Publié le 11 Mai 2021

Marlène Schiappa renforce la lutte contre les dérives sectaires
'repris sur Intrieur.gouv.frMarlène Schiappa renforce la lutte contre les dérives sectaires
24 février 2021

140 000 personnes touchées par les dérives sectaires dont 90 000 enfants et de nouveaux phénomènes inquiétants. Face à la recrudescence de dérives sectaires, la ministre déléguée auprès du ministre de l’intérieur chargée de la Citoyenneté, a confié le 12 octobre dernier une mission sur les nouvelles tendances, à l’aune de la crise sanitaire.
Marlène Schiappa renforce la protection des personnes vulnérables en mobilisant l’ensemble des forces contre les violences et l’emprise sectaire :

  • Une magistrate est nommée à la tête de la Miviludes, auprès du SG-CIPDR : Hanène Romdhane, magistrate qui dispose d’une excellente connaissance du terrain.
  • Un conseil d’orientation de la Miviludes, composé des représentants des ministères, d’experts, de parlementaires et d’associations sera installé prochainement auprès de la ministre : Georges Fenech, la psychiatre Marie-France Hirigoyen, le sociologue Gérald Bronner, la philosophe Cynthia Fleury, Joséphine Cesbron de l’UNADFI, …
  •  Une circulaire de mobilisation est adressée aux préfets afin de :
  1. Sensibiliser et former leurs personnels via les ressources nationales ou associations locales ;
  2. Mobiliser les instances locales de pilotage des politiques de sécurité autour de la lutte contre les dérives sectaires (états-majors de sécurité, CLIR, groupe de travail dérives sectaires du conseil départemental de prévention de la délinquance)
  3. Systématiser les signalements aux autorités judiciaires (article 40)

Veuillez trouver, ci-joint, l’état des lieux du rapport sur les nouvelles tendances des dérives sectaires (ainsi qu’une synthèse) réalisé à la demande de Marlène Schiappa, ministre déléguée auprès du ministre de l’Intérieur, en charge de la Citoyenneté par la direction générale de la police nationale (DGPN), la direction générale de la gendarmerie nationale (DGGN) et le secrétariat général du comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation (CIPDR).

Voir les commentaires

Rédigé par Cicne&Ròsa

Repost0

Publié le 21 Avril 2021

 

* * *

Aînée de ma fratrie, de naissance Romaine, 
Mes racines Toscanes m’irradient sur la scène, 
Des arts du maître Milanais Caravage, 
Mon arme, le pinceau, s'affinant avec l'âge,
Je suis reconnue comme une grande peintre baroque, 
Mon talent, bien que femme, est sans équivoque, 
Aux yeux de la brillante Cour des Médicis, 
Pourtant sexiste, mais les avis sont indivis.

Orpheline de mère dès ma plus tendre enfance, 
J'apprends de mon père la grâce et l'élégance,
Du rendu d'un dessin travaillé dans l'atelier, 
Où je suis des cours dans le plus grand des secrets,
Il ne conviendrait guère, de bonne famille,
Que je m'adonne à la peinture, car je suis une fille,
Cette activité étant réservée au sexe fort,
Importent peu, pour les surpasser, tous nos efforts.

C'est alors isolée et enfermée dans ma maisonnée, 
Que je rêve à la fenêtre, une autre destinée, 
Car c'est une vie de religieuse qui m'attends, 
Et si le divin m'inspire certes depuis que je suis enfant,
Je n'ai pas l'âme d'une dévote, épouse de Jésus, 
Je préfère encore voir dans mon atelier un homme nu, 
Et peindre les courbes de son corps et son regard mystérieux,
Pourquoi donc serais-je privée des jeux amoureux?

Hélas vint un soir ou arriva l'indicible, 
Je fus violée par un ami de la famille, invincible, 
Tourmentée et humiliée par le supplice du tribunal, 
Ce procès aura pour moi un goût inquisitorial,
Mon bourreau, pourtant condamné à l'exil,
Sera sauvé par les siens ; bien trop facile, 
Pour les hommes, d'être impunément de vils criminels, 
Quant il s'agit des femmes et de leur appétit charnel.

Me marier à un peintre fut grande libération, 
Enfin je pouvais laisser libre cours à ma passion, 
Et améliorer mon art en affirmant mon style, 
L'inspiration fertile en moi ayant élu domicile, 
Les femmes étant pour moi sujet de prédilection, 
A croire qu'excellentes, nos âmes sont au diapason, 
Il faut que nos œuvres et notre parole circule, 
Afin que se transmette la résilience en conciliabule.

    *

 

Voir les commentaires

Rédigé par Cicne&Ròsa

Repost0

Publié le 21 Avril 2021

 

 

* * *

Choisies pour notre beauté et notre grâce,
A l'âge où la raison n'a pas sa place, 
Afin d'être éduquées à la pureté la plus absolue,
Aux mœurs virginales nous sommes dévolues,
Et nous devons servir les cieux de nos dons, 
Communier et mettre nos âmes au diapason,
Afin d'honorer et d'édifier le culte,
En son antre féminin, aux forces occultes.

Dans le cloître où le jardin secret fleurit,
Les vœux éloignent de la soumission au mari,
Vierges contraintes à la blanche chasteté,
Prêtresses et gardiennes attisant le feu sacré,
Mais cette servitude est le fait d'un Pontifex,
Bien que nous soyons, dans la mission, seules Artifex
A servir et honorer Vesta la grande déesse,
Pour laquelle nous refusons toute caresse.

Si le corps réagit sous le feu d'une main amoureuse, 
Et que l'âme s'en émeut, insolente et doucereuse, 
Condamnées pour incestus par la juridiction pontificale,
Nous attend mort violente donnée par la loi des mâles,
N'ayant guère le droit à l'erreur ni à l'amour mondain, 
Le piège des enfants, conditionnées par ce culte sabin :
Jeunes filles ne vous engagez pas sur cette voie,
La perfide Rome pour les femmes est sans foi ni loi.

Rompons nos vœux et filons hors de ces murs, 
Choisissons notre destin, écoutons le murmure,
Des Oracles Sibyllins annonçant la reconquête,
De la liberté des femmes et des grands soirs de fête,
Où nous pourrons jouer et danser, offertes à la lune,
Oubliant dans nos danses nos trop grandes infortunes,
Et conjurer le sort des filles et des femmes maudites, 
Élevées pour le plaisir des hommes et par l'âge détruites.

Asservies, nous sommes, n’en déplaise aux érudits,
Il nous faut s’élever au-delà du discrédit,
Sur le fil du destin trouver le juste équilibre,
Pour caresser aux matins nos âmes libres,
Filles de l'opprobre et amantes maudites,
Notre peine n'a de fin que dans l'inespérée fuite,
Garder au creux des mains la flamme vacillante,
Guérison de nos chagrins, colonnes d'Atlantes.

 

*

 

Voir les commentaires

Rédigé par Cicne&Ròsa

Repost0

Publié le 21 Avril 2021

 

* * * 

Homme, es-tu capable d’être juste ? C’est une femme qui t’en fait la question ;
A l’origine des combats pour l’égalité des droits, connais-tu ma déclaration ?
Oui, le mariage est hélas le tombeau de la confiance et de l’amour,
Veuve à l’âge de vingt ans, je n’exclue pas que l’on me fasse la cour,
Mais je préfère écrire et garder la liberté de m’exprimer intacte,
Éditer en mon nom la militance politique en plusieurs actes,
Au nom des opprimés, de la sagesse, de l’humanité et de la patrie,
Quel qu’en soit le prix, même si je dois payer ce tribut de ma vie.

*

Embourgeoisée, j’ai reçu une belle éducation mais pourtant,
Malgré les salons réputés je lève le poing et je défends,
En pasionaria la juste cause qu’est l’abolition de l’esclavagisme,
Irisant pour mes soeurs de couleur un arc en ciel au symbolisme,
Irradiant ma psyché à tel point que les menaces de mort dont je fus l’objet,
Ne purent atteindre ma détermination et ma volonté de plein fouet ;
Mais dis-moi ? Qui t’a donné le souverain empire d’opprimer mon sexe ?
Sont-ce mon courage, mon talent, mon esprit innovant qui te vexent ?

