manipulation

Publié le 13 Septembre 2013

Impossible de passer le cap de l'an sans revenir sur les raisons qui m'ont fait créer, d'abord sur facebook, le groupe Adélaïs&Jasmine.

Il y quelques mois, une certaine catégorie d'individus -que je ne juge ni ne condamne- battait le pavé afin de préserver, selon eux, l'intégrité de la famille traditionnelle Française. Le "Printemps Français" était lancé. Qui des droites ou des catholiques fit le premier pas, je ne pourrais vous dire, mais si leurs intention diffèrent dans le fond, elles se rejoignent dans la forme. Or, si les bords politiques m'indiffèrent totalement, car les individualités humaines ont toutes leurs propres valeurs ajoutées, les questions religieuses, souvent pernicieuses, m'indisposent au plus haut point. Soyons clairs, surtout quand il s'agit des catholiques. Pas celles et ceux vivant dans la foi et oeuvrant pour l'humanité au nom du "dieu" qui est Amour, mais ceux trichant avec l'histoire, manipulant les masses et les consciences depuis des siècles à des fins que je suis, en l'état, bien incapable d'imaginer. Mais il suffit de regarder en arrière : païens, manichéens, bogomiles, cathares, templiers, protestants, franc-maçons et j'en passe, les méthodes de persécution, de répression et d'asservissement sont identiques, violentes et inhumaines.

Nous disions donc que ces bonnes gens étaient dans la rue, non pas pour réclamer un toit pour tous, de la nourriture pour tous, des soins pour tous ou du travail pour tous, ils y étaient pour s'opposer à une loi conférant aux homosexuel(les) les mêmes droits matrimoniaux qu'aux hétérosexuels. Nous n'avons entendu parler que de cela pendant des mois. Ce sont souvent les mêmes qui s'opposent, notamment, à l'avortement ou à la procréation médicalement assistée. C'est leur droit, et ils ont bien raison de le faire. Mais ont-ils une âme? Ont-ils une conscience? L'accès à la prêtrise pour les femmes me semble pourtant un sujet plus urgent mais une catholique m'a répondu, confiante, que Jésus et les Apôtres étaient des hommes ...

Nous les entendrons probablement, sous peu, contre les fameuses études sur le genre. Est-ce le mot "genre" qui fait peur? Que les petites filles ne s'identifient plus à de douces princesses et les petits garçons à de preux chevaliers pose un problème d'envergure? A moins qu'ils ne soient incapables de voir le mal que fait l'éducation abrahamique, phallocrate, androcentrée et patriarcale autour d'eux, jusque dans l'inconscient collectif? STOP MISOGYNIE - STOP HOMOPHOBIE.

Alors les voilà les raisons de la création d'Adélaïs&Jasmine. Que je puisse être associée à ce mouvement m'a été insupportable. Simplement pour dire qu'il y avait, aussi, des hérétiques qui jouaient. Même si je prends tout cela très au sérieux!

Sororellement,

Illustration Emmanuel Benner, "Marie-Madeleine au désert"

Voir les commentaires

Rédigé par Cicne&Ròsa

Publié dans #Féminisme, #Société, #Religion, #Laïcité, #Manipulation

Repost0

Publié le 13 Septembre 2013

Endura chez les cathares : suicide, renoncement ou catharsis?

Endura est vocable occitan que nous pouvons traduire par "privation", "endurance" ou "persévérance". Dans les faits, c'est un jeûne rituel qui s'offrait aux consolés (adultes baptisés par imposition des mains, les dits "parfaits") ayant pour but d'entrer dans des états de conscience modifiés comme, par exemple, la méditation, permettant de se détacher de la matière au profit du monde spirituel.

La version des inquisiteurs, qui fut plus tard reprise par des historiens majoritairement catholiques, vise à décridibiliser le catharisme : à toute "bonne" fin, il s'agirait, pour eux, d'un suicide impulsé par la très sainte horreur du monde qu'auraient eu les bonnes femmes et les bons hommes. Mais il n'en est rien : les cathares ne haïssaient point le monde, mais ne supportaient pas et condamnaient la violence du monde, et tout ce qu'elle recouvre. C'est ainsi qu'il faut entendre que seul le diable peut être maître du monde : souffrance et violence, largement répandues, ne pouvant émaner de "dieu", du Bien.

