

"Comme la plupart des femmes préfèrent avoir un homme dans leur vie plutôt que de manifester l'Eternel Féminin et d'éclairer le monde par leur esprit, il y a infiniment plus de gentilles ménagères rebaptisées muses que de femmes éveilleuses et créatrices. Celles-ci sont le plus souvent solitaires, à la fois par gout, par destin, et par défection masculine."
 
 

 

Avec sororité, 

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 27 Décembre 2016

Non mais sérieux, on s'attendait à quoi? Qu'on nous applaudisse et qu'on nous suive parce que le féminisme -cette idée radicale que la femme est un-e être humain-e à part entière- c'est subversif? Les droits des femmes régressent partout dans le monde et on s'étonne encore, que certains, que l'on pensait nos amis, des êtres dignes de notre confiance et de notre amour nous tournent le dos ou nous malmènent sans que nous ne comprenions pourquoi? Non mais sérieux, on s'attendait à quoi? À ce qu'ils admettent la différence de traitement et notre piètre condition? À ce que, finalement, ils abandonnent consciemment certains de leurs privilèges par respect et/ou amour pour nous? À ce qu'ils combattent cette injuste coalition politico-religieuse patriarcale visant essentiellement à nous remettre à notre place, baillonnées, à leur disposition, derrières nos fourneaux?  Non mais sérieux, on croyait quoi? Qu'ils allaient faire preuve d'empathie, d'intelligence? Qu'ils allaient, pacifistes dans l'âme, être guidés par un esprit de justice et d'équité? Qu'ils allaient faire un effort?

 

Nos mères -et la société patriarcale en général- les éduquent comme des dieux depuis l'enfance, et les femmes continuent à les infantiliser en les servant comme des dieux, j'entends par là, en s'occupant encore trop souvent de leur linge, des repas, du ménage, des courses, des soins aux enfants, même quand elles travaillent autant qu'eux : le mythe de la double journée des femmes n'en est pas un. Et vous croyiez qu'après avoir été servis comme des dieux toute leur vie -à moins d'avoir étés rendus plus nobles par des féministes- quand le choix se poserait, le plus grand nombre allait nous suivre? Parce que la question se pose actuellement, l'engouement pour les droites extrêmes est un indice cruel de l'état d'esprit qui mène les peuples : l'élection de Trump en est la preuve ; tout, même le pire, mais surtout pas une femme! Combien passent leurs nerfs impunément sur leur famille, femmes ou enfants, considérés comme plus fragiles, à cause paraît-il de la pression subie au boulot ... Sous prétexte que cela a toujours été comme ça, personne ne dit rien comme si c'était normal ? Combien considèrent leurs infirmières, commerciales, secrétaires (...) comme de simples vides couilles, des putes à leur disposition, le repos du guerrier et les jettent une fois "consommées"? Entend-on souvent qu'un cadre a été viré pour avoir sauté son employée en lui promettant monts et merveilles? Non! En général, c'est l'employée qui est virée, harcelée, poussée à bout, à la faute. Ormeta. Tu vois, comme j'ai été une mauvaise mère sacrificielle, que j'ai dénoncé les violences que je subissais, que j'ai quitté le père de mes deux filles alors qu'elles étaient bébés, qu'en plus j'étais traumatisée, j'ai été punie. Punie de ne plus réussir à affronter la situation, qui avait pourri parce que sa violence a lui n'a pas été maîtrisée. Oui, j'ai été punie, désenfantée, bannie de ma famille -comme en 2007 je l'avais été par une grosse boite de médias gratuits, perdant tout, pour être tombée amoureuse de l'un de mes cadres-, internée en psychiatrie, contrainte à une médication qui m'a anesthésiée des années durant et fait prendre 50 kilos, parce qu'il a été pointé ma façon de réagir à la violence et pas la violence elle même. À cause d'un abruti qui n'a pas pris mes différentes plaintes qui auraient pu coûter du pénal à mon agresseur, -le protégeant lui, donc- tout en se foutant de ma gueule et en me mettant, mes filles et moi même, en dangerAu contraire, les différentes décisions de justice ont glorifié son sentiment de toute puissance et d'impunité. Aujourd'hui, ce rôle de mère sacrificielle m'a rattrapée (non je ne regrette pas d' avoir la garde de mes filles), je n'ai pas eu le choix, on me l'a imposé. Quand lui voyage, s'achète des bâteaux, est mobile professionnellement, libre de toute entrave, me mettant à sa disposition pour son droit de garde, a des boites de capotes vides qui traînent, moi j'ai tiré une croix sur ma carrière, vis en dessous du seuil de pauvreté, là où je peux mais surtout trop loin du moindre lien affectif avec un-e adulte, refuse des entretiens pour des postes très intéressants mais chronophages et me suffit de sa pension alimentaire (fixée au minimum) tout en subissant encore sa violence sans que personne ne l'ait remis à sa place. Je meurs en tant que femme à son profit, et ça tu vois, c'est aussi un privilège qu'ils ne veulent pas perdre. 