*

Libre, instruite, engagée, si certains me virent telle une courtisane,
D’autres au contraire surent me consulter pour mes secrètes arcanes,
Quand la révolution se fut vive pour lutter ardemment contre la dictature,
Dénoncer les massacres, les fourberies anti-démocratiques et les impostures ;
Regardez-moi, non les femmes ne sont pas de petites bêtes chétives,
Qui rechercheraient l’approbation d’un mâle, entre vos bras craintives,
Elles savent prendre les armes, combattre injustice et oppression,
Et n’ont pas pour être pleinement humaines à se cacher derrière vos noms.

*

Reniée par mon propre fils je monte avec dignité sur l’échafaud,
Qu’importe si la misogynie ambiante m’assimile alors à une virago,
Oui, les femmes ont le droit et même le devoir de politiquer,
Pour défendre aujourd’hui et demain, la liberté, l’égalité et la sororité,
Et si rarement on les voit applaudir à la noble action d’une autre femme,
C’est qu’elles rivales, ils peuvent ainsi régner en patriarcat pour diviser nos âmes,
Osez donc déjouer les oracles, brisez la mauvaise destinée des Moires,
Allons enfants de la Matrie, vous vengerez ma mort, le jour de gloire …

*

Qui aurait pu prédire qu’en 2017 nous lutterions et reviendrions en arrière,
Que nos droits laborieusement acquis seraient toujours entre les mains des Pères,
Qu’il nous faudrait défendre avec ardeur nos intérêts, nos fondamentales libertés,
Car les religieux de tous bords voudraient soumettre nos âmes et nos corps cadenasser,

Qui aurait cru qu’il faudrait se soulever à nouveau contre l’insupportable esclavagisme,

Les imposteurs faisant courber le dos du peuple le molestant avec leur sophisme,
Et que nous nous déchirerions lors des présidentielles partout dans le monde,
Marchant main dans la main contre la violence, la malignité et les peine vagabondes.

*

Voir les commentaires

Rédigé par Cicne&Ròsa

Repost0

Publié le 16 Janvier 2021

Le courant dit pro-sexe ayant phagocyté le Planning Familial ces dernières années, alors que c'est celui-ci qui intervient auprès des jeunes et scolaires pour les questions de prévention et de sexualités nous emmène à considérer de près l'impact du capitalisme, pornophile, conduisant à la marchandisation des psychés, des désirs et des corps : flatter et attiser les bas instincts afin d'empêcher les esprits de s'élever à travers une libido (pulsion de vie) adroitement et sainement mobilisée, voir sublimée me semble concourir d'un objectif réellement conscientisé.

 
Les dernières campagnes de communication du Planning Familial sur le polyamour, le porno, ou les transidentités invisibilisant carrément le "genre" féminin sont donc particulièrement inadaptées à la situation, sanitaire d'abord, mais aussi à la crise existentielle et collective à laquelle cette dernière conduit : un point de basculement qu'il nous faut envisager et contre lequel il faut lutter pour le devenir de l'Humanité.
 
Or, c'est bien le STRASS ainsi que les mouvements QUEER et autres militants transactivistes, -relevant du mouvement dit pro sexe- qui prennent le pouvoir au sein de ces milieux d'où les féministes radicales sont exclues, notamment de #NousToutes. J'ai même participé à une formation du Planning au sujet de la prostitution, formation prodiguée par l'asso Grisélidis, faisant une parallèle à des fins élogieuses pour la prostitution en évoquant la quasi insignifiance de la passe d'une migrante et la laboriosité d'une journée de maçonnerie au black. 
 
Je n'en déduis rien, je me questionne. Je pense que les enfants ont besoin de parler d'amour et d'attachement, de respect, de consentement, plutôt que de plaisir sexuel, de polygamie/andrie, de pornographie, hors cas spécifiques et à visée purement pédagogique liés à des contagions psychiques et autres mimétismes comportementaux que l'ont peut trouver tels des foyers épidémiques dans certains coins ou établissements. Ils ont besoin de parler de leurs différences certes, de leurs envies, et de s'accorder sur leurs angles de vision et expériences, en dialoguant réellement car le marketing ainsi que l'éducation genrés, les médias, les forums etc creusent l'écart entre leurs attentes respectives. Ils ont besoin de tisser des liens et de se considérer comme des égaux, des amis, pas des rivaux, ou des objets. Ils ont besoin de stimulation ... intellectuelle, et affective, pas sexuelle. Ils ont besoin de grandir et de jouer ensemble, tels des enfants, pas en fonction de leur sexe. 
 
Mais ainsi va le pouvoir. Que les meilleur.e.s gagnent? Sans foi ni loi? Sans humanité? La loi du Talion? Tout est symbole.
 
Encore une fois, tout profite à Marine Le Pen qui est la seule à commenter l'actualité en disant ce que veut entendre le peuple, pour 80 % du commun des mortels elle semblerait même démocrate, dans son propos. Et le peuple, justement, est engourdi et confus notamment à cause des fakenews grâce auxquels elle surfe sur la vague : après avoir indexé les suprémacistes blancs qui sont en grande partie son électorat, accusant même Macron de séparatisme, refusé la vaccination, renié Trump dont elle était un grand soutien après les évènements au Capitole juste afin d'adhérer à l'opinion publique, elle se positionne à tous sujets en faisant écho à l'insatisfaction populaire (...) Or, si l'on creuse l'origine de son parti,  ainsi que son projet politique, l'on sait qu'il n'est question en rien démocratie, bien au contraire. C'est donc bien de la propagande. Elle semble courageuse et droite dans ses bottes à cause de la lâcheté des démocrates qui ont laissé croire que l'inclusion impliquait de tout laisser faire, par relativisme culturel, ce qui se traduit par de la complaisance. Or inclure, en démocratie, au sein d'une République, c'est aussi faire respecter non les mœurs du pays, mais le cadre légal de la loi, en commençant par endiguer la violence de certains esprits échauffés de tous bords et toutes confessions : droits et libertés fondamentaux, dignité humaine. "Qu'est-ce qui cloche, pourquoi ça ne marche pas, la devise Française" -celle issue du club des Cordeliers, comme me le demandaient dernièrement mes filles? Convaincues toutes deux désormais que dieu n'existe pas, au regard de toute la souffrance, la violence, la pauvreté qu'il y a partout. Au regard du Corona machin.
 
Il faudrait appeler ces interventions scolaires autrement qu'"éducation à la sexualité" (ce qui fait peur aux parents et cette peur légitime est manipulée par les mouvances intégristes et extrémistes), et faire intervenir auprès des enfants d'autres individus que des bénévoles. Des personnels formés et spécialement dédiés seraient plus adaptés, dans un programme englobant la lutte contre les discriminations, le harcèlement, pour l'égalité, la sensibilisation au numérique ainsi qu'aux médias, pourquoi pas en partant de thématiques liées à la laïcité, thématiques qui risquent d'ailleurs de ne pas faire bon ménage avec l'histoire des religions si l'on n'y intègre pas les philosophes des lumières et de l'antiquité, qui sont de réelles écoles de pensée, pensées d'ailleurs très élaborées et plus ouvertes et tolérantes que les croyances religieuses, tout en permettant de questionner les angoisses existentielles et notre place dans l'univers. Je ne dis pas qu'il faille exclure les religions. Néanmoins, englober l'histoire des persécutions religieuses ayant conduit à la naissance de la laïcité et à la séparation des Eglises et de l'Etat, ainsi que l'histoire des civilisations et des mythologies les ayant façonnées, ou encore les concepts philosophiques de l'Antiquité permettrait aussi d'aborder le roman de l'aventure humaine et pas la croyance dogmatique en tant que telle.
 
Voilà ce à quoi aboutit la mouvance dite pro-sexe et encore une fois, les rumeurs sur les réseaux pédocriminels médiatiques, politiques voir étatiques s'en trouvent réellement fondées mais les peurs des parents conduisent là encor à une manipulation de masse via les fakenews, ce qui relève d'une communication de propagande des intégristes et extrémistes (ce fut d'ailleurs l'une des stratégies de campagne de Trump que de dire lutter contre la pédophilie) .
 
