je suis charlie

Publié le 29 Décembre 2020

[δύσφορος/dysphorie]

La dysphorie est une affection de la psyché, une affliction, une peine incommensurable qui peut conduire à l'irréparable. C' est le symptôme d'une société malade, très malade. Chacun.e son conseiller mémoire.

Les derniers mèmes de Pepe la grenouille, signe de ralliement de l'extrême droite, ressemblent bien à des pommes de discorde : elles ont la peau noire (lutte contre le racisme : discorde) les cheveux arc-en-ciel (lutte pour les droit lgbt+ : discorde),  la tenue et la matraque de forces de l'ordre (lutte contre les violences policières/loi sécurité : discorde), d'autres miment des bagarres, et tous ou presque portent le nez rouge ce qui me fait penser au scandale de la ligue du lol, surtout au sein des médias, ce qui s'avère n'être rien d'autre qu'une forme de harcèlement qu'est le mobbing et autres flying monkeys -notamment et surtout à l'encontre des féministes, personnes de couleur, homos, ou juifs- alors que l'antiféminisme est reconnu comme un terrorisme à part entière par le dernier rapport d'Europol datant de cet été... pas impossible donc que ces mèmes ne circulent sous peu chez les queers et transactivistes, réseaux relevant bien souvent d'une idéologie dite pro-sexe (pensée récupérée à des fins servant l'intérêt de quelques uns dirons-nous) plutôt que libfem, idéologie à mon sens masculiniste et pas féministe, et un peu trop néolibérale à mon gout : dire aux femmes de prendre le pouvoir avec leur sexualité et leur corps, notamment en le monnayant, c'est bien trop réducteur et dégradant pour relever des droits ainsi que des libertés fondamentales des femmes, même si oui, les désirs et les plaisirs sexuels librement consentis et réciproques son essentiels.

Déstabilisation mentale, confusion et mise sous emprise

Ce qui n'est pas sans me faire penser aux opérations mindfuck du discordianisme dont la déesse Eris est celle du chaos, de la discorde, de la famine, de la souffrance, des conflits (...), discordianisme, créé justement dans les années 60 aux Etats-Unis pendant la lutte pour les droits civiques des Afro-américain.e.s, alors que le dianisme (philosophie écoféministe avec notamment le groupe activiste W.I.T.C.H.), créé quelque années plus tard, est lui proche du Black Féminism. Par ailleurs, les extrêmes droites et fous de dieu faisant un temple à la politique de Trump étaient aussi très impliqués dans ces années 60 pour essayer de maintenir la ségrégation en question et dans les violences qui en ont découlé alors que JFK, connu pour ses idées progressistes, démocrates, antiracistes et féministes était l'homme à abattre. A noter que Jackie Kennedy était très engagée elle aussi auprès des Afro-américain.e.s afin de tendre vers l'égalité. Discordianisme qui évoque le fait de faire des blagues de plus ou moins grande envergure, à l'encontre de quelqu'un, d'un groupe, voir d'une institution. Discordianisme pratiqué, en tous les cas en France, par le bras religieux de l'Ordo Templi Orientis [EGA/EGC] - tout comme la magie sexuelle et du chaos -, l'Eglise Gnostique Apostolique catholique, ou encore cahote, et même pour certains évêques ordonnés "Tau per" ... cathare (pour bien connaître le sujet, le phénix probablement renaîtra de leurs cendres juste pour ne pas être associé à ces mindfucks) et dont le maître à penser, Aleister Crowley, me laisse perplexe.  Il suffit, comme le dit l'article, que les opérations "mindfuck"  soient récupérées à mauvais escient, par des courants idéologiques extrémistes et violents, comme c'est le cas avec l'alt-right américaine. C'est dans les années 60 effectivement qu'émerge la contre-culture aux Etats-Unis, suite à des mouvements massifs de désobéissance civile pacifiste contre le nucléaire relevant d'un engouement certain pour la paix et pour l'égalité, à la fois entre les femmes et les hommes mais aussi entre les les êtres de différentes nationalités et origines, moteur de la libération sexuelle, mouvement d'où est issu le symbole de paix , et de la liberté. Il serait malvenu de provoquer des émeutes actuellement, cela dégénèrerait en guerre mondiale.