 

C'est là que j'ai envie de remercier l'Huma et Marianne, l'une faisant la lumière sur le harcèlement et les menaces que subissent les féministes voir l'exemple de Flo Manradet dernièrement et signer ici la pétition SVP et l'autre pour son dossier spécial Femmes. Ou les Inrocks aussi, féministe friendly, cela donne envie de se ré-abonner à la presse papier, très malade à cause du web, et c'est quasiment un geste militant ! Alors bon, faut absolument arrêter de se dire que si les droits des femmes régressent partout dans le monde alors que les intégrismes religieux ainsi que les politicards conservateurs (les bases mêmes du patriarcat) font de plus en plus parler d'eux, c'est une fortuite coïncidence, et que si les féministes se font agresser c'est qu'elles exagèrent, ou le cherchent ! Bref, pensez à vous inscrire sur les listes électorales, plus que qq jours (jusqu'au 31/12), parce qu'entre Trump et Poutine, à la moindre friction, on va le sentir passer, le combat de coqs.

 

 

 

 

 

Avec sororité,

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Cicne&Ròsa

Publié dans #Société, #Féminisme, #Religion, #Manipulation, #Femen

Repost 0

Publié le 21 Décembre 2016

Cette première journée d'hiver, la plus courte de l'année, a pour moi mal commencé : après un café ou deux, je me connecte et tombe à nouveau sur de la propagande catholique intimant aux femmes de se soumettre à leurs époux. Ouhai, carrément avec un titre hallucinant : " Lui être soumise est un vrai bonheur ". Un web site qui te file la nausée, militant clairement contre l'avortement, entre autres clic ici. C'est néanmoins sans dire ma joie en lisant le blog La Maçonne  dont le mystérieux Valabus tente de s'affairer à faire bouger les consciences inertes au sujet de la montée en puissance d'un catholicisme décomplexé ces dernières années, comme je le dénonce depuis la création de mon blog ... Je ne suis pas christianophobe, loin de là, mais je ne comprends pas comment on peut choisir cette religion là, en particulier? Quand on sait leurs exactions, les persécutions contre les cathares, les sorcières, les templiers, les bogomiles, les franc-maçons, les païen, les protestants etc ou d'autres grandes figures hérétiques comme Léonardo Da Vinci, Giordano Bruno, Galileo Galilei, Jean Jacques Rousseau, alors que d'autres christianismes voir carrément d'autres courants spirituels sont moins violents, moins misogynes, moins avides de pouvoir et de richesses? Ce qui est inquiétant, vraiment, c'est de constater que d'une façon tout à fait insidieuse des techniques de torture psychologique que j'associe personnellement à l'inquisition et au nazisme battent leur plein alors même que nous parlons de perversion humaine? 

 

 

Qui donc a commandité cette grande chasse aux sorcières? Est-ce un élan spontané et naturel de l'être humain d'exclure, de souhaiter blesser, dominer, médire, humilier, rabaisser, de diviser, de se comporter comme un prédateur? Ces derniers jours, je me posais des questions concernant mon agressivité, mon irritabilité, mes pulsions, actuellement alors que je suis en plein conflit avec un homme ayant été violent phy et psy par le passé, à cause du quel j'ai fini internée en psychiatrie, désenfantée 8 mois et SDF : le père de mes filles. J'abhorre la violence, je suis une véritable pacifiste dans l'âme, d'ailleurs ma plus ancienne amie m'a dit dernièrement qu'elle ne m'avait vue m'énerver qu'une seule fois en 22 ans, c'est dire. Donc quand je réponds par l'agressivité à l'agressivité dont le père de mes filles fait preuve à mon égard ou à celui de mes filles, je m'insupporte et m'épuise tant cela me coûte en énergie psychique afin de ne pas devenir violente physiquement. Disons que sans cette agressivité très instinctive et impulsive, c'est lui qui n'a pas de limite ; j'ai appris à gérer nos conflits ainsi pour me protéger de ses coups : en le dominant systématiquement. Mais j'ai compris en lisant ceci qu'en fait, je puisais mes ressources, en ce moment, dans une mauvaise partie de mon cerveau, le reptilien. Celui que nous avons en commun avec les animaux, d'où ma sensation d'être repliée dans ma grotte sur mes deux petites pour les protéger comme un mammifère blessé. Mais je ne suis pas la seule : toute ces actualités qui visent à exciter les bas instincts et à alimenter les guerres communautaristes ne sont-elles pas la clef de la violence, en elle-même? Comment l'être humain pourrait-il à l'avenir, développer ses talents, son potentiel en sollicitant, plutôt, une autre zone de son cerveau visant à construire la paix et l'harmonie, pas la destruction et la guerre? Bref, pour ma part, je vais essayer de le désarmer par l'humour!

 

 