Tout le monde revient de l'idéologie transactiviste, elle aussi récupérée par les intégristes et extrémistes afin de manipuler par la peur tout en visant le pilier qu'est l'éducation : https://www.marianne.net/agora/tribunes-libres/lhumain-est-contraint-il-ne-peut-pas-tout-la-tribune-de-pediatres-et-psychiatres-sur-le-documentaire-petite-fille
 
MLP est déjà en campagne, et je trouve son temps de parole et sa présence dans les médias particulièrement alarmants : https://www.legifrance.gouv.fr/codes/id/LEGISCTA000006148458/2021-01-16/
 
Crâne de Léonardo Da Vinci © Cicne&Ròsa

 

Ave Μνημοσύνη!

 
 
 
 

Voir les commentaires

Rédigé par Cicne&Ròsa

Publié dans #Féminisme, #Laïcité, #Prostitution, #Sexualité, #Religion, #Société, #Manipulation

Repost0

Publié le 2 Janvier 2021

De nombreuses enquêtes journalistiques et policières en France mettent en lumière les dérives et dysfonctionnements graves de l'ASE, institution abusant visiblement à la fois des enfants et des parents, mais aussi de l'Etat qui finance les départements qui financent eux-mêmes des associations indépendantes rarement contrôlées et au fonctionnement parfois obscur.

Violences des éducateurs envers les mineurs qu'ils ont en charge, enfants placés livrés à eux mêmes dans les hôtels, pédo "prostitution", violences sexuelles, trafic de drogue, placements abusifs, mesures éducatives coercitives, jeunes majeurs placés à la rue dès le jour de leur 18ème anniversaire...

Mafia, business? 

Le docteur en sociologie Alain Tarrius, membre de différents laboratoires CNRS et professeur émérite des Universités ayant enquêté sur les réseaux de prostitution liés au trafic de drogue dans le département 66 parle même de mafia alors que les parents emploient souvent d'autres termes, comme les SS, ou l'Inquisition. Je recommande vivement la lecture de ses ouvrages, pour comprendre à quel point le clientélisme politique local a conduit l'extrême droite au pouvoir, coin où des enfants étaient soustraits à leurs familles naturelles afin de générer un revenu à d'autres familles liées à la drogue, elles. Dans son ouvrage "La mondialisation criminelle", il en touche deux mots, et évoque notamment des psychiatres spécialement mandatés pour fausser les expertises dans ces affaires criminelles. Oui oui, vous avez bien lu, enfants de l'ASE alimentant des réseaux de pédo "prostitution". Et il y en a un peu partout en France, liens à considérer en fin d'article. J'ai moi-même porté plainte contre l'ADSEA du Département voisin, le 11 (je vis à cheval entre les deux départements) pour mise en danger de mes filles en 2019, et depuis, effectivement, de l'eau a coulé sous les ponts car ce service est complètement ébranlé par des problématiques de management graves conduisant à de l'incompétence notoire des éducateurs, conflits d'ego et rapports de dominations relativement violents, 800 000€ de déficit selon ce qu'en dit la Dépêche, et je subis de nombreuses pressions, mais eux aussi. Après un placement de mes filles 8 mois faisant suite à des violences sectaires physiques et psychologiques. Puis internée de force en psychiatrie. Puis SDF. En 2012. Une longue histoire. Ils cherchent d'ailleurs, l'ADSEA11, un nouveau directeur, 50/70K€ de salaire fort tout de même! Beaucoup d'interprétations en fonction de leur culture personnelle au sein de ces milieux, pas suffisamment d'analyse et des rapports parfois incomplets voir calomnieux qui mettent en péril les enfants. Car oui, c'est souvent sur la base des rapports de ces mêmes éducateurs que les enfants sont placés, les mesures levées ou renouvelées. Il suffit d'une incompatibilité d'humeur ou d'un choc de culture pour tout faire basculer à votre désavantage, même si vous avez la loi avec vous et la conscience tranquille, ce qui est absolument inacceptable. D'autant qu'ils fonctionnent beaucoup à la flatterie. Ceci dit, il y a aussi de nombreux enfants maltraités qui doivent être protégés de leurs parents, donc s'il y avait moins de placements et  de mesures abusives et plus d'éthique dans ces métiers, l'argent de l'ASE leur reviendrait directement, ce qui n'est visiblement souvent pas le cas. Car oui, en France, un enfant subit un viol toutes les heures, et meurt sous les coups de ses parents tous les 5 jours. Une femme meurt tous les deux jours et demi sous les coups de son conjoint ou ex et est victime d'un viol toutes les 7 minutes, toujours en France.

Il n'est pas non plus rare d'apprendre que les enfants placés sont parfois maltraités et abusés sexuellement ou psychiquement au sein de leurs familles d'accueil aussi -ce qui fut le cas de l'une des miennes dont la famille d'accueil se faisait appeler "papa-maman", alors que, placée à ses 18 mois suite au déclenchement de mon stress post-traumatique mon ex me harcelant, l'AOGPE ne m'avait pas permis de les voir pendant 4 mois et que j'étais hospitalisée puis SDF toujours à cause de leur père et que lui partait avec elles le WE, sans que personne ne prenne mes plaintes-, étant donné qu'il y a peu de communication entre départements, un assistant familial n'aura qu'à déménager afin de ne plus être inquiété. Or, un enfant placé en famille d'accueil représente environ 1200 € de revenus par mois à l'assistant familial, qui a souvent plusieurs agréments d'accueil. Ce que je trouve tout à fait scandaleux au regard du fait que 8O% des enfants placés sont issus de familles pauvres et pas maltraitantes, et que 50 % des placements seraient abusifs, selon l'IGAS, comme le souligne ce syndicat de familles d'accueil. Or les femmes et les enfants victimes de violence rencontrent des difficultés à être entendus par les forces de l'ordre, qui minimisent ou qui ne prennent carrément pas les plaintes, ce qui donne de mauvais indicateurs sur les niveaux de violence subis individuellement et collectivement aux magistrats ainsi qu'aux procureurs. Le cas Frédérik Limol, survivialiste, conspirationniste, cadre sup armé et violent, catholique intégriste, certainement à rapprocher des suprémacistes blancs américains (boogaloo boys), en est un exemple concret : si les personnels éducatifs ainsi que les forces de l'ordre (les deux grandes muettes) avaient réellement fait leur travail, écouté et protégé la mère de sa fille, ils n'auraient pas perdu certains de leurs coéquipiers, car elle avait déposé plusieurs plaintes et avait fait de nombreux signalements évoquant sa dangerosité. Je suis dans le même cas, des années de harcèlement et un déni de justice particulièrement inquiétant au regard de la mise en danger volontaire de mes deux filles, qui vivent avec moi, avec évidemment un ex qui a ce genre de croyances, mais plutôt féru, lui du mensonge, de la manipulation et du sadisme comme torture. Cependant, il s'agit bien les concernant, à mon sens, d'emprise mentale sur leur personne au regard de leur radicalisation, donc le drame était prévisible : j'ai même été accompagnée par Infosecte Aquitaine qui a attesté de ses croyances sectaires ainsi que de sa potentielle dangerosité pour mes filles, rien n'y fait, les éducs n'entendent pas. Il y a moins de tapage quand ce sont des enfants et des femmes qui meurent, il est justement là le problème, car ce sont souvent eux les premières cibles de la violence patriarcale. 

Par ailleurs Maître Michel Amas, avocat au barreau de Marseille, insiste sur l'aspect abusif de plus en plus de placements d'enfants, notamment de femmes victimes de violences conjugales ou de parents d'enfants autistes, et s'inquiète du peu de cas qui est fait par les services de l'ASE des droits ainsi que des libertés fondamentales des uns comme des autres. Il explique son combat pour défendre ces parents dans une entrevue, ici. Il a créé un projet de loi à cet effet et a mobilisé des femmes et hommes politiques de tous bords. 

La voix du peuple?