Discorde, chaos, et suprémacisme blanc

Entre les grands remplacés qui font la chasse aux sorcières et autres étrangèr.e.s ainsi que les suprémacistes blancs qui se préparent à entrer en guerre voir qui la provoquent en générant discorde et chaos, cela sent la rose bleue en 2022 : la lecture du livre 'Mindfuck' du lanceur d'alerte canadien Christopher Wylie m'informe d'ailleurs sur les stratégies de communication, avec les fake news (justement, grande spécialité discordienne) et autres théories conspirationnistes, (stratégies à visées politiques) mises en œuvres en manipulant volontairement les masses et visant notamment à rendre le peuple désorienté, paranoïaque, violent, dysphorique, afin de créer de la confusion dans le but de fédérer auprès de figures politiques dites 'rassurantes' voir des émeutes est édifiante. Ou comment s'installe une propagande. Et c'est ici justement que les discordiens me font penser aux boogaloo boys : et oui, la loi sur les séparatismes ne vise pas qu'à lutter contre le théofascisme qu'est l'islamisme, mais aussi contre les dérives sectaires et les suprémacismes blancs. Justement, cela tombe bien, la misogynie et le racisme de ce fou à lier de Trump ne sont pas véritablement les bienvenus en Europe, quoi que certain.e.s puissent vouloir revenir en arrière, dans les années 50 ;  de là à espérer de pouvoir dissoudre la fachosphère pour intelligence avec l'ennemi, il n'y a qu'un pas! L'affaire Frédérik Limol devrait suffire pour comprendre : d'un côté les boogaloos armés anti-flics, de l'autre les néonazes anti-immigration. Tous misogynes et antiféministes. 

Coalition politico-religieuse patriarcale

Nous avons un exemple en France donnant force et cohésion aux droites dures et extrêmes, la théorie du genre et les mesures éducatives proposées sous Hollande pour l'égalité. Le nombre de personnes ayant eu peur que les instits apprennent la masturbation à leurs enfants à l'école en est symptomatique, surtout au regard des JRE (journées de retrait de l'école) qui ont suivi, initiées par des têtes pensantes de La Manif Pour Tous/Printemps Français, mouvements nés sous Ratzinger issu du droit fil de l'inquisition, et complètement gangrénés par les théofascistes et extrêmistes politiques alors que le débat aurait dû pouvoir avoir lieu. Or aujourd'hui, nous ne pouvons que constater certaines dérives de l'idéologie du genre (qui va jusqu'à proposer des prothèses péniennes pour mettre dans les culottes des petites filles), et les difficultés que risque de rencontrer le corps enseignant qui ne peut déontologiquement pas ne plus se référer à la science pour le cours de biologie, et qui ne peut se permettre non plus de se faire attaquer pour transphobie. Puis John Money, à l'origine de cette idéologie, n'est quand même pas très inspirant. En France, en Europe, nous avons effectivement des études sur le genre visant l'égalité, or, l'idéologie du genre, pensée mystico-psychanalytique sur le sexe des anges, s'est imposée peu à peu. C'est une question éthique essentielle. La gauche nie souvent les problèmes d'ordre sociétaux, du moins en partie, et c'est ce qui la dessert : idem par exemple pour la laïcité et le relativisme culturel avec l'islamisme, bien réel, qui est politique. Mais notre pays est l'un des plus visés par ce terrorisme, pourquoi? Beaucoup de discorde à gauche, chez les régionalistes, les féministes, les antifa, les démocrates, pourquoi? Psyops?