Alors voilà, aujourd'hui, c'est la journée de l'orgasme ... mon tout premier je devais avoir 17/18 ans, il s'appelait Jérôme, tout comme mon premier baiser d'ailleurs. C'était un cuni. A Cahors. Je n'ai rien compris à ce qu'il m'arrivait, j'étais au bord de la perte de connaissance! Je l'ai quitté, il voulait me tuer. Je n'ai jamais revue ma gourmette.... J'ai appris par la suite, certainement par réflexe à cette quasi-perte de conscience -quelques années après- à les maîtriser avec ... une fille, la seule d'ailleurs dans mon parcours amoureux. Depuis, je m'octroie la liberté de jouir d'un orgasme absolument quand je le veux, en mode solo, ou pas. Mais ils sont moins violents du fait de mon attention présente et donc d'un abandon qui n'est que partiel. Ce serait bien, me dis-je, de laisser un-e partenaire me faire ce cadeau plutôt que de me servir moi-même ;-) Mais bon, tu sais Jasmin, il y a deux ans, je pensais ça " L'Amor, c'est cerner l'Autre en un souffle, le désarmer et recueillir son coeur, goûte après goûte ; c'est brûler du désir ardent de panser ses plaies et ses ailes meurtries ; c'est fondre en fusion dans son âme et se laisser envahir par le déchaînement tempétueux d'un océan de sensations grisantes. L'Amor, est riche en libertés mais hélas, aussi, en départs " ... et hier soir j'écrivais "Finalement, je préfère signer des deux mains pour le célibat endurci : comme 80 % des femmes, je pense que 80 % des hommes ne sont pas une valeur sure. Menteurs, manipulateurs, infidèles, violents, narcissiques et j'en passe, je me sais plus à l'abris dans ma solitude et la sororité, pourtant dieu sait que j'aime le sexe et les effusions d'affects et de tendresse! Mais non, vraiment, sans façon, on sait trop nous autres féministes ce dont les hommes sont capables, de pire. Et puis, faut bien avouer que je suis une chieuse de première catégorie : moi le mec qui certes ne couche pas à droite à gauche mais dresse la queue à chaque jupe qui passe sous ses yeux ou à la première paire de fesses sur papier glacé, c'est juste pas possible, ça émousse mon désir et comme je ne conçois (non en fait je n'en ai pas envie) pas une relation amoureuse sans désir érotique ni sans plaisir sexuel, je préfère encore l'abstinence que la frustration et la souffrance! Et comme c'est hélas communément accepté ... enfin, les hommes à femmes j'entends car une femme à hommes on sait toutes le mal qu'elle a à exister sans être réduite à sa sexualité. Bref. Pas envie de m'adapter à cet aspect là du masculin qui me fait souffrir alors qu'en plus, en général, c'est qqch qu'ls ne supportent pas non plus mais que nous subissons parce que soit disant "ils sont comme ça les hommes". Façon, je vais vous dire hein, les laisser faire et accepter cet état de fait c'est aussi tolérer qu'ils considèrent les femmes comme des objets dédiés à leur plaisir..." Un homme, encore, a dû passer par là :-/

Donc merci mais finalement, non merci, je vais arrêter d'essayer de m'entendre avec eux d'un point de vue conjugal!

 

*** Voilà pour mes voeux d'Amazone mes chères soeurcières ***

Voir les commentaires

Rédigé par Cicne&Ròsa

Publié dans #Société, #Religion, #Manipulation, #Musique et Poésie, #Trobairitz&Trobadors

Repost 0

Publié le 16 Décembre 2016

Ma ferveur ne cesse de croître ces dernières semaines, l'actualité ne laissant pas entrevoir l'éclaircie que l'on attend toutes et tous (ou pas) ... ce qui ne m'empêche pas d'avoir le coeur lourd quand je regarde toute la misère du monde, que je ne peux certes pas porter sur mes épaules, mais à la quelle je ne peux rester insensible... Entre un Trump misogyne, homophobe et raciste allié à un Poutine dévastant la Crimée et la Syrie -vous noterez qu'ils revendiquent tous les deux défendre les valeurs dites chrétiennes et raflent la sympathie des catholiques main dans la main [parfois] avec les droites extrêmes-, Fillon -aux valeurs dites chrétiennes lui aussi- qui t'explique que tu as tout intérêt à être esclave car le travail c'est la santé et qui ne sait plus trop où il campe au sujet de l'avortement, Jorge  Mario Bergoglio  (le pape des catholiques, pas "notre" pape hein, celui de ceux qui ont choisi le catholicisme comme religion) qui réveille la polémique (pour rependre les titres des tabloids ou bien qui alimente la propagande, qui sait?) au sujet de la théorie du genre qui n'existe pas début  Octobre dans l'avion à son retour de Caucase, suivi de près par une Valérie Pécresse, présidente de la Région Île-de-France elle aussi catholique, qui vient de finalement décider d'arrêter de financer les études sur le genre, les inégalités et les discriminations, l'acharnement de cette justice patriarcale sur Jacqueline Sauvage, la quelle est enfermée derrière des barreaux alors que des fichés S sont dehors avec un bracelet électronique, les 112 femmes qui ont trouvé la mort sous les coups de leur compagnon ou ex compagnon depuis le début de l'année, cette jeune de 18 qui a tué à coups de talons un homme qui l'importunait (j'aurais aimé avoir des détails?) à Bordeaux et qui se retrouve en prison elle aussi (faut dire que si toutes les plaintes des victimes étaient prises par les forces de l'ordre et les agresseurs punis, on n'en viendrait pas à se faire justice soi-même ...) ou dernièrement le témoignage de Guillaume Champeau qui s'est littéralement fait lapider à coup d'insultes homophobes et sexistes d'une rare violence, par les oisillons qui prennent leur béquée au nid de La Manif Pour Tous justement, elle aussi défendant les valeurs dites chrétiennes, simplement parce qu'il a exprimé sur un réseau social que son fils de 4 ans voulait jouer avec une poupée ... Puis une seule femme aux primaires, droite et gauche confondues c'est dire! Courage donc à Sylvia Pinel, ancienne Ministre sous Hollande, vice présidente de la nouvelle région Occitanie.