Lyes Louffok, militant et ancien enfant placé révèle aussi de nombreux dysfonctionnements, abus et maltraitances graves de l'ASE, et son témoignage ainsi que ses différentes interventions sont tout à fait édifiants. La députée Perrine Goulet, ancienne enfant placée elle aussi a fait de son parcours pareillement un combat, afin de visibiliser ces exactions d'un autre temps, et de lever l'omerta. De nombreux scandales éclatent ici et là en Europe aussi comme en Angleterre où il y aurait de plus en plus d'enfants placés abusivement dès la naissance, ou en Italie avec le scandale Bibbiano, certes récupéré médiatiquement pas Salvini mais non contestable dans le fond, malgré des proportions plus modeste. Il s'agit d'affaires d'abus sexuels sur mineurs volés à leurs familles afin d'être placés dans d'autres et impliquant hommes politiques, travailleurs sociaux, médecins, psychologues etc. Je vous invite à croiser la presse italienne à ce sujet, autant celle de droite que de gauche pour vous faire une idée. Pareil en Allemagne avec le "projet Kentler" qui visait à placer des enfants carrément chez des ... pédophiles. Par le passé, de telles exactions sur les enfants et les familles furent commises à des fins de mise sous emprise politique ou religieuse, je pense par exemple aux bébés volés sous Franco et pendant les dictatures Argentines, aux enfants Réunionnais "déplacés" afin de repeupler la Creuse, aux enfants autochtones disparus du Canada, au trafic d'enfants en Inde par des institutions catholiques, aux femmes internées dans des congrégations religieuses en Irlande auxquelles les enfants étaient volés, pus tués, à la politique nataliste de Ceausescu etc (n'hésitez pas à me laisser en commentaires vos autres pistes).

Et en ce moment même, on parle aussi de voleurs de bébés au Kénya : https://www.courrierinternational.com/article/enquete-voleurs-de-bebes-un-reportage-de-la-bbc-sur-le-trafic-denfants-choque-le-kenya

Violences institutionnelles et nid à perversion.

La difficulté est de distinguer les violences institutionnelles qui sont systémiques et la perversion qui se niche au sein de ces milieux où les maltraitances et les abus ne sont pas suffisamment sanctionnés. Les enquêtes démontrent que de nombreux personnels éducatifs ne sont pas formés, ni professionnels, faute de prendre le temps de choisir des profils adaptés car l'ambiance délétère ne permet pas aux êtres sains de faire leur travail correctement et de rester en poste, voir d'évoluer. Faute de moyens, au regard de tout ce que rapportent les enfants placés et sous mesures dites éducatives, j'en doute : permettre aux CIDFF par exemple de proposer aux familles des activités culturelles, artistiques ou sportives pour les enfants (financement de licences sportives, d'écoles d'arts plastiques, de musique, d'abonnements au théâtre, au cinéma etc : ce que ne fait pas l'ASE et qui représente pourtant un appui éducatif essentiel !!!) plutôt que de mettre des mesures éducatives dans des familles aux revenus modestes qui n'ont pas besoin d'accompagnement éducationnel de la part de services extrêmement intrusifs, dysfonctionnants et maltraitants serait une idée par exemple. Autre idée, permettre aux mères célibataires de vivre à minima au niveau du seuil de pauvreté plutôt que de placer leurs enfants si elles ne bouclent pas leur mois car vivant bien en dessous de ce dit seuil. Pour finir, ce n'est pas aux éducateurs de faire tiers dans les "conflits parentaux" car visiblement, ils ne savent guère faire la différence entre conflit et violence, et n'en ont donc pas les compétences : les violences conjugales et post-séparatoires relèvent du pénal. 

Moins de placements, moins d'argent aux assos, plus d'argent aux parents ... afin de leur permettre d'élever leurs enfants dignement. 

Le Gouvernement qui n'est certes pas à encenser à tous points de vue, a quand même mis en place des mesures afin de faire évoluer la situation des enfants : encadrement de l'accès au porno pour les jeunes, loi sur le revenge porn, groupe de travail sur la pédo-prostitution, loi sur les violences éducatives ordinaires, inscription sur un fichier pour les pédocriminels avec consultation systématique des employeurs publics pour une embauche, actions contre le harcèlement scolaire, sous l'égide d'Adrien Taquet, Macron avait même proposé un âge minimum de consentement à 15 ans ... le problème est donc ce qu'il se passe sur le terrain, et l'application des lois, à défaut de pouvoir compter sur la bienveillance et le bon sens. Il faudrait peut être une cellule de recueil des témoignages de maltraitances, et des psys indépendants spécialement dédiés par la médecine du travail ou du CIDFF par exemple. Cela fait une quinzaine d'années que j'enquête, suite à du harcèlement en entreprise, sur certaines "méthodes" introduites en vente, achat, management, communication, séduction etc. Ce sont en réalité des techniques de manipulation, d'abus mental, visant à abolir le consentement afin de détruire une cible ou de la mettre sous emprise, et cela explique à mon sens la vague de perversion dite narcissique, car ces comportements mimétiques sont extrêmement contagieux à cause du sentiment de pouvoir qu'ils génèrent. Or dans certains corps d'activité il y a semble-t'il plus de personnalités toxiques, le néolibéraisme ainsi que le capitalisme ayant complètement détruit la stabilité de la structure sociale de notre Société. Mais je pense que ces techniques ne sont pas anodines ni arrivées ici et là par hasard, de la même façon que la formation des travailleurs sociaux doit être améliorée pour plus d'éthique et de bienveillance afin qu'elle profite réellement aux enfants.

Dans ce contexte particulièrement alarmant, personne ne sera donc surpris que la Cour des Comptes ait conclu que la Protection de l'Enfance n'est pas en phase avec les besoins des enfants...

 

Cassandre, d'Evelyn de Morgan

 

 

Avec sororité, Ave Μνημοσύνη!

 

Pour aller plus loin : 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Cicne&Ròsa

Repost0

Publié le 29 Décembre 2020

[δύσφορος/dysphorie]

La dysphorie est une affection de la psyché, une affliction, une peine incommensurable qui peut conduire à l'irréparable. C' est le symptôme d'une société malade, très malade. Chacun.e son conseiller mémoire.

Les derniers mèmes de Pepe la grenouille, signe de ralliement de l'extrême droite, ressemblent bien à des pommes de discorde : elles ont la peau noire (lutte contre le racisme : discorde) les cheveux arc-en-ciel (lutte pour les droit lgbt+ : discorde),  la tenue et la matraque de forces de l'ordre (lutte contre les violences policières/loi sécurité : discorde), d'autres miment des bagarres, et tous ou presque portent le nez rouge ce qui me fait penser au scandale de la ligue du lol, surtout au sein des médias, ce qui s'avère n'être rien d'autre qu'une forme de harcèlement qu'est le mobbing et autres flying monkeys -notamment et surtout à l'encontre des féministes, personnes de couleur, homos, ou juifs- alors que l'antiféminisme est reconnu comme un terrorisme à part entière par le dernier rapport d'Europol datant de cet été... pas impossible donc que ces mèmes ne circulent sous peu chez les queers et transactivistes, réseaux relevant bien souvent d'une idéologie dite pro-sexe (pensée récupérée à des fins servant l'intérêt de quelques uns dirons-nous) plutôt que libfem, idéologie à mon sens masculiniste et pas féministe, et un peu trop néolibérale à mon gout : dire aux femmes de prendre le pouvoir avec leur sexualité et leur corps, notamment en le monnayant, c'est bien trop réducteur et dégradant pour relever des droits ainsi que des libertés fondamentales des femmes, même si oui, les désirs et les plaisirs sexuels librement consentis et réciproques son essentiels.