Insécurité, droits et libertés fondamentales

Visiblement, il y a certains corps d'activité qui jouissent d'une bonne réputation à priori. Comme par exemple les éducateurs, alors qu'il y a de plus en plus de mères désenfantées ou subissant des mesures dites éducatives mais dans les faits coercitives suite à des violences conjugales, ce qui est le cas aussi d'enfants autistes selon Maître Michel Amas, que 80% des enfants placés sont issus de familles pauvres et pas maltraitantes selon un syndicat de familles d'accueil, et que de nombreux journalistes enquêtent sur les abus et dysfonctionnements graves de l'ASE (France Culture, Marianne, Zone Interdite, Nouvel Obs etc ) où même les enfants sont maltraités selon ce qu'en disent par exemple le militant Lyes Louffok ou la journaliste Marie Vaton alors que plusieurs scandales éclatent en Europe sur des réseaux criminels abusant des enfants placés, notamment liés à la drogue et à la pédoprostitution.  Le dernier rapport de la Cour des Comptes insiste sur le fait que la Protection de l'Enfance de notre pays n'est pas en phase avec ... les besoins des enfants, cela n'est donc hélas guère étonnant. Je pense aussi aux enfants volés sous Franco et pendant les dictatures Argentines, aux lebensborns sous Hitler, aux enfants Réunionnais  "déplacés" afin de repeupler la Creuse, aux bébés des Irlandaises internées dans des congrégations religieuses, aux abus en Angleterre, aux enfants placés chez des pédophiles en Allemagne, aux enfants autochtones au Canada et j'en passe ...  je me dis, que c'est un excellent moyen de soumettre et de détruire que de toucher à la famille. Les forces de l'ordre aussi ont de bons soutiens malgré la violence dont nous les savons capables contre les journalistes, les défenseurs des droits humains, les gilets jaunes, les étudiants, les féministes, les personnes de couleur, et même ... les infirmières. Non vraiment, les infirmières, fallait pas, non.  Et après, l'on s'étonne qu'ils ne prennent pas nos plaintes, et comme ils ne prennent pas nos plaintes, quand enfin ils daignent nous défendre, tout le monde s'étonne car ils meurent parce qu'un survivialiste armé leur a tiré dessus. Paix à leurs âmes. Condoléances à leurs familles, tout comme à toutes celles de ces femmes et enfants qui avaient demandé de l'aide, qu'elles aient porté plainte ou non, qu'ils aient pris leurs plaintes ou non, et qui sont morts sous les coups de leurs conjoints ou ex conjoints, sous les coups, poussées à bout se suicidant ou tuées socialement en les faisant passer pour folles ou en les paupérisant, par exemple. Pourquoi vit-on dans un pays où l'on n'endigue pas la violence? Pourquoi tant de discorde, de clivages, de communautarismes alimentant haines et violences? Pourquoi ne font-ils rien alors que c'est leur job d'endiguer la violence? 

Contagion psychique, mimétisme, réseaux sociaux et propagande

Il y aurait de plus en plus de filles qui chercheraient à transitionner, or, le monde est de plus en plus violent envers elles : techniques de séduction visant à mettre sous emprise et à abuser en forçant le consentement, prostitution des mineur.e.s avec réseaux de traites, séquestrations, parfois dès 12 ans (je suis abolo, moi ces "clients" là, j'appelle ça des pédos : des années que c'est le cas dans les quartiers, c'est aussi le cas avec les enfants de l'ASE, parfois placés de façons abusive probablement des sous-espèces d'humains pour que personne n'ait rien fait avant), réification, sexualisation, obscurantismes cherchant à les rhabiller (voile, longueur de la jupe etc), les exciser, les marier précocement, violences conjugales, ligue du lol, groupes sur les réseaux sociaux comme Babylone 2.0 ou les mecs partagent des photos/vidéos d'elles nues souvent volées sans leur consentement, revenge porn, vidéos de viols et de pédopornographie, alimentant les sites de porno libres d'accès où les garçons font bien souvent leur éducation sexuelle et ce de plus en plus jeunes, harcèlement ... De bonnes raisons d'être dysphoriques, non? Parler de genre 'humain' pour les non-binaires et agenres qui n'adhèrent plus de façon viscérale au marketing, éducation et conditionnement genrés, qui sont systémiques, je peux l'entendre, cela me semble même être une évolution. À la limite, évoquer une identité trans à part entière, accorder une case en plus des deux sexes afin de ne pas nier la crise dysphorique, je peux l'entendre aussi. Nier les raisons sociétales et politiques qui font que de plus en plus de filles justement sont dysphoriques, au regard de la violence qu'elles subissent (il y a de la dysphorie aussi dans le SPT ou la dépression par exemple) c'est hallucinant. Mais nous accuser de transphobie quand l'on se définit femme, car l'on a ses règles ou que l'on enfante par exemple et que l'on subit des violences spécifiques en tant que femmes, c'est quand même fortement misogyne : personnes à vulves, à utérus? De plus, ce me semble être un poison et contre poison de l'alt-right américaine, une pomme de discorde assez effrayante, visant à invisibiliser nos luttes en décrédibilisant nos combats. Là où l'on constate de plus en plus de "perversion narcissique", je pense aussi qu'il faut se questionner sur les techniques d'abus mental acquises en groupe, ce qui relève dans les faits de dérives sectaires, et plus d'une pathologie psychiatrique, bien qu'il faille à minima être sadique ou pervers, voir psychopathe, pour jouir de faire souffrir en mettant sous emprise. 