Les consolés (même les mourants qui demandaient une "bonne fin"), qui entraient en "dieu" renonçaient aux attachements matériels (même aux affects), aux passions et désirs de ce monde, donc au paraître, aux conflits et au sexe, jeûnaient régulièrement au pain et à l'eau et ne mangeaient plus de nourriture carnée, par bienveillance envers les animaux. Revêtus, Ils s'engageaient donc, en toute connaissance de cause, à être des femmes et des hommes de "l'entendement du Bien". Il est essentiel de souligner que les simples croyants continuaient, quant à eux, à vivre normalement et que celles et ceux qui demandaient le consolamentum (baptême) le faisaient souvent dans le fleur de l'âge, après une vie mondaine bien remplie, avec le consentement de leur conjoint.

La catharsis est une purification des passions (du latin pâtir donc souffrir), l'un des effets de la tragédie nous apprend Aristote, bénéfique et libérateur sur celle ou celui qui ouvre sa conscience à la portée de ses émotions ou de celles des autres, en les observant objectivement, avec le filtre de la raison et non celui de la passion. Elle permet un meilleur discernement. Elle trouve toute sa place dans le cheminement intérieur des dits cathares.

L'endura n'était donc pas un suicide car les cathares aimaient la vie bien plus que les données inquisitoriales catholiques, corrompues par leur soucis de domination et leur appropriation habituelle du christianisme, ne le racontent.

Amistats et Sororellement,

Illustration : Jeu d'ombres et lumières sur une meurtrière dans Cité de Carcassonne.

Voir les commentaires

Rédigé par Cicne&Ròsa

Publié dans #Catharisme, #Religion, #Manipulation

Repost0

Publié le 12 Septembre 2013

Si je suis personnellement contre le mariage, en revanche, je pense que l'union entre deux individus (de sexes opposés ou non) devrait être scellée par un lien d'Amor véritable, réciproque et exclusif. Un engagement sans faille nourri par la confiance mutuelle. Voilà le pourquoi des guillemets au mot mariage dans le titre.

Comment être indifférent(e)s au sort de ces fillettes violées légalement selon l'Islam -entre autres- sous prétexte qu'Aïcha, épouse préférée du Prophète Mahomet -polygame- avait 9 ans pour son "mariage"? Là encore, on va me targuer d'islamophobie. Or, je ne pense pas que cet Islam là soit à proprement parler une religion où "dieu" est grand. Les hommes qui s'adonnent à ces pratiques ne sont pas des croyants et je suis intimement convaincue que les vrais musulman(e)s les condamnent, même silencieusement, par honte ou par crainte des représailles. Cette coutume est fréquente en Moyen Orient, mais on la rencontre encore un peu partout dans le monde, notamment en Asie et en Afrique. La pauvreté en serait la principale cause. La misère a bon dos. Les conséquences sont l'esclavagisme sexuel et domestique des fillettes et femmes, sans parler des problèmes de santé générés par des grossesses précoces.

Les mutilations sexuelles, quant à elles, bien qu'illégales dans la plupart des pays du monde, concerneraient, selon les derniers chiffres de l'UNICEF publiés cet été, près de 140 millions de femmes et de filles sur terre. Certains auteurs les mentionnent depuis l'antiquité. Traditionnellement, les organes génitaux non mutilés sont associés à la prostitution, et cette pratique s'exerce aussi dans les matriarcats, comme c'est le cas dans certaines tribus du Burkina Faso. L'excision protégerait les femmes de leurs appétits sexuels débridés. Un autre des arguments est que les hommes étant polygames, ils ne peuvent pas satisfaire toutes leurs épouses, et qu'il est donc pratique de les avoir sans désir sexuel plutôt qu'infidèles. D'abord intervient la clitoridectomie, puis les grandes lèvres sont cousues ensembles, laissant un minuscule trou. Les jambes sont elles aussi attachées ensembles, durant quelques jours, afin de permettre la cicatrisation. Les infections sont fréquentes, l'urine et le sang ne pouvant être évacués correctement. La nuit de noce est d'un romantisme à vous couper le souffle : le mari commence par ouvrir le sexe avec les doigts ou un couteau. Les rapports sexuels sont douloureux et sans plaisir, cela va sans dire. Dans de nombreux pays, la réinfibulation (couture des grandes ou petites lèvres) est exigée après chaque grossesse afin que les femmes restent "étroites comme des vierges". N'oublions pas que des centaines de petites Françaises d'origine étrangère rentrent au pays chaque été. Aborder ces sujets dès l'école serait une façon de faire de la prévention efficace, de sensibiliser les enfants non issus de l'immigration, et d'engager des débats et témoignages. Al-lat (اللات déesse de la féminité pré-islamique) est grande.