Déstabilisation mentale, confusion et mise sous emprise

Ce qui n'est pas sans me faire penser aux opérations mindfuck du discordianisme dont la déesse Eris est celle du chaos, de la discorde, de la famine, de la souffrance, des conflits (...), discordianisme, créé justement dans les années 60 aux Etats-Unis pendant la lutte pour les droits civiques des Afro-américain.e.s, alors que le dianisme (philosophie écoféministe avec notamment le groupe activiste W.I.T.C.H.), créé quelque années plus tard, est lui proche du Black Féminism. Par ailleurs, les extrêmes droites et fous de dieu faisant un temple à la politique de Trump étaient aussi très impliqués dans ces années 60 pour essayer de maintenir la ségrégation en question et dans les violences qui en ont découlé alors que JFK, connu pour ses idées progressistes, démocrates, antiracistes et féministes était l'homme à abattre. A noter que Jackie Kennedy était très engagée elle aussi auprès des Afro-américain.e.s afin de tendre vers l'égalité. Discordianisme qui évoque le fait de faire des blagues de plus ou moins grande envergure, à l'encontre de quelqu'un, d'un groupe, voir d'une institution. Discordianisme pratiqué, en tous les cas en France, par le bras religieux de l'Ordo Templi Orientis [EGA/EGC] - tout comme la magie sexuelle et du chaos -, l'Eglise Gnostique Apostolique catholique, ou encore cahote, et même pour certains évêques ordonnés "Tau per" ... cathare (pour bien connaître le sujet, le phénix probablement renaîtra de leurs cendres juste pour ne pas être associé à ces mindfucks) et dont le maître à penser, Aleister Crowley, me laisse perplexe.  Il suffit, comme le dit l'article, que les opérations "mindfuck"  soient récupérées à mauvais escient, par des courants idéologiques extrémistes et violents, comme c'est le cas avec l'alt-right américaine. C'est dans les années 60 effectivement qu'émerge la contre-culture aux Etats-Unis, suite à des mouvements massifs de désobéissance civile pacifiste contre le nucléaire relevant d'un engouement certain pour la paix et pour l'égalité, à la fois entre les femmes et les hommes mais aussi entre les les êtres de différentes nationalités et origines, moteur de la libération sexuelle, mouvement d'où est issu le symbole de paix , et de la liberté. Il serait malvenu de provoquer des émeutes actuellement, cela dégénèrerait en guerre mondiale.

Discorde, chaos, et suprémacisme blanc

Entre les grands remplacés qui font la chasse aux sorcières et autres étrangèr.e.s ainsi que les suprémacistes blancs qui se préparent à entrer en guerre voir qui la provoquent en générant discorde et chaos, cela sent la rose bleue en 2022 : la lecture du livre 'Mindfuck' du lanceur d'alerte canadien Christopher Wylie m'informe d'ailleurs sur les stratégies de communication, avec les fake news (justement, grande spécialité discordienne) et autres théories conspirationnistes, (stratégies à visées politiques) mises en œuvres en manipulant volontairement les masses et visant notamment à rendre le peuple désorienté, paranoïaque, violent, dysphorique, afin de créer de la confusion dans le but de fédérer auprès de figures politiques dites 'rassurantes' voir des émeutes est édifiante. Ou comment s'installe une propagande. Et c'est ici justement que les discordiens me font penser aux boogaloo boys : et oui, la loi sur les séparatismes ne vise pas qu'à lutter contre le théofascisme qu'est l'islamisme, mais aussi contre les dérives sectaires et les suprémacismes blancs. Justement, cela tombe bien, la misogynie et le racisme de ce fou à lier de Trump ne sont pas véritablement les bienvenus en Europe, quoi que certain.e.s puissent vouloir revenir en arrière, dans les années 50 ;  de là à espérer de pouvoir dissoudre la fachosphère pour intelligence avec l'ennemi, il n'y a qu'un pas! L'affaire Frédérik Limol devrait suffire pour comprendre : d'un côté les boogaloos armés anti-flics, de l'autre les néonazes anti-immigration. Tous misogynes et antiféministes. 

Coalition politico-religieuse patriarcale

Nous avons un exemple en France donnant force et cohésion aux droites dures et extrêmes, la théorie du genre et les mesures éducatives proposées sous Hollande pour l'égalité. Le nombre de personnes ayant eu peur que les instits apprennent la masturbation à leurs enfants à l'école en est symptomatique, surtout au regard des JRE (journées de retrait de l'école) qui ont suivi, initiées par des têtes pensantes de La Manif Pour Tous/Printemps Français, mouvements nés sous Ratzinger issu du droit fil de l'inquisition, et complètement gangrénés par les théofascistes et extrêmistes politiques alors que le débat aurait dû pouvoir avoir lieu. Or aujourd'hui, nous ne pouvons que constater certaines dérives de l'idéologie du genre (qui va jusqu'à proposer des prothèses péniennes pour mettre dans les culottes des petites filles), et les difficultés que risque de rencontrer le corps enseignant qui ne peut déontologiquement pas ne plus se référer à la science pour le cours de biologie, et qui ne peut se permettre non plus de se faire attaquer pour transphobie. Puis John Money, à l'origine de cette idéologie, n'est quand même pas très inspirant. En France, en Europe, nous avons effectivement des études sur le genre visant l'égalité, or, l'idéologie du genre, pensée mystico-psychanalytique sur le sexe des anges, s'est imposée peu à peu. C'est une question éthique essentielle. La gauche nie souvent les problèmes d'ordre sociétaux, du moins en partie, et c'est ce qui la dessert : idem par exemple pour la laïcité et le relativisme culturel avec l'islamisme, bien réel, qui est politique. Mais notre pays est l'un des plus visés par ce terrorisme, pourquoi? Beaucoup de discorde à gauche, chez les régionalistes, les féministes, les antifa, les démocrates, pourquoi? Psyops?

Insécurité, droits et libertés fondamentales

Visiblement, il y a certains corps d'activité qui jouissent d'une bonne réputation à priori. Comme par exemple les éducateurs, alors qu'il y a de plus en plus de mères désenfantées ou subissant des mesures dites éducatives mais dans les faits coercitives suite à des violences conjugales, ce qui est le cas aussi d'enfants autistes selon Maître Michel Amas, que 80% des enfants placés sont issus de familles pauvres et pas maltraitantes selon un syndicat de familles d'accueil, et que de nombreux journalistes enquêtent sur les abus et dysfonctionnements graves de l'ASE (France Culture, Marianne, Zone Interdite, Nouvel Obs etc ) où même les enfants sont maltraités selon ce qu'en disent par exemple le militant Lyes Louffok ou la journaliste Marie Vaton alors que plusieurs scandales éclatent en Europe sur des réseaux criminels abusant des enfants placés, notamment liés à la drogue et à la pédoprostitution.  Le dernier rapport de la Cour des Comptes insiste sur le fait que la Protection de l'Enfance de notre pays n'est pas en phase avec ... les besoins des enfants, cela n'est donc hélas guère étonnant. Je pense aussi aux enfants volés sous Franco et pendant les dictatures Argentines, aux lebensborns sous Hitler, aux enfants Réunionnais  "déplacés" afin de repeupler la Creuse, aux bébés des Irlandaises internées dans des congrégations religieuses, aux abus en Angleterre, aux enfants placés chez des pédophiles en Allemagne, aux enfants autochtones au Canada et j'en passe ...  je me dis, que c'est un excellent moyen de soumettre et de détruire que de toucher à la famille. Les forces de l'ordre aussi ont de bons soutiens malgré la violence dont nous les savons capables contre les journalistes, les défenseurs des droits humains, les gilets jaunes, les étudiants, les féministes, les personnes de couleur, et même ... les infirmières. Non vraiment, les infirmières, fallait pas, non.  Et après, l'on s'étonne qu'ils ne prennent pas nos plaintes, et comme ils ne prennent pas nos plaintes, quand enfin ils daignent nous défendre, tout le monde s'étonne car ils meurent parce qu'un survivialiste armé leur a tiré dessus. Paix à leurs âmes. Condoléances à leurs familles, tout comme à toutes celles de ces femmes et enfants qui avaient demandé de l'aide, qu'elles aient porté plainte ou non, qu'ils aient pris leurs plaintes ou non, et qui sont morts sous les coups de leurs conjoints ou ex conjoints, sous les coups, poussées à bout se suicidant ou tuées socialement en les faisant passer pour folles ou en les paupérisant, par exemple. Pourquoi vit-on dans un pays où l'on n'endigue pas la violence? Pourquoi tant de discorde, de clivages, de communautarismes alimentant haines et violences? Pourquoi ne font-ils rien alors que c'est leur job d'endiguer la violence? 