 

Soyons clairs : la théorie du genre n'existe pas. Il est question ici d'études féministes, dans différents courants et secteurs de recherche, qui permettent, par exemple, d'évaluer les bénéfices d'une éducation non genrée, en laissant un petit garçon jouer à la poupée et une petite filles aux voitures, minimisant ainsi le conditionnement inhérent aux stéréotypes véhiculés notamment par les médias : vous savez, le rose c'est pour les filles fragiles et sensibles et le bleu pour les garçons forts et courageux. Les études sur le genre (et non la théorie du genre) visent à déconstruire le sexisme et la misogynie en valorisant par exemple l'individualité de chacun, le respect du corps, ou du consentement non en fonction des schèmes comportementaux liés aux normes sociétales mais en fonction de l'être. Alors l'idéologie fasciste visant à enterrer ces études laiques et égalitaires visent essentiellement le retour des femmes derrière leurs fourneaux, balais à la main, à s'occuper de la marmaille. Dans leur rôle quoi : femme au foyer, comme le préconisent les droites extrêmes et les intégristes religieux -quels qu'ils soient-, main dans la main : les femmes (et les étrangers, certes) non seulement volent le travail des hommes et déstabilisent la Société car elles s'occupent moins des enfants qui deviennent forcément délinquants mais en plus elles ne s'occupent plus "comme avant" de leur petit mari qui aimerait quand même bien, faut le dire, rentrer en mettant les pieds sous la table, sans avoir à partager les affaires domestiques ou l'éducation des enfants. C'est tellement bien le patriarcat. Pour les hommes, un truc qui se transmet de père en fils, hein. Amen. C'est tellement mieux quand les femmes sont corvéables à merci. Vous ne croyiez quand même pas que ces messieurs allaient abandonner tous leurs privilèges sous prétexte d'éthique, de bienveillance, de partage, d'égalité? Enfin, les valeurs chrétiennes quoi!

 

 

Tu sais, moi, je les regarde, leur gout du sang, du pouvoir, de la violence, de la domination, de la prédation et je me dis que vue ce qu'ils ont fait de la planète et de l'humanité, vu le joug qui pèse sur les filles et les femmes partout encore dans le monde, vue que la plus part des chefs spirituels et politiques sont masculins, ben je comprends que certaines deviennent misandres. Vraiment, non, ils ne savent pas faire. Ils font semblant de savoir. Ils sont convaincus de savoir. Mais non, ils ne savent pas. Mais heureusement qu'ils sont là pour nous sauver des islamistes, ah ces héros! Votons pour eux mes soeurs!

 

 

Avec sororité, 

Voir les commentaires

Rédigé par Cicne&Ròsa

Publié dans #Féminisme, #Société, #Religion, #Manipulation, #Laïcité

Repost 0

Publié le 13 Décembre 2016

Donc Adélais&Jasmine est radicalement et résolument féministe, qu'on se le dise. Et c'est sans appel.

Et non, je ne suis pas parano en m'égosillant sur la coalition politico-religieuse patriarcale qui fait régresser nos droits un peu partout dans le monde et nous intime à reculer face à certaines de nos ambitions notamment en ce qui concerne l'égalité et la parité aux postes clefs. Il n'y a pas pire aveugle que celle qui ne veut pas voir : il suffit de lire la presse spécialisée (je n'ai pas dit d'allumer TF1 ou BMFM ou TPAMP).... L'idée c'est de se renseigner un minimum avant de coller une pathologie grave à quelqu'un en le marginalisant, en l'excluant sous prétexte qu'on ne connait/ne comprend pas ce dont il parle. Vous êtes-vous seulement imaginé une seconde que ... vous n'étiez peut-être pas au courant? Genre as-tu au moins essayé de réfléchir, rechercher, analyser par toi même en dehors de tout ce qui facilite ton "instruction" (médias de masse) pour que tu penses comme ta voisine? Alors oui, on me dit que j'exagère quand je fais remarquer, en pleine campagne présidentielle, que les candidats draguent les communautés religieuses comme les cathos ou les musulmans sans même les interpeller, laicité oblige, sur la misogynie de leur culte qui n'estime pas les femmes suffisamment pures et éclairées pour enseigner le Coran ou devenir Papesses. Alors même que les plus intégristes de ces deux courants (que l'on essaie d'invisibiliser en minimisant leur capacité de nuisance) pourrissent le vivre ensemble qui fut autre fois pourtant si cher aux Occitans, au temps des cathares en Languedoc. Non, ce n'est pas une utopie. Non, je n'exagère pas. Je veux que vous m'expliquiez POURQUOI une femme, en France, ne peut pas officiellement enseigner le Coran si elle en a envie ou ambitionner d'être ordonnée Prêtresse catholique. Expliquez moi avec des mots simples pourquoi ce n'est pas possible et pourquoi vous estimez que j'exagère! Expliquez moi pourquoi on n'Instaure pas clairement le débat sur le sujet tout en désamorçant les bombes? Si c'étaient les noirs ou les homos qui étaient mis de côté, on crierait au scandale raciste et homophobe. Mais pour les femmes, cette  moitié de l'humanité, cela ne dérange personne? L'idée de la laIcité c'est que chacun-e puisse se sentir libre de vivre sa foi. Certes mais la quelle? Celle d'inférioriser les femmes? D'humilier encore et encore leur pauvre condition?