En toute bonne foi, l’élu islamiste Tunisien Habib Ellouze nous a dernièrement parlé de l'excision : c'est une "opération esthétique", "sans conséquence pour le plaisir de la femme", "bénéfique contre les odeurs corporelles" ce qui a fait bondir le Dr Henning, chirurgien gynécologue bénévole pour l'ONG Clitoraid, qui reconstruit les femmes, physiquement et psychologiquement, victimes de cette barbarie selon les méthodes du Dr. Pierre Foldes.

Le droit des femmes et des filles me tient à coeur. En revanche, le paradoxe, c'est que, malgré l'islamophobie ambiante -tout à fait condamnable-, certains se réjouiraient de pouvoir s'adonner à la polygamie et aux "mariages" forcés et précoces. Mais ils sont bien trop hypocrites pour le reconnaître. Vice ou égrégore? Le cerveau étant un émetteur-récepteur, nous pouvons en effet nous questionner.

Z'avez pas vu Lillith? (Oui, avec deux ailes, c'est comme cela que ça s'écrit)

Sororellement,

Illustration : "L'origine du Monde" du Gustave Courbet.

Voir les commentaires

Rédigé par Cicne&Ròsa

Publié dans #Féminisme, #Féminicides, #Religion, #Manipulation, #Viol

Repost0

Publié le 12 Septembre 2013

Le masculinisme est un courant d'air putride visant à défendre le droit des hommes et leurs intérêts, dont, notamment ceux des pères. Certes, le sexisme doit être combattu de toutes parts, et les droits des hommes, et des pères, respectés. Je sais que certaines femmes sont manipulatrices, voir perverses, violentes, castratrices, dominatrices, narcissiques et j'en passe. Je sais aussi que la Justice, bien souvent, n'accorde pas autant de droits, au sujet des enfants, aux hommes qu'aux femmes. Les plaintes de certains pères, -ceux qui n'ont rien à se reprocher- mis à l'écart par le système, je les prends donc tout à fait en considération. La Justice est parfois injuste.

Mon problème avec les masculinistes c'est que, plutôt que de se battre contre les injustices que subissent certains hommes, ce qui serait tout à fait louable, ils se battent contre le féminisme. Ils sont idiots, et de très mauvaise foi : ne pas reconnaître que les femmes n'ont pas -encore- les mêmes droits que les hommes, que leur humanité n'est pas respectée à toute heure c'est mentir. Pas besoin d'avoir fait de grandes écoles, il s'agit d'observer les faits. Combien d'hommes, en effet (même s'il y en a, certes) subissent des violences conjugales? Le sexisme ordinaire? Le harcèlement sexuel? Les viols? La discrimination -sexiste- à l'éducation, à l'embauche et à l'évolution professionnelle? La discrimination -sexiste- spirituelle au sein même de leurs propres religions? La servitude sexuelle et domestique? La polygamie? Les excisions? Les mariages forcés et précoces? (...) Si vous constatez tout cela, et que vous souhaitez que les choses évoluent dans le bon sens pour les femmes, vous être donc féministe, ou, si vous préférez, vous avez une conscience féministe. Alors oui, il faut être un idiot, redoublé d'un lâche, pour nier l'évidence.