Contagion psychique, mimétisme, réseaux sociaux et propagande

Il y aurait de plus en plus de filles qui chercheraient à transitionner, or, le monde est de plus en plus violent envers elles : techniques de séduction visant à mettre sous emprise et à abuser en forçant le consentement, prostitution des mineur.e.s avec réseaux de traites, séquestrations, parfois dès 12 ans (je suis abolo, moi ces "clients" là, j'appelle ça des pédos : des années que c'est le cas dans les quartiers, c'est aussi le cas avec les enfants de l'ASE, parfois placés de façons abusive probablement des sous-espèces d'humains pour que personne n'ait rien fait avant), réification, sexualisation, obscurantismes cherchant à les rhabiller (voile, longueur de la jupe etc), les exciser, les marier précocement, violences conjugales, ligue du lol, groupes sur les réseaux sociaux comme Babylone 2.0 ou les mecs partagent des photos/vidéos d'elles nues souvent volées sans leur consentement, revenge porn, vidéos de viols et de pédopornographie, alimentant les sites de porno libres d'accès où les garçons font bien souvent leur éducation sexuelle et ce de plus en plus jeunes, harcèlement ... De bonnes raisons d'être dysphoriques, non? Parler de genre 'humain' pour les non-binaires et agenres qui n'adhèrent plus de façon viscérale au marketing, éducation et conditionnement genrés, qui sont systémiques, je peux l'entendre, cela me semble même être une évolution. À la limite, évoquer une identité trans à part entière, accorder une case en plus des deux sexes afin de ne pas nier la crise dysphorique, je peux l'entendre aussi. Nier les raisons sociétales et politiques qui font que de plus en plus de filles justement sont dysphoriques, au regard de la violence qu'elles subissent (il y a de la dysphorie aussi dans le SPT ou la dépression par exemple) c'est hallucinant. Mais nous accuser de transphobie quand l'on se définit femme, car l'on a ses règles ou que l'on enfante par exemple et que l'on subit des violences spécifiques en tant que femmes, c'est quand même fortement misogyne : personnes à vulves, à utérus? De plus, ce me semble être un poison et contre poison de l'alt-right américaine, une pomme de discorde assez effrayante, visant à invisibiliser nos luttes en décrédibilisant nos combats. Là où l'on constate de plus en plus de "perversion narcissique", je pense aussi qu'il faut se questionner sur les techniques d'abus mental acquises en groupe, ce qui relève dans les faits de dérives sectaires, et plus d'une pathologie psychiatrique, bien qu'il faille à minima être sadique ou pervers, voir psychopathe, pour jouir de faire souffrir en mettant sous emprise. 

Capitalisme, néolibéralisme, abus et manipulation

Régression des droits va forcément avec régression des mœurs.

Dysphorique, Fouadpourquoi? Paix à son âme. Parce que la jupe lui était interdite dans son bahut? A cause de l'ASE? De ce qui n'était peut-être pas à son gout chez les garçons et/ou chez les filles au regard de la sensibilité fine que j'ai pu discerner dans ce que j'ai lu à son sujet? Quels stéréotypes de genre oppressent? Et oui, tant que l'éducation genrée assignera certaines émotions, comportements, traits de caractère, gouts, facilités, à un sexe plutôt que de laisser les enfants grandir comme ... des enfants, surtout au regard du marketing de plus en plus genré avec lequel s'engraisse le capitalisme et des violences systémiques qui conduisent à beaucoup de sexisme envers l'un et l'autre sexe, tant qu'il y aura de la grossophobie, du racisme, du validisme, du classisme, de l'antisémitisme, de l'homophobie, du sexisme, des injustices, du harcèlement, de l'antiféminisme, des cancans, des commérages, des médisances, des humiliations, de la méchanceté gratuite ... de la violence ... l'être humain aura du mal à supporter, endurer ... le manque d'Humanité

Alors, je ne suis pas surprise dans ce monde où l'indignation est à géométrie variable, selon ses propres intérêts ou par besoin d'appartenance que certaines consciences humanistes aux propos limpides et cohérents soient dysphoriques, notamment en constatant la cohue exaspérante dans cette ziggurat à sept étages qu'est Babel, d'autant que toute cette discorde alimente les bas instincts et les pulsions de prédation plutôt que le désir de cohésion et de coopération si chers à la démocratie participative qui pourrait sauver l'Humanité. Prendre parti par besoin d'appartenance sans réelle conviction ni esprit critique juste pour suivre les autres est grandement dommageable. Maslow et ses besoins ontiques permettraient d'y voir plus clair, si seulement l'on se souvenait de lui au delà de sa pyramide. Le loup oméga, dans une meute, est celui sur lequel tous se déchargent, souvent avec bcp de violence. Or, pourquoi ces boys clubs ont-ils choisi de se référer au terme alpha pour parler de mâle dominant tout en harcelant en meute leurs cibles et/ou en en les mettant sous emprise convaincus d'exceller en séduction ? D'ailleurs, toujours au sein de la meute de loups, si c'est un couple femelle/mâle qui gère le groupe plutôt qu'un individu dominant seul, ce couple est aussi fidèle que des inséparables, cela m'a toujours intriguée. La problématique étant, dans ces rapports dominants/dominés très usuels que ce ne sont simplement pas des comportements ... humains!

La loi Gayssot, première des lois mémorielles de la loi française, devrait être adaptée à la misogynie, d'autant plus que l'antiféminisme est reconnu comme un terrorisme par Europol. Et oui, le féminisme est politique et philosophique au sens où il œuvre sur les esprits et sur la vie de la Cité.

C'est la guerre des nerfs!

מ,

 

 

Avec sororité, Ave Μνημοσύνη!

 

Pour aller plus loin, en toute intelligence ... collective :

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 21 Juillet 2020

Les radfems, c'est à dire les féministes radicales (courant venant des states créé dans les années 60), sont lynchées, exclues des milieux militants, violentées en manifs. Notre tort, estimer que la liberté est de pouvoir se dévoiler en Orient sans se faire lapider, brûler à l'acide, violer ou risquer sa vie ; ou d'estimer encore qu'il faut responsabiliser les clients en les pénalisant au regard de la moyenne d'âge d'entrée en prostitution, qui est 14 ans, et du rapport indéniable avec la pauvreté ; et que, ramenant le 'genre' au sexe biologique, c'est à dire à la science, nous estimons que dire se sentir être femme ne suffit pas pour produire un fait, et en être une. 

 

Le transactivisme issu de la pensée queer est une pomme de discorde balancée par les États Unis, servant à semer le trouble au sein des milieux féministes et ainsi nous affaiblir dans nos luttes dans le but de faire régresser nos droits. J'y vois une assez vaste opération 'mindfuck' probablement prodiguée par le 'discordianisme' à l'encontre du 'dianisme' (écofeminisme), deux mouvements créés pareillement aux states dans les années 60 et faisant leur chemin en France. 

Il faut impérativement faire le lien avec les psychoses collectives liées au genre nées sous Hollande, au moment de la loi Taubira alors que Vallaud-Belkacem tentait de mettre en place les ABCD de l'egalité, et les mouvements de la Manif pour Tous en réaction. Comme quoi, il n'y avait pas de fumée sans feu, mais les extrêmes droites ainsi que les intégristes religieux se sont faufilés dans la brèche et ont manipulé tout ce petit monde par la peur, distillant leur propagande en alimentant les communautarismes ce qui conduit à des conflits sociétaux violents et fédère politiquement vers des leaders assez flippants. 

La lecture du bouquin 'Mindfuck' ou l'écoute en podcast de Christopher Wylie, lanceur d'alerte Canadien évoquant la manipulation des citoyens notamment sur les réseaux sociaux dans une visée politique peut permettre une meilleure compréhension de la situation il me semble.

Antiféminisme + racisme sont les portes lod'entrée de l'extrême droite, Darmanin et Dupont Moretti ont été des soutiens de La Manif Pour Tous, cela donne le ton.

La radicalisation des mouvements queer introduits par les États-Unis peut nous être fatal, à nous, féministes françaises, ayant pour ambition secrète de faire "au moins aussi bien" que les hommes qui sont souvent nos premiers exemples de réussite. Nous sommes humanistes et égalitaires, mais aussi pour la plus part entières, passionnées, intellectuelles et aspirantes à la liberté. Il y a des homos, des hétéros, des féminines, des masculines, des femmes de differentes couleurs, dont des beiges, des marrons, des noires. Et du respect pour les hommes, voir de la sympathie, toujours, à priori. Et nous considérons que la science est une réalité nécessaire dans notre réflexion et cheminement car au plus radical, nous devenons théoriciennes et espérons. .. écrire ou... débattre plutôt que de casser des vitrines ou mettre le feu aux poubelles... ou encore violenter les hommes. Mais toucher à leurs privilèges, c'est déjà une violence pour certain.e.s.