 

 

Voilons-les. Voilons-nous. Bâchons-nous. A l'heure où des centaines, des milliers de femmes se battent pour pouvoir enlever le voile en terre d'Islam sans être lapidées, brûlées à l'acide, condamnées à mort, à la prison ou violentées de toutes les façons possibles et imaginables que ce soit, à l'heure ou des imams en France (Rachid Abou Houdeyfa par exemple) disent à un public mineur qu'une femme non voilée ne doit pas s'étonner d'être violée, car les femmes non voilées sont sans honneur, d'autres, tout à fait libres de ne pas se voiler, sur notre territoire, recouvrent leur chevelure (ou leur corps) d'un voile de pudicité renvoyant l'image à celles qui ne le font pas qu'elles sont d'impures tentatrices et aux hommes d'animaux incapables de maîtriser leurs pulsions. Curieusement, ces dernières années, celles qui n'en portaient pas en portent, celles qui en mettaient des colorés se cachent sous des teintes de plus en plus sombres, et après on va on va souligner un soupçon de paranoia chez moi si je dis que la charia s'impose insidieusement dans certains quartiers. Mais bordel, n'avez-vous donc pas compris que les campagnes "femmes et espace public" ou que les actions menées par La Brigade des Mères permettent de dénoncer ces états de faits? Entendez-vous que les intégristes cathos menés par les droites extrêmes agissent en réaction? L'idée n'est pas de viser les musulmans, ni les chrétiens, mais bien les fondamentalistes des deux bords, ceux qui s'entre-tuent avec nouEs ou milieu. Je ne confonds pas islamiste et musulman, pas plus que je n'oublie que dans certaines campagnes les femmes seules sont mal vues dans les cafés, et même que j'ai été un jour invitée dans un restaurant -à la grande ville, Paris- interdit aux femmes le soir. C'est dire. Rien de tel que la misogynie des cadres et cadres sup-qui-planquent-leurs-cadavres, misogynie bien connue par les commerciales et les infirmières, par exemple, mais aussi par les femmes politiques ou flics : le plafond de verre, ce n'est pas le fruit de mon imagination ou ma névrose ou ma paranoia. En général, c'est plutôt ... l'ormeta.

 

 

Je ne vais pas m'étaler sur la prostitution, j'étais de tout coeur avec Rosen dans son combat, combat rondement mené que nous avons gagné (pénalisation des clients), et j'en avais même créé le logo qui a fini en autocollant sur la veste de Pascale Boistard mine de rien, j'étais contente! D'ailleurs les filles d'OLF coucou, si je pouvais avoir un autocollant ou une affiche en retour, pour le service rendu à la Nation, ce serait sympa. Donc oui, abolitionniste hein. Si tu estimes que ta fille/mère/soeur est trop bien pour vendre son corps à ton pote, c'est pareil pour toutes les autres filles et femmes. On n'est jamais vraiment très très libre de se prostituer. Surtout quand on sait le nombre d'étudiant-e-s de plus en plus élevé qui se prostituent pour payer leurs études. C'est un peu la même chose quand je dis aux vieux porcs qui affichent sur les réseaux sociaux des photos de (jeunes) femmes nues : d'abord on ne connait pas les circonstances dans les quelles ont étés prises les images, ni si la femme en question autorise au partage. Cela peut être, genre, ta fille ou petite fille gros vicelard qui a fait un cliché érotique avec son amoureux, puis un jour elle l'a quitté et il s'est vengé en partageant son intimité : c'est du revenge porn, et c'est un délit. Dans le doute. Partage pas, vieux vicelard. Ou jeune vicelard. Ecervelé dans tous les cas. Là aussi, une hystérie collective de ces chieuses de féministes. https://fondationdesfemmes.org/le-delit-de-revenge-porn-adopte-dans-le-code-penal/

 

 

Donc pro-choix pour ce qui est de l'avortement, abolitionniste (quel que soit l'esclavagisme ; être celui de son patron en bossant exclusivement pour payer ses factures, ou pour la prostitution, ou le servage sexuel et domestique pour ce qui est du mariage, etc) ouvertement d'inspiration dianique, provoc et laique. Touchée par l'anti spécisme, écolo-peut-mieux-faire, mais pas végé. Altermondialiste. Opposée à la GPA et à l'éducation genrée. 

 

Voili voilou.

 

Avec sororité ;-)

Voir les commentaires

Rédigé par Cicne&Ròsa

Publié dans #Société, #Féminisme, #Religion, #Féminicides

Repost 0

Publié le 10 Décembre 2016

C'est vrai que quand on les regarde nous prendre pour des con-ne-s, cela ne donne plus envie. Mais là, pour le coup, si l'abstention peut effectivement être un message fort, j'ai peur qu'elle ne nous desserve et ne nous nuise gravement en attentant à nos libertés les plus essentielles.

