Lettre à l'aimé ***

Publié le 11 Décembre 2013

Lettre à l'aimé ***

Je me souviens ...

... de t'avoir aimé, à un point inimaginable ; ce fut il y a une éternité.

Les ailes repliées sur mon âme, comme aux premiers jours,

Je pansais, tissais, lasse et désespérée de t'avoir quitté.

Mais Jérusalem, la belle, se défend quoi qu'il en coûte,

Et quitte à partir autant le faire proprement et par amour,

Sans avoir à demander son reste sous la clef voûte.

J'ai rêvé ...

D'abord de tes bras et de tes yeux gourmands en Toscane,

T'embarquer dans mes plumes aurait pu te servir,

Mais dans ton monde j'aurais été simple courtisane.

J'ai rêvé ...

D'un âmant mystérieux et cet Éros fut toi au fond de ma pensée,

Merveilles de mers vieilles, apocalypses soudaines et insoutenables,

Mais des tsunamis de délices ont submergé ma Psyché.

J'ai rêvé ...

De la chaleur de ta peau et des nuances de nos matins,

Lovée contre ton ventre et ton visage enfoui dans ma chevelure,

J'ondulais et tu suivais le mouvement, mes hanches pétries par tes mains.

J'ai rêvé ...

Du diapason de nos âmes mêlées, plus de toi et moi,

De ton souffle, tes gémissements et exaltations,

De la résurrection de nos corps sous le mont émoi.

J'ai rêvé...

De désirs ardents et de la danse des flammes,

Des sept voiles de Salomé au front scintillant,

Et que j'étais épouse, maîtresse et femme.

J'ai rêvé...

Qu'il fallait que je combatte afin que tu ais la vie sauve,

Et l'honneur du chevalier au cygne blanchi,

Dans la cage aux folles j'appris à dompter les fauves.

J'ai rêvé...

Qu'hélas, en trop de vies nous étions violemment séparés,

La cicatrice est infâme et la douleur sans égale,

Car nos destins sont liés, et voués à l'humanité.

J'ai rêvé...

Qu'à a levée du treizième sceau nous n'avions fait qu'Un(e),

Mais que présentement, repus et donneur de leçons, tu m'ignorais,

Que tu avais pris gout à m'humilier, me blesser et que tu comptais mes lunes.

A qui importe alors, qu'au bal des connes il y ait une reine,

Et qu'elle signifie, amincie, sa présence d'esprit,

Déclamant du sud au nord sa courtoisie l'âme en peine?

Les hommes sont ainsi, faibles, lâches, manipulateurs, narcissiques et menteurs, dès le commencement.

Aux Iris, mangez des pêches de vigne.

Illustration, constellation du cygne ou croix du nord.

Rédigé par Cicne&Ròsa

Publié dans #Trobairitz&Trobadors, #Musique et Poésie, #Symbolisme, #Hypocras

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article