Oui, nous débattons des idées, avons des idéaux. Alors c'est vrai, nous sommes particulièrement 'pénibles' à tout questionner ainsi. Nous provoquons des émotions intenses et des réflexions profondes, qui peuvent conduire à nous exclure, voir même à nous persécuter. En colère, fières Mariannes, Cassandres lasses, Pandores maudites. Sphynges incomprises. 

L'antiféminisme est considéré comme un terrorisme depuis peu par Europol, il est fédérateur et hautement contagieux. Il conduit à beaucoup de violences à l'encontre des femmes et à un sentiment de toute puissance et d'impunité chez leurs agresseurs. Notez que je n'ai pas dit 'hommes' mais 'agresseurs'. Je n'englobe donc pas tous les hommes. Je me dois d'être pédagogue, c'est mon futur métier, ingénieure pédagogique. 

Le féminisme suscite la haine car les hommes ont à y perdre en pouvoir et privilèges. Les femmes souvent le rejettent par esprit 'maternel', ou par crainte de ne plus leur plaire. Leur plaire, se soumettre, c'est souvent la condition sinéquanone de notre survie. Car c'est important de continuer à se plaire entre hommes et femmes, mais à quel prix, quels efforts font-ils, eux ?

 

Oui, les hommes attendent souvent d'être 'maternés'. 

Une mère en général comprend tout, pardonne tout. Le bien être de son enfant passe avant tout, c'est sacrificiel. Les hommes en profitent. J'ai toujours entendu dire 'ce sont de grands enfants'. La vie est un terrain de jeu, nous aussi nous voulons jouer. Pas à la poupée, à la dînette ou à la ménagère. Question de marketing et d'éducation génrée. 

Une féministe ne veut pas passer sa vie à se sacrifier et à servir les autres. Elle veut sa part de joie, de jeu, de liberté. De bonheur. Sans mettre à mort personne, et sans se faire de mal à elle-même. Pourquoi les antiféministes ne le veulent-ils pas ? 

Je crois que les Amerloques ont mis la discorde avec l'arrivée de Trump et ses fous de dieu masculinistes 'contre-poison queer' et que toutes les femmes en payent les frais, mais que le retour sur le devant de la scène des croyances religieuses des un.e.s et des autres un peu partout en Europe, ainsi que leur volonté de les imposer, est aussi vraiment problématique. Un effet de vases communiquants, l'idéologie queer touchant au sacré pour les croyant.e.s c'est à dire 'l' âme', le couple, l'enfant. Oui je crois que la théorie du genre est une pomme de discorde qui a généré nombre de peurs irrationnelles qui ont été manipulées afin d'en faire des psychoses collectives et des sujets très clivants. Nous retiendrons 2005 comme une date importante, élection de Ratzinger, issu de l'inquisition ; cause à effet ? 

Pour la bonne santé mentale et physique de tou.te.s il serait souhaitable d'accompagner celles et ceux qui sont en transition (les transsexuel.le.s) d'un sexe vers l'autre médicalement (hormones, opérations - interdits aux mineur.e.s et pas avant un suivi psycho) par une psychothérapie adaptée, et de laisser le genre pour ce qu'il est, c'est à dire une question de conditionnement sociétal et familial : laissons les enfants puiser dans les personnalités des un.e.s et des autres, et mimer des comportements d'enfants et non en fonction de leur sexe seul. Un enfant est un enfant avant d'être une fille ou un garçon, et il devrait avoir le droit de jouer avec n'importe quel jouet d'enfant, et de mimer (d'essayer) tous les comportements et traits de personnalité qui l'attirent, qu'ils passent pour plutôt masculins ou féminins. Jouer au foot, au.à la chevalier.eresse, au poupon ou à l'élastique, quand on est enfant, c'est normal. Une petite fille active et prenant des initiatives, c'est normal, un petit garçon doux et sage, c'est normal aussi. Nous n'avons pas à jouer des rôles mais à vivre nos vies, dans toutes leurs potentialités.

 

Par ailleurs, évoquer les sentiments, le respect, l'engagement, la non violence autant que l'anatomie, le consentement, le désir et le plaisir me semble aussi essentiel pour les cours d'éducation sexuelle et affective à l'école, les êtres humains étant devenus des consommables. Constatant que de plus en plus de jeunes regardent de la pornographie et adoptent des comportements sexuels qu'ils y puisent, je pense sincèrement que des cours d'éducation sexuelle et affective sont salutaires, afin d'aborder le respect, le consentement, la violence, les abus, et la différence. Des cours d'empathie comme dans les pays du nord en plus d'une du cation au numérique pourrait en plus prévenir le harcèlement de meute, les discriminations comme le racisme, le sexisme, l'homophobie. 

Je vous invite à lire le dossier HL 167 de la LDH, et à remettre les Amerloques à leur place. On est en France. Pas au Maghreb, ni dans les pays de l'Est non plus. Nous sommes égales et fraternisons avec les hommes -pas à leur service- qui ne cherchent, question de culture, ni à nous rabaisser, ni à nous humilier, ni à nous dominer, ni à nous détruire. A moins que... Ah non, c'est juste un rêve ça. Nous sommes en patriarcat.

Religion : sphère privée
Un seul sauveur, la #laicité.

#concordeetliberté

#jesuisunefeministeexcessive #quoimongenre #louisemichel2022

Voir les commentaires

Rédigé par Cicne&Ròsa

Publié dans #Féminisme, #Laïcité, #Manipulation, #Prostitution, #Société, #Religion

Repost0

Publié le 24 Septembre 2019

C'est une béance

Comme un souhait qui s'exorcise

Et des maux qui l'âmenuisent

C'est une sentence

C'est mon errance

Un jardin désolé

Les affres de la destinée

C'est l'insolence

C'est ma nuisance

Pour mon coeur d’artichaut

Mes débats et mes hauts

C'est l'innocence

C'est mon incandescence

Dans les cendres rougeoyantes

Ma bêtise foudroyante

C'est l'insouciance

C'est ma conscience

Qui ce soir bat de l'aile

J'aurais dû me rester fidèle

C'est l’existence

C'est ma défiance

Dessiner mon Coeur au sol

Ton visage et mon espoir fol

C'est la pitance

C'est ma patience

T'envoyer de tout mon être

Mes bénédictions dans cette lettre

C'est la potence

C'est ton silence

C'est me regarder en face

Et voir celle qui est lasse

C'est la coïncidence

C'est ton exigence

Etre rose, être violette, être jasmin

Etre, mais ne pas être assez bien

C'est la violence

C'est ta romance

Tu baigneras en Esmeralda

Elle prendra soin de toi

C'est la résonance

C'est ta jouissance

Je nous avais vues vieillir ensemble

Tu t'en vas et j'en tremble 

C'est l'alliance

C'est ton indélicatesse

Qui me rend captive

Et si réceptive

C'est la confidence

C'est ta manigance

Et mes lèvres qui goûtent le sel

De mon chagrin sur l'autel

C'est une béance

 

Sappho à Leucade, Antoine Jean Gros

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Cicne&Ròsa

Repost0

Publié le 30 Juillet 2019

Chanson des oiseaux

Kersting, Apolon et les Heures

Vie ! ô bonheur ! bois profonds, 
Nous vivons.
L'essor sans fin nous réclame ;
Planons sur l'air et les eaux !
Les oiseaux
Sont de la poussière d'âme.

Accourez, planez ! volons
Aux vallons,
A l'antre, à l'ombre, à l'asile !
Perdons-nous dans cette mer 
De l'éther 
Où la nuée est une île !

Du fond des rocs et des joncs, 
Des donjons,
Des monts que le jour embrase, 
Volons, et, frémissants, fous,
Plongeons-nous 
Dans l'inexprimable extase !

Oiseaux, volez aux clochers,
Aux rochers,
Au précipice, à la cime,
Aux glaciers, aux lacs, aux prés ; 
Savourez
La liberté de l'abîme!