Capitalisme, néolibéralisme, abus et manipulation

Régression des droits va forcément avec régression des mœurs.

Dysphorique, Fouadpourquoi? Paix à son âme. Parce que la jupe lui était interdite dans son bahut? A cause de l'ASE? De ce qui n'était peut-être pas à son gout chez les garçons et/ou chez les filles au regard de la sensibilité fine que j'ai pu discerner dans ce que j'ai lu à son sujet? Quels stéréotypes de genre oppressent? Et oui, tant que l'éducation genrée assignera certaines émotions, comportements, traits de caractère, gouts, facilités, à un sexe plutôt que de laisser les enfants grandir comme ... des enfants, surtout au regard du marketing de plus en plus genré avec lequel s'engraisse le capitalisme et des violences systémiques qui conduisent à beaucoup de sexisme envers l'un et l'autre sexe, tant qu'il y aura de la grossophobie, du racisme, du validisme, du classisme, de l'antisémitisme, de l'homophobie, du sexisme, des injustices, du harcèlement, de l'antiféminisme, des cancans, des commérages, des médisances, des humiliations, de la méchanceté gratuite ... de la violence ... l'être humain aura du mal à supporter, endurer ... le manque d'Humanité

Alors, je ne suis pas surprise dans ce monde où l'indignation est à géométrie variable, selon ses propres intérêts ou par besoin d'appartenance que certaines consciences humanistes aux propos limpides et cohérents soient dysphoriques, notamment en constatant la cohue exaspérante dans cette ziggurat à sept étages qu'est Babel, d'autant que toute cette discorde alimente les bas instincts et les pulsions de prédation plutôt que le désir de cohésion et de coopération si chers à la démocratie participative qui pourrait sauver l'Humanité. Prendre parti par besoin d'appartenance sans réelle conviction ni esprit critique juste pour suivre les autres est grandement dommageable. Maslow et ses besoins ontiques permettraient d'y voir plus clair, si seulement l'on se souvenait de lui au delà de sa pyramide. Le loup oméga, dans une meute, est celui sur lequel tous se déchargent, souvent avec bcp de violence. Or, pourquoi ces boys clubs ont-ils choisi de se référer au terme alpha pour parler de mâle dominant tout en harcelant en meute leurs cibles et/ou en en les mettant sous emprise convaincus d'exceller en séduction ? D'ailleurs, toujours au sein de la meute de loups, si c'est un couple femelle/mâle qui gère le groupe plutôt qu'un individu dominant seul, ce couple est aussi fidèle que des inséparables, cela m'a toujours intriguée. La problématique étant, dans ces rapports dominants/dominés très usuels que ce ne sont simplement pas des comportements ... humains!

La loi Gayssot, première des lois mémorielles de la loi française, devrait être adaptée à la misogynie, d'autant plus que l'antiféminisme est reconnu comme un terrorisme par Europol. Et oui, le féminisme est politique et philosophique au sens où il œuvre sur les esprits et sur la vie de la Cité.

C'est la guerre des nerfs!

מ,

 

 

Avec sororité, Ave Μνημοσύνη!

 

Pour aller plus loin, en toute intelligence ... collective :

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 12 Janvier 2015

Je suis Charlie

Bien sûr je suis Charlie,
Et je n'ai pas toujours ri,
Je n'étais pas non plus,
Une lectrice assidue ;
Mais c'est dingue,
Ces dingues,
Ces fous de dieu,
Areligieux,
Brisent la vie de nos artistes,
Irrévérencieux satiristes,
Ne parlons pas de martyrs,
N'attendons pas de repentir,
Rebellons-nous, résistons,
Faisons face à la coalition,
De ces fous de dieu hérétiques,
Et de cette folie inique,
Blasphémons, blasphémons,
Forçons leur abdication,
Cette triste date est r-évolutionnaire,
Et la marée humaine extraordinaire.

Liberté, liberté chérie,
Ils iront au paradis,
Des dessinateurs
Et des accoucheurs,
Mettre au monde,
Une inspiration féconde.

Mais rendons à César ce qui est à César ...
Ça les rend dingues, Al-Lāt akbar.

Je suis Charlie.

Une pensée émue et sincère aux 17 victimes et leurs proches ....

Voir les commentaires

Rédigé par Cicne&Ròsa

Publié dans #Société, #Laïcité, #Je suis Charlie

Repost0