Donc, je couve depuis quelques jours ce billet sur l'impératif pour les femmes d'aller voter, non pas pour faire barrage au seul FN mais bien à la misogynie ambiante, et ainsi lutter contre cette régression des droits des femmes tous bords confondus. Je vous sollicite, amies, soeurs, afin que cet écrit ait un esprit collectif, l'idée est donc de vous dire qu'il y a urgence, pensez à vous inscrire sur les listes électorales ! Regardez ce qu'il s'est passé en Espagne, en Pologne, les rapports Zuber et Estrela au parlement Européen, LMPT qui plébiscite Fillon (mine de rien ça fait des voix), MLP qui va me semble-t'il aiguiller ses électeurs vers ce candidat dont l'épouse Pénélope, avocate, s'est effacée au profit de la carrière de son mari tout en s'occupant de sa famille. N'oubliez pas que le Ministère des Droits des Femmes à disparu et que les ABC de l'égalité ont dû être abandonnés....Entendez que les Évêques de France ont écrit à Hollande afin de mettre la pression sur le gouvernement histoire de le faire reculer sur la loi concernant le délit d'entrave numérique à l'avortement impactant notamment sur tous ces sites web cathos dits "pro vie", et que le porte parole de LMPT se positionne clairement en militant contre l'avortement inversant la culpabilité, se victimisant et cherchant ainsi à avoir de l'emprise sur les femmes qui se sentiraient un peu trop libres, à son gout, d'avorter sans demander l'autorisation, la permission, à un homme : c'est assez commun chez eux, de considérer les femmes comme des mineures, voir sans âme, ou incapables de penser par elles-mêmes. Qu'on se le dise, l'élection papale de Ratzinger en 2005 n'y est certainement pas pour rien : je rappelle ici que cet homme, issu des jeunesses hitlériennes et de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi (inquisition actuelle) avait choisi le pseudo de Benoit XVI en mémoire de Benoit XII, lui même inquisiteur, issu Comté de Foix en Ariège et à l'origine de la persécution contre les dits cathares. Le mouvement du Printemps Français fut créé sous son règne, juste avant qu'il n'abandonne la partie, en 2012 : « bye bye Benoit » , avions-nous salué, en coeur avec les FEMEN. Disons que quand on connaît le zèle de ces gens là pour remettre autrui "dans le droit chemin" on peut affirmer que le mal est, hélas, déjà fait.

 

 

 

La fachosphère est de retour, elle pense faire barrage, elle, à l'islamisme cet autre fascisme, et ainsi protéger le pays, l'Europe, l'Occident contre le terrorisme mais en prêchant la haine, la violence, la misogynie, le racisme, l'homophobie : exactions patriarcales contre exactions patriarcales, qu'allons nouEs devenir, nous, femmes, au milieu? De la chair à canon? Alors, mes amies, mes soeurs, en votre âme et conscience, inscrivez-vous sur les listes, et allez voter, comme nos aînées, camarades de lutte,  devaient être soulagées et libérées de pouvoir le faire en 1944. Je vous invite par ailleurs à écouter l'émission de France Culture jointe en bas de page, les intervenant-e-s font peur : ils représentent un véritable danger ... écoutez bien le bruit des bottes.... Jésus doit se retourner dans sa tombe.

 

Alors en attendant un parti Féministe, universaliste et laique, amies, soeurs, ne boudez pas l'isoloir et inscrivez-vous sur les listes, cela m'a pris 5 minutes, avec ma pièce d'identité et un justificatif de domicile. Certes le féminisme est un humanisme, mais c'est avant toute chose une affaire politique. Ne laissons pas la coalition politico-religieuse patriarcale nous sacrifier.

 

 

Avec sororité,

Voir les commentaires

Rédigé par Cicne&Ròsa

Publié dans #Société, #Féminisme, #Femen, #Catharisme, #Manipulation, #Religion

Repost 0

Publié le 5 Décembre 2016

Salut Tugdual. Cela n'a pas dû être facile à porter, comme prénom. Mais je me demande si avant de devenir un Saint de l'Eglise Catholique, au VIème siècle, venu évangéliser la Celtie Bretonne, il ne représentait déjà pas un symbole fort chez les dits Païens Celtes qu'il fallait soumettre et convertir? Il est vrai que cela fait plus de monde à la messe.

 

Ce matin, je tombe face à face avec toi sur le mur d'une @mie Juive, Hélène, féministe de surcroît, et je crois halluciner. Je me dis, en mon fort intérieur (je suis Carcassonnaise) : "alors je n'ai pas halluciné, les Croisés sont réellement de nouveau parmi nous". Afin d'en avoir le coeur net, je remonte ton profil Twitter et là bim bam boom :

 

 

Le porte parole de la Manif Pour Tous entrave la liberté des femmes à disposer de leur corps? Il veut revenir sur ce droit laborieusement acquis par notre aînée et icône Simone VEIL grande défenderesse du genre féminin devant l'Eternel?  Mais c'est grave bordel! Surtout quand on sait que son frère est le directeur spirituel de CIVITAS. C'est le porte parole de la Manif Pour Tous! Et il milite contre l'avortement!  Alors, qu'il cherche à en débattre, à dire ce qu'il en pense, en son nom, évidemment qu'il en a le droit, personne ne niera ce droit là, de dire ce qu'il pense de l'avortement. Oui, on a le droit d'aimer "dieu", de voir un être humain dans l'embryon et d'éprouver de l'empathie pour cet enfant à naître. Par contre, on n'a pas le droit d'entraver à ce droit qu'est l'avortement en manipulant les consciences [notamment en les culpabilisant] souvent fragilisées quand la question se pose. Et puis soyons sérieux un peu ... le jour où les hommes porteront un bébé dans leur ventre, accoucheront, et partageront 50/50 les affaires domestiques et l'éducation des enfants -et encore quand ils ne se barrent pas sans payer la pension alimentaire-... là on reparlera de leurs exigences en matière d'avortement. Mais en leur nom pas en celui d'un dieu despote et vengeresque.