Parfois, quand je lis, que j'écris ou que je vois, bref, dans certaines situations stimulantes, je bande. Non pas comme un homme mais bien comme une femme ; car j'ai deux sexes dont l'un, même si certaines me parlent de "gonflements", est un organe érectile pouvant être, aussi, stimulé par l'intellect. Je disais donc, je bande, et le corps caverneux de mon clitoris peut mesurer jusqu'à 10 cm au repos. Je bande, je l'assume, et je ne suis pas en parfait accord avec certaines de mes amies qui disent que le clitoris a une fonction procréatrice indirecte car sa stimulation entraîne les sécrétions vaginales aidant à la fécondation ; j'entends leur point de vue, mais il ne me satisfait guère. Je préfère penser, plus poétiquement, que "dieu" a créé l'homme à son image et que la "déesse" créa la femme à la sienne, avec un "deuxième sexe" dont la fonction exclusive est de nous procurer du plaisir. Je ne suis pourtant pas une virago : je suis une femme avec certaines caractéristiques physiologiques communément acceptées comme étant masculines. Or il se trouve qu'ici, précisément, le plus grand nombre a tort. E pur si muove.

Ceci étant dit, j'aime les hommes pour ce qu'ils sont et non ce qu'ils représentent, avec leurs qualités et leurs défauts, leurs forces et leurs fragilités. Même s'ils m'ont souvent fait souffrir. Or, certains sont misogynes sans le savoir, sans mêmes en prendre conscience : ils n'ont rien à nous apprendre de par leur position masculine prétendument supérieure, dans quelque domaine que ce soit. Tout est déjà en nous, nous ne sommes des êtres ni supérieures, ni inférieures, mais complètes.

Sororellement,

Voir les commentaires

Rédigé par Cicne&Ròsa

Publié dans #Féminisme, #Société, #Manipulation

Repost0

Publié le 11 Septembre 2013

Celles et ceux qui se seront intéressé-e-s au catharisme auront pu constater le sectarisme actuel qui peut le recouvrir, voir l’étouffer. Si j'apprécie de lire les historien-ne-s et autres Docteur-e-s, c'est qu'ils nous permettent d'avoir un regard objectif et critique sur le sujet. Le reste est affaire personnelle.

 

Il faut, dans un premier temps, bien distinguer le catharisme de la Civilisation Occitane et de la tradition des Trobairitz et Trobadors, même si l'unité que ces trois entités formait a fait la réputation du bien vivre -larguesa, valor, onor, convivéncia et paratge- en Occitanie médiévale ; le Languedoc fut ainsi une terre propice à l’hérésie.

 

AMORC, franc-maçons, rose-croix d'or, graaliens, templiers, anthroposophes, ésotérisme nazi, intégristes catholiques convaincus du bien fondé de l'inquisition, -attention, je ne dis pas là qu'ils sont tous sectaires- mais aussi d'autres groupes ésotériques et occultistes de plus ou moins grande envergure gravitent autour du catharisme et peuvent induire les chercheurs en erreur voir même les mettre en danger. D'où la nécessité d'aborder le thème, au moins dans un premier temps, avec le prisme et la justesse des historiens, afin de ne pas prendre ses propres désidératas pour des réalités. Les dits cathares, qui s’appelaient eux mêmes bonnes femmes (bons hommes) ou bonnes chrétiennes (bon chrétiens) étaient des spirituel-e-s avant d'être des religieux, qui veillaient au bien de tout ce qui est vivant, et qui avaient une lecture originale de l’Évangile, accessible à chacun selon eux, et non réservée à une toute prétendue élite cléricale. Ils démystifiaient les Écritures, n’honoraient pas Jésus, mais le Christ, du moins, son maître, l'amour ; et, une fois engagés en "dieu" (Le Bon Principe chez les dits cathares, ce qui se faisait essentiellement après une vie mondaine accomplie, et nécessairement avec le consentement du conjoint, souvent dans la fleur de l'âge donc) souhaitaient vivre une vie dénuée de tout attachement terrestre, libres de toute entrave donc tout en vivant dans le monde, au milieu et avec le peuple. Les "ancien-ne-s" étaient celles et ceux qui étaient reconnus pour l'ancienneté de leur foi, leur sagesse, leurs connaissances et leur bienveillance ; ils n'avaient aucun pouvoir temporel ni ne cherchaient, de quelque façon que ce soit, à dominer autrui.