Vie ! azur ! rayons ! frissons !
Traversons
La vaste gaîté sereine,
Pendant que sur les vivants, 
Dans les vents,
L'ombre des nuages traîne !

Avril ouvre à deux battants
Le printemps ;
L'été le suit, et déploie
Sur la terre un beau tapis 
Fait d'épis,
D'herbe, de fleurs, et de joie.

Buvons, mangeons ; becquetons
Les festons
De la ronce et de la vigne ;
Le banquet dans la forêt 
Est tout prêt ;
Chaque branche nous fait signe.

Les pivoines sont en feu ;
Le ciel bleu
Allume cent fleurs écloses ;
Le printemps est pour nos yeux
Tout joyeux
Une fournaise de roses.

Tu nous dores aussi tous,
Feu si doux
Qui du haut des cieux ruisselles ;
Les aigles sont dans les airs
Des éclairs,
Les moineaux des étincelles.

Nous rentrons dans les rayons ;
Nous fuyons
Dans la clarté notre mère ;
L'oiseau sort de la forêt 
Et paraît
S'évanouir en lumière.

Parfois on rampe accablé 
Dans le blé ;
Mais juillet a pour ressource
L'ombre, où, loin des chauds sillons,
Nous mouillons
Nos pieds roses dans la source.

Depuis qu'ils sont sous les cieux,
Soucieux
Du bonheur de la prairie,
L'herbe et l'arbre chevelu
Ont voulu
Dans leur tendre rêverie

Qu'à jamais le fruit, le grain,
L'air serein,
L'amourette, la nichée,
L'aube, la chanson, l'appât,
Occupât
Notre joie effarouchée.

Vivons ! chantons ! Tout est pur
Dans l'azur ;
Tout est beau dans la lumière !
Tout vers son but, jour et nuit,
Est conduit ;
Sans se tromper, le fleuve erre.

Toute la campagne rit ;
Un esprit
Palpite sous chaque feuille.
- Aimons ! murmure une voix
Dans les bois ;
Et la fleur veut qu'on la cueille.

Quand l'iris a diapré
Tout le pré,
Quand le jour plus tiède augmente,
Quand le soir luit dans l'étang
Éclatant,
Quand la verdure est charmante,

Que dit l'essaim ébloui ?
Oui ! oui ! oui !
Les collines, les fontaines,
Les bourgeons verts, les fruits mûrs,
Les azurs
Pleins de visions lointaines,

Le champ, le lac, le marais,
L'antre frais,
Composent, sans pleurs ni peine,
Et font monter vers le ciel
Éternel
L'affirmation sereine !

L'aube et l'éblouissement
Vont semant
Partout des perles de flamme ;
L'oiseau n'est pas orphelin ;
Tout est plein
De la mystérieuse âme !

Quelqu'un que l'on ne voit pas
Est là-bas
Dans la maison qu'on ignore ;
Et cet inconnu bénit
Notre nid,
Et sa fenêtre est l'aurore.

Et c'est à cause de lui
Que l'appui
Jamais ne manque à nos ailes,
Et que les colombes vont
Sur le mont
Boire où boivent les gazelles.

Grâce à ce doux inconnu,
Adam nu
Nous souriait sous les branches ;
Le cygne sous le bouleau
A de l'eau
Pour laver ses plumes blanches.

Grâce à lui, le piquebois
Vit sans lois,
Chéri des pins vénérables,
Et délivrant des fourmis
Ses amis
Les cèdres et les érables.

Grâce à lui, le passereau
Du sureau
S'envole, et monte au grand orme ;
C'est lui qui fait le buisson
De façon
Qu'on y chante et qu'on y dorme.

Il nous met tous à l'abri,
Colibri,
Chardonneret, hochequeue,
Tout l'essaim que l'air ravit
Et qui vit
Dans la grande lueur bleue.

A cause de lui, les airs
Et les mers,
Les bois d'aulnes et d'yeuses,
La sauge en fleur, le matin,
Et le thym,
Sont des fêtes radieuses ;

Les blés sont dorés, les cieux
Spacieux,
L'eau joyeuse et l'herbe douce ;
Mais il se fâche souvent
Quand le vent
Nous vole nos brins de mousse. 

Il dit au vent : - Paix, autan !
Et va-t'en !
Laisse mes oiseaux tranquilles.
Arrache, si tu le veux,
Leurs cheveux
De fumée aux sombres villes ! 

Celui sous qui nous planons 
Sait nos noms.
Nous chantons. Que nous importe ?
Notre humble essor ignorant 
Est si grand !
Notre faiblesse est si forte !

La tempête au vol tonnant,
Déchaînant
Les trombes, les bruits, les grêles,
Fouettant, malgré leurs sanglots,
Les grands flots,
S'émousse à nos plumes frêles. 

Il veut les petits contents,
Le beau temps,
Et l'innocence sauvée ;
Il abaisse, calme et doux, 
Comme nous,
Ses ailes sur sa couvée. 

Grâce à lui, sous le hallier
Familier
A notre aile coutumière,
Sur les mousses de velours, 
Nos amours
Coulent dans de la lumière. 

Il est bon ; et sa bonté 
C'est l'été ;
C'est le charmant sorbier rouge ;
C'est que rien ne vienne à nous
Dans nos trous
Sans que le feuillage bouge.

Sa bonté, c'est Tout ; c'est l'air,
Le feu clair,
Le bois où, dans la nuit brune,
Ta chanson, qui prend son vol,
Rossignol,
Semble un rêve de la lune.

C'est ce qu'au gré des saisons
Nous faisons ;
C'est le rocher que l'eau creuse ;
C'est l'oiseau, des vents bercé, 
Composé
D'une inquiétude heureuse.

Il est puissant, étoilé, 
Et voilé.
Le soir, avec les murmures
Des troupeaux qu'on reconduit,
Et le bruit
Des abeilles sous les mûres,

Avec l'ombre sur les toits,
Sur les bois,
Sur les montagnes prochaines,
C'est sa grandeur qui descend,
Et qu'on sent
Dans le tremblement des chênes.

Il n'eut qu'à vouloir un jour,
Et l'amour
Devint l'harmonie immense ;
Tous les êtres étaient là ;
Il mêla
Sa sagesse à leur démence.

Il voulut que tout fût un ;
Le parfum
Eut pour soeur l'aurore pure ;
Et les choses, se touchant
Dans un chant,
Furent la sainte nature.

Il mit sur les flots profonds
Les typhons ;
Il mit la fleur sur la tige ;
Il apparut fulgurant
Dans le grand ;
Le petit fut son prodige.

Avec la même beauté
Sa clarté
Créa l'aimable et l'énorme ;
Il fit sortir l'alcyon
Du rayon
Qui baise la mer difforme.

L'effrayant devint charmant ;
L'élément,
Monstre, colosse, fantôme,
Par Lui, qui le veut ainsi,
Radouci,
Vint s'accoupler à l'atome.

On vit alors dans Ophir
L'humble asfir
Vert comme l'hydre farouche ;
Le flamboiement de l'Etna
Rayonna
Sur l'aile de l'oiseau-mouche.

Vie est le mot souverain,
Et serein,
Sans fin, sans forme, sans nombre,
Tendre, inépuisable, ardent,
Débordant
De toute la terre sombre.

L'aube se marie au soir ;
Le bec noir
Au bec flamboyant se mêle ;
L'éclair, mâle affreux, poursuit
Dans la nuit
La mer, sa rauque femelle.

Volons, volons, et volons !
Les sillons
Sont rayés, et l'onde est verte.
La vie est là sous nos yeux, 
Dans les cieux,
Claire et toute grande ouverte.

Hirondelle, fais ton nid.
Le granit
T'offre son ombre et ses lierres ;
Aux palais pour tes amours 
Prends des tours,
Et de la paille aux chaumières.

Le nid que l'oiseau bâtit
Si petit
Est une chose profonde ;
L'oeuf ôté de la forêt 
Manquerait
A l'équilibre du monde.

 

[Etymologiquement, pour moi, le Malin, c'est le menteur, celui qui divise, 

Satan étant l'accusateur, l'adversaire,

mais créature céleste ; le Paraclet, esprit Saint, représentant l'avocat, l'intercesseur]

 

 

 


 

Voir les commentaires

Rédigé par Cicne&Ròsa

Repost0