 

 

Nous l'avons vu ces dernières années un peu partout, les droits et libertés des femmes régressent,  car pour certains, la meilleure stratégie pour lutter contre "l'islamisation de la France" (de l'Europe, de l'Occident, car c'est vrai, il y a une réelle volonté des islamistes d'imposer l'islam, et la charia : nous sommes en guerre "Sainte") c'est de se raccrocher aux racines dites chrétiennes de la France, en souhaitant catholiciser le pays : tout le monde y va de sa crèche ou de sa tête de sanglier. Les uns comme les autres créent des psychoses collectives mais ils ont un but semi-inconscient commun : soumettre les femmes. Comment a-t'on pu en arriver là? Parfois je me réveille et j'ai l'impression d'halluciner. J'ai honte de la France. 

 

J'affirme qu'ils nous cherchent à nous baillonner tant ils souhaitent notre retour au servage : ils veulent des esclaves domestiques et sexuelles, des bonnes mères sacrificielles à l'image de Marie la vierge, pas des femmes affranchies à l'instar de Marie de Magdala ou de Marie la prophétesse.

 

C'est donc bien une coalition politico-religieuse patriarcale dont il s'agit. Le patriarcat, c'est un monde édifié par les hommes pour les hommes, par les pères pour les fils. Comme quoi l'extension du délit d'entrave à l'IVG au numérique tombe à point nommé. Alors, vive la vasectomie de confort ou au pire la contraception hormonale masculine mais ces pauvres chouchous trouvent qu'il y a trop d'effets secondaires ; pourtant, ils sont moindres que ceux que nous subissons, nous, femmes!

 

Avec sororité, 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Cicne&Ròsa

Publié dans #Féminisme, #Société, #Manipulation, #Religion, #Occitanie, #Laïcité

Repost 0

Publié le 1 Décembre 2016

Discussion ce soir avec une amie qui me demande ce que je pense de Salomé, et justement, cela fait des années que je tourne autour de ce mythe sulfureux sans pour autant ressentir ce personnage féminin comme néfaste. Je pensais plutôt en faire une poésie dans ma série [Droit de réponse] peut-être que cela viendra après. Ce qui me chagrine c'est que d'autres femmes puissent voir dans son comportement une insulte à "dieu" la condamnant à être prédatrice alors qu'il y a de très fortes probabilités que ce mythe ait été misogynisé par les dits pères de l'Eglise comme c'est souvent le cas avec les femmes de la Bible. Alors, si cette petite aventure peut ouvrir une réflexion chez d'autres féministes qui se questionnent elles aussi à ce sujet ..

 

D’abord effectivement on oppose Salomé à Jean le Baptiste qui lui est célébré pour le solstice ... d'été (nuit la plus courte de l'année, ritualisée dans de nombreuses cultures dites païennes) , et ce n'est pas la saison! Rires. En fait, elle est diabolisée autant que lui peut être sacralisé dans son rôle de précurseur du Christ criant dans le désert, baptisant d'eau au delà du Jourdain, à Béthanie (la maison d'Anne?), et je pense même encensé au sein de certaines loges dites des "deux Jean". La peur du pouvoir féminin, la séduction, la danse, la sensualité dans ce mythe précis ne sont-ils pas le caput mortuum de l'ascète -immature?- dévoué à dieu? N'y-a-t'il pas une double initiation dans cette attirance? Pourquoi autant de misogynie? L'ombre de l'archétype de Lilith plane ... et c'est un exemple précis d'imprégnation dans l'inconscient collectif qui oppresse la moitié de l'Humanité, les fameux 52 %.

 

D'où l'enjeu de conscientiser la double quête initiatique à percevoir dans ce mythe ainsi que l'aspect symbolique de la tête qui est demandée par la mère (la Mère?), le crâne (caput mortuum des alchimistes). C'est le  désir sexuel -tout supposé, elle danse- qui en fait, selon l'iconographie patriarcale, donc misogyne, une perfide tentatrice, manipulatrice. Ramenant les hommes à des esclaves de leur libido bien incapables de la maîtriser. Voilons-là! Selon certains dont Oscar Wilde, elle chercherait à séduire Jean Le Baptiste pour le détourner de dieu -ou de son destin-. Exemple d'interprétation à forte domination masculine, n'aurait-elle t'elle pas eu plutôt une mission, une quête spirituelle de même valeur, elle aussi? Et pourquoi non? On le sait, la femme en tant qu'être libre, c'est le mal. L'étymologie de ce prénom nous ramène par ailleurs à שָׁלוֹם Shalom, paix ; je ne pense donc pas qu'il soit réellement question d'une condamnation à mort mais d'une décapitation symbolique, le premier mot qui me soit venu à l'esprit est "capitulation". De plus, subdūcere, séduire, "soulever" donc tirer du bas vers le haut pour certains quand pour d'autres c'est détourner du droit chemin. Question de « charme », d'enchantement donc d'un côté contre une question de manipulation de l'autre. Ici se pose effectivement la question du consentement mutuel à ce jeu là qui est parfois conscient et respecté et parfois pas. La méconnaissance des femmes et de leur rapport à leur éros, ce désir pourtant reconnu comme impérieux chez les hommes ne trouve pas d'écho positif dans sa libre expression en ce qui concerne la psyché féminine -nous pouvons faire une parallèle dans ce rejet avec la sphynge d'Oedipe - qui se doit de recevoir et d'être soumise car ayant un sexe de nature introvertie. C'est oublier que le clitoris est,1 lui aussi, un organe érectile.