 

Le plus grand nombre porte le catharsme en son coeur (et pas que chez nous!), ils sont simples, humains, parfois spirituels, et un devoir de mémoire et de réconciliation les ronge de l'intérieur, notamment quand ils sont confrontés, de près comme de loin, à la violence de ce monde et à l'injustice. Mémoires et résiliences transgénérationnelles?

 

Donc, s'il est question de mystères, en catharisme, il ne s'agit que d'enseignements et de "révélations" -ou prises de conscience- accesibles à tout le monde et quant à la gnose, il n'est question que de conscience et de connaissance de soi non superficielle. Les idées d’extrême droite, certainement véhiculées par Otto Rhan, ne sont pas cathares : les cathares étaient humanistes et fraternels. Les courants politiques régionaux ne sont pas cathares : les cathares ne s'occupaient que de l'esprit. Les "enseignement" payants et secrets ne sont pas cathares : depuis quand facture-t'on l’Évangile (εὐαγγέλιον - bonne nouvelle)? Les végétariens ne sont pas plus cathares que les autres : ce n'est pas parce qu'ils sont plus doux avec les animaux qu'ils le sont nécessairement avec les hommes, ou les femmes ;-)

 

Il y a tout un marketing institutionnel du "pays cathare" qui vend même de l'agneau façon bouchère. Le catharisme est donc, aussi, un piège à touristes biens que nos châteaux -qui ne sont pas cathares comme on essaye vous le faire croire- méritent vraiment le détour pour de belles ballades.

 

N'écoutez pas non plus les inquisiteurs d'aujourd'hui, pharisiens et domini canis qui "gardent" le christianisme.

 

Alors, vraiment, si cet univers vous inspire, soyez vigilant(e)s, sachez qu'il n'y a pas de Parfait(e)s et que ce terme est un vocable emprunté à l'inquisition qui définissait de la sorte les dits cathares ou Albigeois engagés en "dieu" (n'oublions pas que pour eux, "dieu" est en l'Homme), les "hereticus perfectus". Prenez le temps et essayez de vous faire une idée par vous même.

 

Amistats, et Sororellement.

 

PS : ne cherchez pas à trouver le mot PARATGE dans un dictionnaire occitan. Chacun a sa propre définition. La mienne concerne les relations humaines : "de niveau et à âmes égales, totjorn".

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Cicne&Ròsa

Publié dans #Catharisme, #Manipulation, #Religion, #Mythes Fondateurs

Repost0

Publié le 5 Septembre 2013

Un frisson m'a parcourue ce matin, quand, s'indignant face à de pseudos techniques de séduction (qui ne sont en réalité que des techniques de manipulation) du site web " Séduction by Kamal" les contacts féministes de ma page facebook se sont mises à dénoncer en nombre un article de ce site web, signé par Jean-Baptiste Marsille : "Comment Bien Baiser : les 3 Secrets du Hard SEXE", dont les extraits les plus choquants sont cités dans cet article de la bloggeuse Diké (http://dikecourrier.wordpress.com/2013/08/19/pick-up-artists-le-marketing-de-la-violence-misogyne/). Vous trouverez une capture d'écran ici : http://dikecourrier.files.wordpress.com/2013/08/comment-bien-violer-une-femme-par-seduction-by-kamal-kay-et-jb-marsille1.pdf.

Vous l'aurez compris, car c'est limpide comme de l'eau de roche, il s'agit ici non de prétendues techniques de séduction, mais bien d'incitation au viol.

Le collectif féministe et citoyen a lancé une pétition contre les violences misogynes sur le web (que vous pouvez signer ici : https://www.change.org/fr/p%C3%A9titions/agir-contre-la-misogynie-et-l-incitation-%C3%A0-la-haine-sexiste-sur-internet-2) et déposé une plainte auprès du Procureur :

"Paris, le 05/09/2013

Lettre R.A.R.

Monsieur le Procureur de la République,

Nous, citoyennes, tenons par la présente à vous signaler les faits délictueux visés par l’article 24 de la Loi sur la Liberté de la Presse qui punit de "cinq ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende ceux qui (…) auront directement provoqué, dans le cas où cette provocation n’aurait pas été suivie d’effet, à commettre l’une des infractions suivantes : les atteintes volontaires à la vie, les atteintes volontaires à l’intégrité de la personne et les agressions sexuelles définies par le livre II du code pénal".

Sur le site Seduction By Kamal, cette page (URL :http://www.seductionbykamal.com/comment-bien-baiser – captures d’écran ci-joint) intitulée "Comment Bien Baiser : les 3 Secrets du Hard SEXE" constitue une apologie du viol et une incitation à la violence contre les femmes. Quelques extraits explicites :

  • "Montrez-lui qu’elle n’a pas vraiment le choix"
  • "Attaquez sa poitrine"
  • "créer rapidement une image du mec qui sait ce qu’il veut et qui l’obtient quand il veut".
  • "vous décidez [...] tout est entre vos mains (ou vos cuisses devrais-je dire)"
  • "perdre tout contrôle de la situation est un "turn on" majeur pour les femmes".
  • "appliquez-vous à aller en profondeur et à ne stopper la cadence que quand VOUS le décidez ! Elle se plaint ? Pas pour longtemps ! C’est un phénomène naturel de rejet de l’autorité, mais une fois cette barrière franchie, elle s’abandonnera à vous et vous demandera de la défoncer [...] c’est ça en fait la véritable notion du fameux "BIEN BAISER".
  • "Imposez votre puissance".
  • "Donnez des ordres et soyez inflexible. Ne lui demandez pas gentiment si, éventuellement, vous pourriez avoir une fellation et éjaculer dans sa bouche… La décision est prise, retirez-vous et faites la descendre vers votre sexe afin d’affirmer votre posture."
  • "Si seulement vous saviez combien de femmes rêvent de se faire démonter par un inconnu au chibre géant".
  • "Cette méthode est relativement efficace quand on rencontre une inconnue qui nous ramène chez elle. Si elle en arrive là, c’est sans doute parce qu’au fond, ce qu’elle veut, c’est tirer un coup."
  • "Ne lui demandez pas si vous pouvez la pénétrer comme un animal sauvage, faites-le !"
  • "il vous suffit [...] de laisser parler vos envies, sans vous restreindre. Prenez le contrôle du rapport sexuel et pensez que votre masculinité passe par des coups de boutoir infligés."
  • "ne vous refusez rien".

Nous avons signalé ce lien à internet.signalement.gouv.fr sans aucune conséquence concrète.

La présente faisant valoir ce que de droit."

Cette article m'a été très largement inspiré par celui-ci : http://lisefeeministe.wordpress.com/2013/09/05/appel-citoyen-contre-lincitation-au-viol-sur-internet/ et, si j'avais une touche personnelle à ajouter je vous dirais tout simplement que je pense que nous ne nous rendons pas suffisamment compte à quel point toutes ces techniques (management, séduction, vente, achat, communication ... bref, manipulation) corrompent les relations humaines. Selon Aristote déjà, nous convaincrions avec le pathos (émotion), l'ethos (éthique) ou le logos (logique), en nous adaptant à notre interlocuteur. La rhétorique est certes utile, mais, vu le nombre d'individus qui ne l'utilisent que pour servir leurs intérêts et leur bon plaisir -sans éthique-, je me dit qu'elle nous ronge de l'intérieur. Je suis personnellement empathique, sensible et kinesthésique et si, pour avoir été commerciale, j'ai appris un certain nombre de techniques, je me refuse de les utiliser car pour moi, l'humain passe d'abord.

Alors si j'avais un seul mot à passer à Jean-Baptise Marsille, le fameux auteur de cet article nauséabond, et bien je lui dirais qu'il faut être psychiquement douteux (dégénérescence?) pour prétendre initier à de tels comportements sexuels violents et pervers, à moins que le profit ne lui ait complètement fait perdre la raison. Sa place est dans tous les cas en psychiatrie, mais ce sont souvent les femmes victimes de ses pairs que l'on y trouve.

Féminicide et Sororité ne sont pas des gros mots, pensez-y!

Cicne&Ròsa

Voir les commentaires

Rédigé par Cicne&Ròsa

Publié dans #Féminisme, #Société, #Viol, #Manipulation, #Sexualité, #Féminicides

Repost0