 

Salomé par Gustave Moreau

 

Cela fait par ailleurs plusieurs années que je propose le solstice d'hiver sous l'égide d'Angérona la bien nommée, déesse Romaine très ancienne, certainement Étrusque, et pour ceux qui célèbrent aussi le christianisme, je pense que l'on peut parfaitement éclairer la dualité masculine et féminine du Christ en Marie-Madeleine et Jean l’Évangéliste, frère et soeur. En toute égalité.

 

« L'attachement à la matière
engendre une passion contre nature.
Le trouble naît
"Soyez en harmonie..."
Si vous êtes déréglés,
inspirez-vous des représentations
de votre vraie nature.
Que celui qui a des oreilles
pour entendre entende. » Évangile de Marie-Madeleine

 

Alors à ceux qui m'on fait remarquer que ces deux personnages féminins "voulaient être" de même niveau que les deux Jean, je rétorque que non, ce n'est pas une question de vouloir mais d'être, car c'est ontologique. Et je n'attends absolument pas que ce me soit validé par des pontes mâââles ni chez les cathares, ni chez les franc-maçons, les martinistes, les rose-croix ou que sais-je encore qui, ne représentent pour moi aucunement un pouvoir, un ascendant spirituel quelconque au quel je devrais me soumettre.

 

Avec sororité, 

Voir les commentaires

Repost 0

Publié le 19 Octobre 2016

Au bout de 700 ans, finalement, c'est fait. L'Évêché d'Ariège a demandé pardon pour le bûcher de Montségur et des centaines de sympathisants sont allé rendre hommage aux cathares, Dimanche 16 Octobre alors que les zozos de LMPT étaient dans la rue pour casser du PD et des FEMEN. Tu vois Ludovine, je voulais te toucher deux mots sur mon genre, pas princesse ni rose du tout, mais plutôt violet et chevaleresque.

 

Je pense que la psyché de l'être humain, pour atteindre un état de plénitude "réel" et constant, doit avoir des axes d'évolution parfaitement ajustés. Ainsi, maturités affective, intellectuelle, sexuelle et spirituelle me semblent indissociables et indispensables au bon développement psychique de la femme et de l'homme, en dehors de l'aspect physique, ou parallèlement, c'est entendu. On pourrait penser à des normes graduées, comme par exemple viser un esprit critique affiné, l'honnêteté et l'éthique pour l'intellect, la sincérité, l'assertivité et la bienveillance pour l'affect, l'intégrité, la réciprocité et la fusion pour l'éros, l'étude, la tolérance et le libertinage pour les choses de l'esprit. Le leurre est de penser qu'en malmenant, ignorant l'un de ces 4 aspects, l'être humain pourra se libérer de sa condition d'esclave esclavagiste, progresser, être le meilleur de lui même, dans le vrai, l'authentique, le "soi" de Jung.  L'empathie, les neurones miroirs, permettent de comprendre la souffrance et la compassion, de la ressentir. L'expérience permet elle d'éprouver, d'endurer notre dualité, et de nous améliorer, d'apprendre à devenir juste et bienveillant non en refoulant notre partie obscure, au contraire, en l'éclairant de notre conscience, en l'aimant "quand même". Je prends l'exemple du désir sexuel, la libido ou l'éros donc, au quel je donne 5 niveaux d'expression, de développement : instincts (sexe), besoins (ventre), affects (coeur), intellect (tête), et plus si aff'. La sublimation de cette énergie vitale et sacrée est bien mystérieuse.... Me comprends-tu Ludovine ou vous n'apprenez pas ça au caté? Qu'en disent les prêtres pédo-criminels chez vous? Désolée, c'est que chez nous, les femmes ont un esprit et s'en servent. Tu vois Ludovine,  mon expérience de vie ne vaut pas mieux que la tienne, et inversement. Je souligne juste ici que l'on ne peut guère écouter activement, aiguiller, conseiller, panser les maux de l'âme sans connaître le type de combat/remous dont il s'agit, surtout chez les hommes : l'archidiacre Frollo se croit bien en mission pour dieu. Cette haine/peur, mépris des femmes ainsi que ce "désir de pureté"  sont pathologiques : ce sont des pulsions libidineuses de prédation refoulées que les femmes ainsi que les enfants hélas subissent depuis la nuit des temps... Pourtant, ce sont bien souvent ces mêmes hommes malades qui conseillent et ordonnent, qui guident les peuples ....

Hélas, notre Société Occidentale tend à sacraliser l'intellect seul et voue un culte à l'argent et au corps. La notion de pouvoir devient alors indispensable pour écraser les rivaux dans cette compétition qu'est la vie, tout les coups sont permis, manipulation et humiliations publiques se démocratisent. Ce monde avilissant, bourré de principes pourtant, de dogmes, et méprisant les valeurs élevées rend malade : la conscience de toute cette violence et de toute cette souffrance ne peuvent que mener, après l'abattement et la révolte, à une quête de sens. 

Mourir sans avoir vécu avec intensité son Aventure intérieure profonde et sublime, quel gâchis!

 

Amistats et avec sororité,

Voir les commentaires

Repost 0